Ces pages sont un libre commentaire des Notes intimes de Marie Noël, lues remarquablement par Jeanne-Marie Baude (Cerf, coll. de l’Abeille, 2012, 165 p., 15 e).
 
Les Notes intimes (1962) de Marie Noël (1883-1967) sont un ouvrage singulier, puisque ce n’est, semble-t-il, qu’une sélection de réflexions et de méditations dont Marie Noël aura autorisé, non sans réticence, la publication : elle y mettait son âme à nu, mais n’était-ce pas, comme le lui recommandait l’abbé Mugnier, son mentor spirituel, pour le bien et le réconfort des « âmes troublées » de notre temps ? L’on n’a donc pas affaire à un journal proprement dit, mais à d’amples bouquets de pensées cueillies et rassemblées selon l’amplitude d’un rythme décennal, sans que le passage d’une période à une autre soit justifié par quelque événement survenu ou seuil franchi. Sans doute des thématiques finissent-elles par affleurer au fil des pages, puis se confirmer, s’imposer même avec insistance. Prendre le parti de les condenser, comme le fait Jeanne-Marie Baude, conduit à systématiser l’univers de Marie Noël, ce qui est d’autant plus difficile que n’y manquent ni paradoxes ni contradictions.
 

Une œuvre de pensée

Assurément, les Notes intimes sont avant tout une œuvre de pensée, mais penser, pour Marie Noël (elle le dira dans Petit Jour, recueil de ses souvenirs d’enfance) lui sert avant tout à panser les blessures de son âme. En effet, éduquée à l’exercice de l’intellect par son père, Louis Rouget, apôtre fervent d’une rationalité exigeante, capable cependant de reconnaître l’énigme de l’existence sans pour autant en confesser le mystère dont il pressent malgré tout la présence, Marie Noël sera tôt initiée à l’acte de penser. Lequel, pour souverain qu’il soit, se voit inefficient devant cette part du réel qui résonne dans la musique des Schumann, Schubert et autres Mozart, dont se délecte la bonne pianiste qu’elle fut (comme, non loin d’elle, une Élisabeth Catez, en religion : Élisabeth de la Trinité). Outre la musique et l’art, la poésie serait seule à y donner accès. Et là, il y a moins à agir par réflexion qu’à recueillir, à pâtir de vive passion. Ce qui fait la difficulté d’une lecture des Notes intimes, mais aussi son prix et sa récompense. Il ne s’agit pas tant de commenter (exercice universitaire où Jeanne-Marie Baude excelle) que de répondre ces Notes (à la manière de ces répons qui fleurissent dans l’univers musical, du chant grégorien à Pierre Boulez) ; j’entends par là qu’il s’agit non pas de répondre à Marie Noël (entrer dans un débat, une polémique) mais de répondre de Marie Noël (soutenir sa provocation, assumer ses audaces, ses intrépidités, souvent si peu conformes à la bienséance doctrinale, sans pour autant faire bande à part de l’Église).
Car Marie Noël, sans doute alertée par les grandes épreuves de 1904, est déchirée entre son appartenance indéfectible à la foi chrétienne – fidélité à Dieu, m...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.