« Tu honoreras ton père et ta mère, mais s’ils te demandent de transgresser la loi, rappelle-leur qu’eux-mêmes sont soumis à la loi. » Talmud

Il y a encore une cinquantaine d’années, un consensus social existait quant au bien-fondé d’une autorité des parents ou des professeurs, et il ne venait à l’idée de personne de leur demander au nom de quoi ils se sentaient ainsi justifiés à exiger telle ou telle chose. Or, peu à peu, ce consensus a éclaté au bénéfice d’une volonté de « comprendre » les enfants, et nous sommes passés du droit parfois excessif des parents à poser des règles et des interdits à un autre excès, celui du droit des enfants à être entendus dans leurs revendications d’autonomie. Or il me semble que toute « vérité » ne vit que d’être paradoxale, et que l’oublier expose aux dangers qu’on voulait éviter.
 

Des parents en quête de réassurance


Il n’est que d’écouter des parents venant en consultation au sujet d’enfants en difficulté pour constater combien il est devenu difficile à la plupart de poser des limites, avec un leitmotiv : « Je ne veux pas que plus tard mon enfant ait quelque chose à me reprocher. » Sousentendu : « Si je lui impose quelque chose, va-t-il encore m’aimer ?…
 Et ce risque je ne peux pas le prendre, la vie pour moi est trop dure. Et quand il pleure, cela fait tellement écho en moi que je ne peux que le consoler. » Serait-ce donc mal de faire passer la tendresse et l’empathie avant la frustration ?
Je me souviens ainsi d’une femme divorcée venant avec son petit garçon de six ans, plusieurs fois signalé pour violences à l’école, et me disant : « Vous comprenez, j’ai eu un père “macho”. Quoi qu’il se passe, si cela le dérangeait, je recevais une gifle. Alors moi, je me suis dit que quand j’aurai un enfant, je le respecterai dans sa liberté. Quand il fait une bêtise, je parle avec lui, et la plupart du temps je découvre qu’il avait de bonnes raisons de faire ce qu’il a fait… » En fait d’« autorité », le père ne savait que se débarrasser d’elle quand elle le gênait. Comment aurait-elle pu accepter une « loi » aussi arbitraire ? N’ayant pas eu les expériences nécessaires à la construction de repères fiables à l’intérieur d’elle, cette femme ne savait que s’identifier massivement à cet enfant « malheureux » qu’elle avait elle-même été et qu’elle voulait magiquement réparer.
Au fond, c’est un bon exemple de tous ces parents inquiets qui renversent les rôles et demandent à leurs enfants de les rassurer sur eux-mêmes. Mais nous voilà au coeur de notre problématique d’une autorité qui, pour être juste, requiert de se recevoir de quelqu’un de fiable et de se construire à partir de modèles qui, eux-mêmes, se vivent en sécurité sous la loi qu’ils proclament.


La lente maturation de Moïse


Quand on m’a demandé d’écrire à propos de l’autorité, m’est immédiatement venu à...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.