Jugement dernier

LA FACULTÉ DE JUGER
CHRISTUS N°222
-
Laurent Aynès
Trois événements récents, parmi d’autres, jettent, chacun à sa façon, une lumière sur la fonction de juger dans notre société : • Le premier est l’indignation des parents de victimes de l’hor­mone de croissance quand fut prononcée, en janvier dernier et après une dizaine d’années d’instruction, la relaxe des médecins poursuivis. Qu’attendaient-ils pour eux-mêmes de ce jugement ? Le mal avait été fait, irréparable. À la vérité, ils voulaient seulement entendre une parole, un jugement de condamnation qui les eût assurés que ce mal provenait bien d’une transgression de la loi, un rétablissement symbolique de l’ordre troublé. Le jugement est une parole, un ensemble de mots prononcés par une autorité, qui a la vertu de révéler le mal passé pour rendre l’avenir possible. Tant que justice n’est pas faite, l’injustice pèse de tout son poids, et entrave la vie. • Le deuxième événement est l’annonce par le Président de la République du remplacement du juge d’instruction par le juge de l’instruction. C’est là, bien sûr, l’une des ultimes conséquences du drame d’Outreau, qui a révélé tout à...
Mots clés : Discernement Jugement dernier Justice Loi
Lire la suite
JÉSUS, LE JUSTE JUGE
CHRISTUS N°222
-
Marc Rastoin
«Le juge, c’est Dieu ! » (Ps 50,6). Cette exclamation du psalmiste décrit bien la conviction commune de tous les Juifs au temps du Christ. Il y a bien un juge qui jugera et les hommes et les nations : « L’impie méprise le Seigneur et dit dans son coeur : “Tu ne demanderas pas des comptes” (cf. Ps 10,13). À cela Rabbi Hanina répond : “Il y a un jugement et il y a un juge !” » 1. Ce qui pourrait apparaître comme une menace est en réalité une espérance. Le jugement de Dieu n’est pas d’abord une mauvaise nouvelle, car la foi que Dieu veut le salut de son peuple et, plus profondément, aime la vie de toutes ses créatures habite tant le Livre que le culte. La foi biblique est traversée de part en part par cette foi que Dieu est le seul juste juge. Aucun empire humain ni aucune autorité ne peut se substituer à lui. Dans l’Évangile, Jésus partage cette foi avec ses interlocuteurs juifs. De nombreuses paraboles, images et paroles témoignent de cette conviction profonde. Dieu fera justice, car il est dans sa nature d’être un juste juge : « Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit tandis qu’il patiente à leur sujet ? Je vous dis qu’il leur fera prompte justice » (Lc 18,7-8a). Pourtant, Jésus a des accen...
Mots clés : Discernement Jésus-Christ Jugement dernier Justice Salut Vérité Temps Cinéma
Lire la suite
JUGEMENT DE DIEU ET LIBERTÉ DE L’HOMME
CHRISTUS N°222
-
Jean-Louis Souletie
Les sociétés modernes démocratiques voient se développer une judiciarisation grandissante qui correspond pour beaucoup à une espèce de démission du politique et de ses tâches qu’il confie aux juges. La question est donc posée dans nos sociétés moder­nes : quelles sont les missions que le corps social veut confier à la justice ? Ses exigences ne sont-elles pas contradictoires ? Les juges se trouvent alors, sous peine de déni de justice, en situation de co-produire les normes susceptibles de résoudre les conflits qui leur sont soumis, et non seulement d’appliquer une règle préexistante à son jugement. Des problèmes analogues se posent à la repré­sentation politique si celle-ci veut reprendre la main et enrayer en amont le risque d’une judiciarisation fatale à la confiance dans les institutions publiques. Bref, au moment où la question du jugement envahit les procé­dures de la société 1, elle est affectée d’un coefficient négatif dans l’imaginaire individuel et social. Elle est chargée du péché d’enfermer les hommes dans leur culpabilité, de les priver de leur liberté et de leur créativité. Elle porte le poids de tous les maux psychologiques qui écrasent les individus. Le christianisme po...
Mots clés : Culpabilité Dieu Discernement Evangile Faute Foi Jugement dernier Justice Liberté
Lire la suite
AUTOUR DU JUGEMENT DERNIER
CHRISTUS N°222
-
Marie-Luce Brun
 Christus : Depuis quelques années, beaucoup d’accompagnateurs spirituels remarquent que la question qui revient sans cesse n’est plus : « Qu’est-ce qui est bon pour mon salut ? », mais : « Qu’est-ce qui est bon pour moi aujourd’hui, demain matin ou éventuellement demain après-midi ? » Marie-Luce Brun : Il faut quand même être bien avec soi-même… L’important, c’est qu’il y ait un accord profond. Au fond, le salut, c’est la santé. Pour un accompagnateur, ce n’est pas si évident de découvrir ce qu’est la vraie santé, c’est-à-dire ce qui permet à la personne de se trouver elle-même, en vérité. Je crois qu’on ne peut être en accord avec soi-même sans être en accord avec les autres et avec Dieu. C’est à ce moment-là que quelque chose se fait. Trouver sa juste place dans le moment présent, dans la situation que l’on a à vivre ou la décision que l’on a à prendre, dépend du type de relations que l’on vit avec les autres… Mais que veut dire exactement « aller bien avec soi-même » ? Est-ce faire ce dont on a envie, à l’instant où ça se présente ? Il ne faut pas non plus se tromper là-dessus. Aller bien avec soi-m&eci...
Mots clés : Action Création Expérience spirituelle Jésus-Christ Jugement dernier Résurrection Spiritualité ignatienne Théologie
Lire la suite
UNE FOI ET SA MYSTIQUE
CHRISTUS N°214
-
Christian Van Nispen
Quand des non-musulmans entendent parler de l’islam, ils pensent souvent d’abord à la politique, voire au terrorisme, notamment après le 11 septembre 2001. Ils oublient que l’islam est d’abord une religion, basée sur une attitude de foi. Il ne s’agit pas de nier l’importance de la dimension politique dans les relations entre toutes les communautés humaines, et en particulier dans les rapports entre musulmans et chrétiens, mais la dimension de foi est prioritaire pour tous les musulmans qui veulent vivre leur religion en vérité. En ce sens, ils peuvent se reconnaître dans la phrase de la Constitution dogmatique Lumen Gentium du Concile Vatican II, qui dit des musulmans qu’ils « adorent avec nous le Dieu un, miséricordieux, qui viendra juger les hommes » (16).   La profession de foi Pour les croyants musulmans, le sens de Dieu 1 est extrêmement important, et le premier pilier de la religion musulmane est la profession de foi, dont la première moitié est la confession de l’absolue unicité de Dieu : « Pas de divinité/dieu, sinon Dieu (Lâ ilâha illâ-llâh) », suivie de la confession de la prophétie de Muhammad, de son identité comme Prophète/Envoyé de Dieu (wa-Muhammad l’importance de cette négation au début de la profession de fo...
Mots clés : Charité Dialogue interreligieux Dieu Discernement Foi Islam Jugement dernier Mystique Parole de Dieu Connaissance
Lire la suite
L'AMOUR DE LA VÉRITÉ
CHRISTUS N°204
-
Rémi Brague
La vérité est-elle encore la bienvenue dans notre monde 1 ? À première vue, il semble que l'on s'efforce de la faire au maximum, à tous les niveaux. Tout en haut, une armée de chercheurs s'efforce de lire le grand livre de la nature, à la poursuite de ses ultimes secrets. Jamais une société n'a consacré une aussi grande partie de ses ressources à la recherche du vrai. Tout en bas, journalistes et hommes des médias promettent de « faire toute la vérité » sur la vie privée de tel ou tel politicien, sportif, ou vedette. La télévision prétend nous faire voir la réalité de plus en plus vite, « en temps réel », nous mener de plus en plus profond au-delà des frontières de la vie privée. Un public nombreux se passionne pour les vulgarisations des premiers. Un autre, plus nombreux encore, se vautre dans les crasseuses révélations des seconds. Et pourtant ? Est-ce bien la vérité qui nous intéresse ? Ne parlons pas des montreurs médiatiques. À supposer que ce qu'ils prétendent dévoiler tel quel ne soit pas pur montage, ce qu'ils nous montrent ou nous montent est-il de l'ordre de la vérité ? Les scientifiques, de leur côté, invoquent parfois la vérité avec emphase quand ils s'adressent &agr...
Mots clés : Amour Dieu Jugement dernier Mensonge Pardon Vérité
Lire la suite
DE LA CRAINTE À L'AMOUR CHEZ SAINT AUGUSTIN
CHRISTUS N°195
-
Marcel Neusch
Dans son célèbre Commentaire de la première Epître de saint Jean — véritable traité sur la crainte —, Augustin écrit : « Quand la charité commence à habiter le cœur, elle chasse la crainte qui lui a préparé la place. Plus en effet croît la charité, plus la crainte décroît ; et plus la charité devient intérieure, plus la crainte est chassée dehors. A plus grande charité, moindre crainte : à moindre charité, plus grande crainte » (LX,4) 1. Crainte et charité semblent donc s'exclure, ou du moins varier en sens inverse l'une de l'autre. A terme, la crainte devrait disparaître. Augustin lui reconnaît tout au plus une fonction préparatoire. A vrai dire, il ne fait que reprendre saint Jean qui écrit : « La crainte n'est pas dans la dilection, mais la parfaite dilection bannit la crainte, car la crainte est accompagnée de tourment » (I Jn 4,18). Mais, dans le même commentaire, Augustin évoque aussitôt un autre texte de l'Ecriture qui est d'une tonalité toute différente et semble même contredire le premier. A côté d'une crainte vouée à disparaître, il parle d'une crainte « qui demeure à jamais » (Ps 18,10). Augustin se trouve dès lors devant la tâche d'har...
Mots clés : Amour Bible Charité Crainte Dieu Grâce Jugement dernier
Lire la suite
SUR LA PARABOLE DU JUGEMENT DERNIER
24 NOVEMBRE 2014
" En ce dernier dimanche à tonalité apocalyptique, je pose cette question : qu’est-ce que produit en nous la perspective de la fin ? La fin de toute chose, et pour commencer la nôtre propre ? A l’aune de la fin, pouvons-nous dire, tout est relativisé. Tout ce qui compte habituellement à nos yeux, tout ce en quoi nous mettons nos espoirs, tout ce qui nous permet d’être affirmatifs et résolus, ne compte plus guère. Les biens matériels, même les biens culturels, les interactions quotidiennes, la suite des jours avec leurs bonheurs et leurs malheurs, les éléments de notre vie personnelle… comme ces civilisations qui jadis furent brillantes, tout cela s’écoule, s’écroule et se perd dans les sables. Réfléchissant ainsi, nous en venons à penser, à la manière de l’Ecclésiaste : « A quoi bon ? Tout cela est vide et vain. » Il y a davantage qu’une part de vérité dans ces pensées. Mais on ne peut s’en tenir là. Ces pensées sont justes comme transition, si elles nous mettent en chemin vers ce qui peut véritablement tenir et durer et s’épanouir. Alors nous pensons pouvoir nous tourner vers les « vérités éternelles », comme on dit, mettre notre...
Mots clés : Jugement dernier Justice Miséricorde Salut Spiritualité ignatienne
Lire la suite