Les dons de l'Esprit sont multiples et diversement attribués. Un seul est adressé à tous : l'agapè. Notre vocation est alors de le déployer sans réserve, notre devoir de lui permettre d'animer tous les autres charismes, car il vise la communion.

L'Apôtre Paul connaît bien l'Église qui est à Corinthe. Il a séjourné dans cette ville plusieurs années et y a annoncé l'Évangile. Depuis Éphèse où il se trouve désormais, des nouvelles préoccupantes lui parviennent de Corinthe : de la part des gens de Chloé (1 Co 1, 11), puis par le biais d'une lettre envoyée par des Corinthiens. Paul évoque des « disputes » (1 Co 1, 11), des « scissions » (1 Co 11, 19) et une « déchirure » (1 Co 12, 25).

Dès l'entame de sa première lettre aux Corinthiens, Paul les invite à se souvenir qu'ils ont été appelés à une « communion » avec le Fils (1 Co 1, 9). Il leur écrit qu'il ne leur manque « aucun charisme » (1 Co 1, 7). Il ne s'agit pas que d'une formule de politesse. Il constate que Dieu a fait son œuvre dans les Corinthiens et il rend grâce pour cela. Ces dons sont là, constatables. Pourtant, la désunion est patente, le « commun » menacé, les dons reçus par les uns sont jalousés par les autres. Paul entend faire cesser leur ignorance (1 Co 12, 1) et les enseigner (1 Co 4,17).

Écoutons Paul s'adresser aux Corinthiens, tout d'abord en cherchant à entendre ce qu'il dit de la répartition des dons de l'Esprit à tous et chacun, ensuite en observant comment Paul invite au « partage » des dons et notamment ceux liés à la parole, enfin en constatant qu'il offre des pistes pour dépasser les divisions qui menacent le « commun ».

Des dons divers offerts à chacun et répartis

Paul a besoin d'images pour dire aux Corinthiens qui ils sont ensemble. L'une de ces images est un sanctuaire achevé : « Vous êtes un sanctuaire de Dieu […] l'Esprit de Dieu demeure parmi vous » (1 Co 3, 16). Ainsi, l'Esprit habite en chacun et dans l'édifice qu'ils constituent ensemble. Paul qualifie les Corinthiens de « spirituels » (pneumatikos, au masculin pluriel ; 1 Co 3, 1) pour au moins deux raisons : parce qu'ils ont reçu des manifestations de l'Esprit et parce qu'ils sont rendus capables d'entendre le discours déroutant à propos du Messie crucifié. Ils doivent s'efforcer dès lors de ne plus être « charnels » (1 Co 3, 3). Paul enrichit son vocabulaire pour décrire ce que les spirituels reçoivent de Dieu : des « dons spirituels »...


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.