PARCOURS DE LECTURE SPIRITUELLE
L'ORDINAIRE ET LE SUBLIME
DOSSIERS
PLACE AUX ÉMOTIONS !
« Place aux émotions » peut se lire de deux manières. La première nous enjoint de donner à nos émotions toute leur place, celle qu'elles occupent concrètement dans notre vie intérieure. Nous les cachons souvent par peur ou par pudeur, par éducation ou avec raison. Car jusqu'où leur faire confiance ? Ne sont-elles pas ambiguës, incertaines dans leur vérité ? Il en fut longtemps ainsi dans l'Histoire. Leur place, alors, n'est pas un espace construit par un état intérieur, comme celui des sentiments auxquels l'émotion donne leur intensité. C'est plutôt la marque d'une impulsion qui rythme le souffle irrépressible de la vie, qu'éveille ou réveille un événement, une rencontre, une sensation qui fait signe, chaque fois de manière inédite. Cela nous laisse en larmes ou en joie, sans voix devant la surprise, le souffle coupé par l'horreur ou la beauté, le corps reposé dans la paix ou plié de douleur, hors de lui de colère ou jubilant de joie. L'émotion est l'expression première du corps qui nous précède en tout. La vie nous saisit de l'intérieur et déborde jusqu'à prendre chair dans des paroles, des gestes et des relations qui la fécondent ou, au contraire, qui la détruisent. Les deux possibilit&eac...
LIRE ET MÉDITER
PRÊTRE À BÉNARÈS D'YANN VAGNEUX
Ce recueil de textes écrit par un prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP) est l'occasion d'une plongée missionnaire, retraçant son expérience éclairée par les grandes figures que furent, entre autres, Jules Monchanin et Pierre Ceyrac, inspirés par les écrits de Pierre Teilhard de Chardin, de Henri de Lubac ou d'Yves de Montcheuil. Son parcours nous parle de l'universalité de l'Église au cœur d'un enfouissement, d'une inculturation au plus près des peuples qu'ils rencontraient. Ces textes donnent du souffle, ouvrent des horizons, appellent à se laisser transformer par les différences. De belles pages évoquent la présence des religieuses en ces pays de missions, dont l'œuvre est si importante, souvent vécue dans la discrétion et le silence. Il s'agit, pour l'auteur, de « partager la présence du Christ au cœur du monde, humblement, totalement, sacramentellement, d'une présence que l'Église doit à tous les hommes de toutes les cultures, au-delà des limites de son institution et du bercail de ses fidèles », écrit dans sa postface Robert Scholtus. Yann Vagneux témoigne en « semeur d'Évangile ». On prend la mesure de ces fruits à la capacité d'être les joyeux missionnaires de ce que l'Esprit a...