En réponse à la fatigue de nos vies hyperactives, l'expérience spirituelle relatée par Marie de l'Incarnation offre une autre image que celle de l'épuisement dans l'action, c'est celle d'une force et d'un équilibre intérieurs trouvés en Dieu.
« Qu'ils ne s'épuisent pas au travail,
Que le centre de gravité de leur vie ne soit pas
Dans les choses à faire mais en Dieu. »
Pedro Arrupe
 

La définition du terme « dépassement » contient l'idée d'un débordement des limites assignées à un « corps » et sollicite l'imaginaire de l'expansion. Le risque de l'expansion, quand elle ne trouve pas de terme, est l'épuisement des ressources propres ou, au pire, l'éclatement. Le mystique qui accepte de s'aventurer sur les rivages de l'aventure intérieure n'incarne-t-il pas à merveille la capacité à se dépasser mais ne risque-t-il pas aussi l'excès ? À plus forte raison si ce mystique est un homme ou une femme d'action prompt à se donner corps et âme pour la gloire de Dieu et le bien des hommes. Certains récits de vies saintes données en exemple peuvent susciter l'admiration certes mais aussi, peut-être, une once de découragement. Qui a l'énergie pour se jeter dans l'action comme celles et ceux qui semblent ne jamais accorder à leur corps le repos salutaire ? L'ursuline Marie de l'Incarnation (1599-1672) est de cette étoffe-là : mystique et aventurière, elle est une belle figure de femme d'action. Sa vie nous « parle », même si sa destinée semble hors du commun, inscrite comme elle est dans une histoire qui révèle un talent inouï mis au service de Dieu avec une énergie sans cesse renouvelée. Bien qu'appartenant au « sexe faible » (oui, au XVIIsiècle, ce sexe-là est encore considéré comme faible !), elle a traversé un océan et affronté l'inconfort d'un pays hostile jusqu'à la mise en danger de sa vie. Dans son éloge funèbre, ses sœurs font remarquer que rien ne l'a arrêtée, pas même la maladie. Marie rassemble toutes les qualités permettant le dépassement de soi physique et intérieur, et elle n'a cessé d'être en mouvement. En a-t-elle trop fait ? Admirer en Marie de l'Incarnation la femme d'action ne signifie pas donner l'hyperactivité en modèle de sainteté, tant s'en faut ! Car l'expérience spirituelle relatée par la missionnaire offre une autre image qu...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.