Discerner nos réactions
 
Dans nos sociétés hyper sélectives, l’humiliation se banalise à l’encontre des plus faibles, dès l’enfance. Relisons  « la blessure de Raphaëlle », article de Nicole Fabre, qui ouvre le numéro 208 de Christus  L’homme humilié. Victime des propos humiliants de son  environnement familial et social, une petite fille blessée retrouve un amour d’elle-même qui la transforme. Comme une nouvelle naissance. Nos jugements à l’égard des plus faibles,  relèvent-ils d’un désir  juste d’aider à progresser, ou de pulsions mal contrôlées qui perpétuent la violence ? La frontière est souvent ténue nous dit N. Fabre.
 

Ils m'ont traité de gros. » « Ils m'ont traité de con. » « Ils m'ont dit que je suis la pire. » « Ma mère, elle m'aime pas.
Y'a qu'à voir ses yeux ! Je passerais sous terre. » « Mon père, il m'a "déchirée". » « Il a regardé mon carnet et il a dit : "Pff !" » « Tes fleurs, tu pourras les garder ! Ça salit tout. » « Tu t'es regardée ? Tu voudrais quand même pas sortir avec moi ? » « Tu mets quatre fois plus de temps que ton frère pour faire ton travail. Tes bête ou quoi ? » « Pas la peine de lui expliquer. Il comprend rien. » « Toi, tu comptes pas. » « J'ai pas confiance. »

Charles, Sophie et Pinocchio


Je me suis souvent demandé pourquoi, alors que je n'ai jamais eu à souffrir de maltraitance ni d'humiliation dans mon enfance, j'ai été si sensible aux personnages de Charles (le « bon petit diable »), de Sophie, la petite héroïne de la comtesse de Ségur, et de Pinocchio, le pantin de Collodi. J'étais attendrie par ce jeune orphelin maltraité, comme je l'étais par la petite Sophie des mille malheurs et dont le principal était de n'être pas aimée, comme aussi par le pantin Pinocchio plein de bons sentiments et prompt aux sottises lourdes de conséquences. J'aurais voulu...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.