Je n’en peux plus ! » Faut-il attendre l’épuisement pour accepter de se reposer, quand finalement nous n’avons plus trop le choix, parce que nous avons atteint les limites de nos forces et qu’un sentiment de vide nous submerge ? Le problème est que, passé un certain seuil de fatigue, le repos ne repose plus. Une forme de lassitude profonde s’installe qui rend le repos lui-même amer.
L’heureuse dialectique de l’action et du repos, du travail et du loisir, de la veille et du sommeil, est ébranlée par l’accélération de nos rythmes de vie. Il devient de plus en plus difficile de se reposer vraiment, de jouir des vertus apaisantes et régénératrices du repos. Nous manquons de temps pour faire tout ce que nous avons à faire, comme si, à force de vouloir maîtriser le temps, nous avions perdu le secret du rythme des jours. Se reposer, faire des pauses dans cette course du temps, s’accompagne de la vague culpabilité de ne rien faire et de la peur d’être mis à l’écart, de ne pas pouvoir suivre la cadence.
Pourtant, comme le sait un danseur, le repos n’est pas la cessation de tout mouvement, marquer des arrêts ne signifie pas tout arrêter. Le repos est un acte, une décision, pour faire de l’arrêt un moment intense de ressourcement, de félicité, et renoncer aussi bien à l’apathie qu’à l’agitation universelle qui nous fait courir dans toutes les directions. Ainsi, le repos participe des lois du rythme et du mouvement. Il consiste moins à ne rien faire qu’à vivre à un rythme qui convient, tantôt ralenti, tantôt accéléré, à l’écoute de son dynamisme vital et de sa respiration personnelle.
 

 L’accélération des rythmes de vie

L’activisme frénétique caractérise nos existences soumises aux exigences de la mobilité et de l’interactivité. Les moyens de transport et de communication s’accélérant, nous multiplions déplacements et échanges. Mobilité et interactivité ne sont pas seulement de nouvelles normes techniques, mais les signes même du dynamisme d’une vie sociale contrainte à se réinventer au gré des déménagements, divorces, remariages et changements de métiers qui jalonnent les trajectoires individuelles contemporaines. Nos actions et nos relations deviennent plus segmentées et discontinues, comme si la vie avait perdu son horizon de durée. Nous naviguons sur un sol mouvant, sans autre cap fixé que celui d’une mise en mouvement qui oblige à une perpétuelle invention de soi. Cette accélération des rythmes de vie laisse peu de place au repos, associé à l’immobilisme, à une sorte de mort psychique et sociale. L’attente ou le délai paraissent eux-mêmes insupportables, car ils rompent avec la culture du mouvement et de la frénésie.
« Nous faisons plus de choses en moins de temps », résume le sociologue Harmut Rosa. La liste des choses à faire, des déplacements à accomplir, des sollicitations auxquelles il faut répondre, ne cesse de s’allonger. Même le temps des loisirs, saturé par la multiplication des a...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.