Quand le temps nous est donné...
VIVRE À SON RYTHME
DOSSIERS
A L'ÉPREUVE DE LA PERTE
Nous savons d'expérience qu'il n'y a pas de vie sans pertes, fussent-elles presque insensibles ou au contraire sévères jusqu'à l'irréparable. Quand la perte nous arrache à nous-même et nous livre à l'angoisse, y a-t-il, sous le sol qui se dérobe, un sol plus ferme sur lequel reprendre pied ? Qu'est-ce qui nous permet de garder l'espoir que quelque chose est donné, envers et contre tout ? Avant de chercher des réponses à ces questions, rappelons que vivre à l'épreuve de la perte, c'est tout d'abord accepter de lâcher nos appuis alors que notre premier réflexe est d'essayer de donner un sens à ce qui n'en a pas. À cette tentation, il peut être salvateur d'opposer la plainte. Oser dire notre douleur à nos frères et sœurs ou adresser notre cri au ciel, ainsi que Job l'a fait. Mais, parfois, même notre soutien nous est retiré, la consolation de la foi ou la force du corps par exemple, comme en témoigne Thérèse de Lisieux pendant les mois qui ont précédé sa mort. Ou comme ce que vit toute personne traversant les dépouillements successifs qu'impose le grand âge. Pour le chrétien qui vit l'absence du Christ comme un manque cruel, la liturgie offre d'habiter l'expérience de la perte, elle fait rencontrer le Dieu qui ne vient pas combler nos manques mais les transforme en une attente féconde. Comme les premiers Apôtres du Christ qui ont eu à vivre sans leur Ami, les chrétiens sont appelés aujourd'hui à consentir à Le perdre pour Le retrouver avec d'autres, en Église. En ces temps d...
LIRE ET MÉDITER
SUR L'ESPERANCE
Labor et Fides, 2021, 160 p., 18 €.« Peut-on parler d'espérance hors de la théologie chrétienne et de la foi ? » Le livre de Janique Perrin n'est pas seulement intéressant pour ses propositions, mais aussi pour sa démarche. Désirant vérifier théologiquement une « intuition personnelle », la pasteure, docteure en théologie, a mis à l'épreuve sa définition de l'espérance comme « la présence de l'avenir dans le présent » par un travail littéraire pensé comme une « expérience ». Elle confronte notamment sa lecture du Lambeau de Philippe Lançon (Gallimard, 2018) et du Patient anglais de Michael Ondaatje (McClelland & Stewart, 1992), avec le récit de la guérison du possédé de Gérasa (Mc 5, 1-20) qui est, selon elle, un récit de l'espérance comme « désincarcération de soi-même », pour montrer comment ces textes littéraires, en dehors de toute référence à la Résurrection, recèlent « une puissance d'énonciation eschatologique ». Ainsi, quand l'auteur du Lambeau « jongle à la fois avec l'avenir et avec la précarité » et, ayant travers&eacute...
Pratiques et récits
TOUTES LES Pratiques et récits
JEUNES VEILLEURS
Miguel ROLAND-GOSSELIN
MARIE NOËL
François MARXER