Étienne Grieu s.j. Centre Sèvres et Pastorale en milieu populaire, Paris. A récemment publié : Dieu, tu connais ? (Le Sénevé, 2005), Chemins de croyants, passage du Christ (Lethielleux, 2007), Un lien si fort : quand l’amour de Dieu se fait diaconie (Lumen vitae/L’Atelier/Novalis, 2009). Dernier article paru dans Christus : « L’essor des Églises évangéliques : un révélateur » (n° 220, octobre 2008). 
 
La figure du pauvre, très présente dans la tradition chrétienne, appelle à des retournements. Tout simplement, d’abord, pour tourner la tête du côté où l’on n’a pas envie de voir. Ensuite, pour reconnaître, en ces lieux redoutables, des visages, ceux des frères et des soeurs qui nous manquent. Enfin, pour découvrir que rien de décisif pour une existence véritablement humaine ne peut se jouer dans l’ignorance et l’oubli de ceux qui d’habitude ne comptent pas. Leur rencontre peut alors devenir une expérience de liberté et ouvrir un espace de respiration.
 

Les pauvres sont cachés dans les plis de nos peurs

Qui accepterait spontanément de se voir désigner comme « pauvre » ? Ce simple fait montre que l’on a affaire à une réalité qui met tout le monde mal à l’aise, et donc se dérobe. Et pourtant, les statistiques sont là : elles indiquent que certains disposent d’à peine de quoi vivre et sont condamnés à exister au jour le jour, dans une extrême précarité. Des observateurs attentifs ont analysé ce qui ainsi condamne à la survie, décryptant les mécanismes qui aboutissent à ce que certaines personnes ne peuvent pas beaucoup développer leurs capacités latentes 1. La réflexion de philosophes contemporains (Axel Honneth, Charles Taylor, Emmanuel Renault, Paul Ricoeur, Guillaume Le Blanc, entre autres) élargit encore l’horizon en donnant une place centrale au jeu de la reconnaissance. « Alors que par “connaissance” d’une personne nous entendons exprimer son identification en tant qu’individu – identification qui peut être graduellement améliorée –, par “reconnaissance” nous entendons un acte expressif par lequel cette connaissance est octroyée avec le sens positif d’une affirmation. Contrairement à la connaissance qui est un acte cognitif non public, la reconnaissance dépend de médiums qui expriment le fait que l’autre personne est censée posséder une “valeur” sociale » 2. Le pauvre, dans cette perspective, c’est celui qu’on ne voit pas, qui ne compte pas, dont on oublie jusqu’à l’existence, dont on n’attend rien, et qui, de ce fait, ne peut trouver à exprimer ce qu’il porte, ce qu’il est. C’est pourquoi Le Blanc attache beaucoup d’importance à la possibilité de « faire oeuvre » : « La construction de l’invisibilité sociale ne se cantonne pas au défaut de perception auditive et visuelle, elle se développe par les jugements sociaux qui éloignent les ressources créatrices des vies marginalisées au point que leur potentiel d’oeuvre tend à disparaître » 3. À cela, o...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.