Dom André Louf, un grand maître de la spiritualité au XXsiècle qui avait fait de la docilité à l'Esprit la clé de sa vie, a connu un combat intérieur au moment d'abandonner sa charge d'abbé et de se retirer dans une vie de solitude, à laquelle il aspirait pourtant depuis de longues années.

Il faut se méfier des biographies pieuses. Elles nous présentent souvent des existences trafiquées. Pour produire de belles images d'Épinal, elles s'arrangent avec les faits. Les fabricants de littérature sulpicienne savent que nous sommes des éternels enfants : on aime qu'on nous raconte des histoires qui ont toujours les mêmes schémas : des combats contre des penchants mauvais, dont le héros triomphe, ou des vies qui se présentent comme une constante progression vers le bien. Pourtant, nous savons bien que ce n'est pas ainsi que vont les choses. Que le cœur de l'homme est divisé : jusqu'à la fin s'y livre une violente bataille pour rejeter l'ombre qui voile en lui la lumière. Un itinéraire, fut-il celui d'un grand spirituel, n'est donc jamais une marche régulière vers la sainteté. Son tracé ressemble plutôt à une ligne courbe, faite d'incertitudes, de contradictions, d'enlisements, voire de retours en arrière. Même aux plus avancés, il arrive de trébucher.

Dom André Louf, qui compte parmi les grands témoins de la tradition contemplative chrétienne, ne déroge pas à cette vérité. Dans les années 1990, ce maître spirituel est abbé de la trappe du Mont des Cats, dans le nord de la France, depuis près de trente ans. Il est temps pour lui de passer la main, de faire souffler un vent nouveau. Pourtant, avec un entêtement qui étonne, le trappiste va faire traîner sa démission en longueur, donnant l'impression de s'accrocher à son pouvoir. Lui qui fut une lumière, auprès de qui tant sont venus éclairer leurs affres existentielles, paraît en cette occasion manquer de clairvoyance. Pourquoi cet aveuglement ? Et comment justifier cette crispation au moment de lâcher son poste, de la part d'un homme connu pour vivre dans la remise de soi et l'abandon ?

« J'aime mieux avoir la componction que d'en savoir la définition », a écrit l'auteur de L'imitation de Jésus Christ1. Une manière de rappeler qu'il peut exister un écart entre ce qu'on l'on sait et ce que l'on vit, la connaissance d'une chose et le passage à l'acte. Au moment de renoncer à sa charge d'abbé, Dom Louf, qui avait pourtant fait de la docilité à l'Esprit la clé de voûte de sa vie et de son enseignement, n'a...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.