Répondre à l'appel qu'est la vocation, ce n'est pas emprunter une voie sûre et tracée d'avance. Chacun doit courir le risque d'avancer et de s'égarer. C'est ce qu'illustre l'histoire d'Ida, héroïne du film éponyme.

Aucun germe ne contient en puissance le secret de toute une vie. Une vocation se déclare souvent au gré de rencontres qui bouleversent le cours d'une existence : c'est l'enseignement de tel professeur, le témoignage de telle personne ou la beauté de telle œuvre qui vont produire l'effet d'un choc décisif dans l'orientation d'une vie. Ce choc a la force d'un réveil et d'un appel. C'est l'illumination : voilà le chemin que je veux emprunter ! Faut-il se méfier de ces illuminations brutales de l'appel ? De telles rencontres, somme toute assez rares au cours d'une vie, ouvrent des chemins mais elles ne dispensent pas ensuite de la responsabilité qui incombe à chacun de s'y engager et de tracer sa propre route. La dimension incertaine d'une vocation n'est jamais complètement abolie, avec la possibilité de s'égarer sur des chemins qui ne nous correspondent pas. Enfin le drame pointe, même quand il semble que la voie soit la bonne, car encore faut-il être à la hauteur de l'appel reçu et de la route à suivre. Combien de peurs, de découragements et d'esquives entravent le sens d'une vocation entr'aperçue !

Une vocation est une réponse à un appel qui nous requiert en personne. Mais elle ne découle pas d'une voie jalonnée à l'avance. Avec ou sans Dieu, tout homme doit frayer seul le chemin de sa vie, comme Nietzsche le rappelle dans une belle exhortation à la jeunesse : « Personne ne peut bâtir à ta place les ponts qu'il te faudra passer, toi seul, pour traverser le fleuve de la vie, personne, sauf toi… Il n'existe au monde qu'un seul chemin sur lequel toi seul puisses passer. Où mène-t-il ? Ne le demande pas, suis-le. »1 Le croyant sera plus attentif sur le chemin aux signes de la présence divine, mais ceux-ci demeurent discrets, ils ne sont pas univoques et ne commandent pas l'itinéraire à suivre.

Chacun doit courir le risque d'aller de l'avant et de s'égarer. Chacun doit risquer une réponse à la mesure de l'appel initial reçu. C'est la beauté de l'itinéraire d'Ida, l'héroïne du film éponyme du cinéaste polonais Paweł Pawlikowski (2013) : Ida devient sœur Anna parce qu'elle consent à sa vocation comme au risque de vivre, elle ose une réponse en cherchant, dans le monde et les rencontres, des traces de ce qui fait sens pour elle. Quel chemin suivre qui justifie toute la peine que les homm...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.