Que les chrétiens aient à se nourrir du Verbe de Dieu aux « deux tables de la Bible et de l’Eucharistie » 1, voilà ce qu’atteste la plus ancienne pratique de l’Église. C’est cette symbolique des deux tables qu’a voulu particulièrement honorer la réforme liturgique de Vati­can II, rappelant ainsi que « l’Église a toujours vénéré les divines Écritures comme elle l’a toujours fait aussi pour le Corps même du Seigneur, elle qui ne cesse, surtout dans la sainte liturgie, de prendre le pain de vie sur la table de la Parole de Dieu et sur celle du Corps du Christ pour l’offrir aux fidèles » 2.
Il en ressort que l’Écriture est « pain de vie », un pain à manger au même titre que le pain eucharistique, ce pain descendu du ciel dont Tertullien disait qu’il est « la parole du Dieu vivant ». L’Écriture et le pain sont les deux modes de l’unique liturgie en laquelle Dieu parle et se communique. L’Écriture est offerte au croyant comme sacrement de la Parole de Dieu et réciproquement le sacrement « ef­fectue » en lui cette Parole qui guérit et nourrit, lie et délie, réconcilie et rassemble, confirme et envoie.
 

La conversation humaine


Suffit-il cependant d’affirmer la sacramentalité de l’Écriture et de faire valoir « la dynamique qui va de la table des Écritures à celle du sacrement » 3 pour être quitte ? Dieu ne saurait être assigné à rési­dence ni dans la lettre ni dans le rite. Ni l’une ni l’autre n’épuisent sa Parole. Et que gagnerait-on à l’enfermer dans la circularité des deux ? Ce serait oublier que la médiation sacramentelle de l’Église déborde sa lectio divina et son activité liturgique pour s’ouvrir aux dimensions de la vie.
Pour le dire autrement, on nous permettra de filer la belle méta­phore reçue de la Tradition et de prolonger les « deux tables » par une troisième, une table ouverte, une table de la rencontre où puissent s’asseoir ceux qui n’ont pas lu les livres saints et ne fréquentent pas les églises, une table profane en somme où puisse se manifester sous leurs yeux la sacramentalité de la vie elle-même quand elle se laisse saisir et nourrir par la Parole de Dieu. Celle-ci serait proclamée et célébrée en vain si du même mouvement elle n’était attestée par la vie théologale de ceux qu’elle convoque et rassemble, si elle ne se donnait aussi à entendre dans la réponse du « Me voici » que les croyants lui adressent. La Parole de Dieu s’en remet à leur témoi­gnage, non pas pour être récitée comme une leçon de catéchisme ou répétée comme un code de lois, mais pour être racontée comme un secret d’amour, comme l’histoire d’une alliance. Mieux encore, c’est une oeuvre d’engendrement qu’accomplissent ceux qui se laissent nourrir par la Parole de Dieu, comme l’explique saint Bède dans le commentaire qu’il fait de la fameuse réplique de Jésus : « Ma mère est mes frères, ce sont ceux qui entendent la Parole de Dieu et qu...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.