Au début de l’histoire biblique, quel est le lieu de Dieu ? La réponse est simple car Dieu n’est pas situé dans un lieu précis, il n’est pas le Dieu de tel ou tel sanctuaire. Dieu se rend présent à l’homme par Sa Parole : « Quitte ton pays et va vers le pays que je t’indiquerai » dit-Il à Abram (Gn 12,1). Quand Dieu se révèle à Moïse, c’est à nouveau par une Voix qui émane d’un buisson ardent ; c’est là qu’Il révèle son nom « Je Suis celui qui Suis » (Ex 3,14). La rencontre du Dieu de la Bible avec les patriarches peut se vivre aussi de nuit ; ainsi Jacob, après le combat d’une nuit contre l’Inconnu, nomme ce lieu Penuel car, dit-il, « J’ai vu Dieu face à face et j’ai eu la vie sauve. » (Gn 33,31) 
Dieu a entendu la misère de son peuple et le libère de la main de Pharaon, Il l’accompagne ensuite pendant les quarante ans de sa marche dans le désert sous la forme d’une colonne de nuée : Dieu nomade se déplace avec son peuple nomade (Gn 40,38). Au cours de cet Exode, Dieu, certes, rencontre Moïse mais c’est dans la tente de rencontre, lieu fragile, précaire (Gn 33,7). Lorsque les tables de l’Alliance sont gravées, elles sont portées dans l’arche, au rythme de la marche du peuple.
 


« Est-ce que vraiment Dieu habiterait sur cette terre ? »

 
 
Puis, vient le temps où le peuple des Hébreux, établi en terre de Canaan, se compare aux autres peuples de la région : il lui faut un roi comme les autres (1 Sam 8). Les autres peuples ont des sanctuaires où ils rendent un culte à leurs divinités, il faut alors construire une demeure pour Dieu. David souhaite le faire mais Dieu le lui refuse : « Est-ce toi qui me construiras une maison ?... Je n’ai jamais habité de maison depuis le jour où j’ai fait monter d’Égypte les Israélites jusqu’à aujourd’hui, mais j’étais en camp volant sous une tente et un abri » (2 Sam 7,7). Salomon, devenu roi, construit un temple au Seigneur (1R 6,1). Pourtant, il se questionne : « Est-ce que vraiment Dieu habiterait sur la terre ? Les cieux et les hauteurs des cieux ne peuvent te contenir ; encore moins cette maison que j’ai bâtie.» (1R 8, 30). Dans cette nouvelle étape de son histoire, le Temple devient, pour le peuple d’Israël, un élément central de sa relation avec son Dieu, sur la Terre promise, avec le roi choisi par Dieu et oint par le prophète.
Mais, à l’étape suivante de l’Exil à Babylone, tous les éléments qui constituaient le cadre de la relation à Dieu disparaissent : plus de Temple, plus de roi, plus de terre. Les exilés lancent alors ce cri vers Dieu : « Comment chanterions-nous un chant à Dieu sur une terre étrangère ? » (Ps 137,4). Encouragé par les Prophètes, le peuple se rass...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.