PARCOURS DE LECTURE SPIRITUELLE
L'ORDINAIRE ET LE SUBLIME
DOSSIERS
LA PRÉSENCE DE DIEU
La foi nous pousse à trouver Dieu tant dans l'ordinaire que dans le sublime de nos vies et, pourtant, la question demeure : « Où est Dieu ? » Car c'est plutôt l'absence de Dieu que nous ressentons. « Dieu, personne ne l'a jamais vu » (Jean 1,18), voici le paradoxe de notre foi en un Dieu révélé et caché. Cependant, des hommes et des femmes ne cessent de témoigner qu'ils ont fait la rencontre d'un Dieu présent à leur vie. Cette présence les fait renaître à une vie sans changement apparent, parfois douloureuse, et cependant profondément renouvelée. Faire mémoire des traces de la présence divine dans son histoire personnelle permet de s'inscrire dans une Histoire qui nous dépasse : celle d'un peuple issu du désir de Dieu et qui n'a cessé de se tourner vers lui dans sa prière, même quand celle-ci devenait une simple plainte. En témoigne la grande tradition des psaumes qui prêtent aussi leurs mots à celui qui désespère de la présence divine. Mais, l'expérience de s'ouvrir à cette Présence est indissociable de la prise de conscience douloureuse de ce qui nous en sépare. Quand les mystiques disent qu'ils sont en Dieu, c'est dans la foi qu'ils le disent. Dieu ne cesse de nous échapper car il nous appelle au-delà de toutes les...
LIRE ET MÉDITER
AU-DELA DE LA MORT DE DIEU
Traduction de Robert Kremer, Salvator, « Forum », 2019, 206 p., 18 €.   « Comment parler de Dieu dans un monde où Dieu a perdu toute évidence ? » Telle est la question de Robert Cheaib, théologien enseignant à l'Université grégorienne (Rome), dans son ouvrage récemment traduit par les éditions Salvator. Pour ce faire, l'auteur invite le lecteur à entrer dans un itinéraire de recherche de Dieu et de l'homme, prenant le parti d'aller au fond des choses, sans se contenter de réponses superficielles. Il mène sa réflexion « avec la force du peut-être », un « espace d'interrogations qui surprend le croyant et l'incroyant comme des alliés inattendus » (p. 27). C'est en compagnie de Moïse que l'auteur propose au lecteur de faire un « cheminement mystagogique » (p. 28). Aussi, chaque chapitre s'ouvre par un extrait de l'Exode où Moïse se présente tour à tour dans le doute, la contestation, l'étonnement… ou encore le désir de voir Dieu face à face. Après une vaste ouverture pour poser la problématique à partir du Gay savoir de Friedrich Nietzsche et énoncer son intention théologique, le théologien déploie sa pensée en deux grand...