Pour cette semaine qui est aussi la semaine sainte, voici une proposition pour prendre du recul sur la situation que nous vivons,

Cet article peut nous donner de réfléchir à la nécessité de nos limites, limites qui à vrai dire nous rendent vraiment humains.

Au lundi de Pâques.

La lecture de Laudato sí et l'expérience de personnes engagées dans une démarche écologique suggèrent des pistes pour penser un déploiement à partir même de l'accueil de la finitude. L'acceptation des limites autorise d'autres possibles et ouvre à la relation.

Dans son encyclique Laudato sí, le pape François propose un chemin de « conversion écologique ». Une conversion qui commence par la prise de conscience de la fragilité de notre planète et du caractère épuisable de ses ressources. Elle conduit alors à restreindre notre consommation et notre empreinte sur l'environnement, comme à freiner certains développements techniques. Mais ne sonne-t-elle pas comme un rétrécissement, qui inviterait à la négation de nos potentialités, au repli, à l'autarcie… ? Ne contredit-elle pas le besoin de se dépasser, présent en tout homme ? À la suite de l'encyclique de Paul VI Populorum progressio, Benoît XVI rappelait que l'homme est « constitutivement tendu vers l'être davantage » (Caritas in veritate, 14), appelé au développement (Ibid., 18). Comment concilier ces deux perspectives dans une anthropologie chrétienne qui considère l'homme, à la fois « capable » et « faillible » (selon Paul Ricœur), fondamentalement en croissance et confronté à ses propres limites et à celles du monde ?

La lecture de Laudato sí et l'expérience de personnes engagées dans une démarche écologique suggèrent des pistes pour penser un déploiement à partir même de l'accueil de la finitude. L'acceptation de limites autorise d'autres possibles et ouvre à la relation. C'est ce qui apparaît dans trois lieux fondamentaux de notre existence : le rapport aux biens, le rapport à l'activité et le rapport à la technique.

Sans limite, la croissance est folle…

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.