« Tu as permis, Seigneur, que j’aille au bout de l’impasse.
J’ai connu l’horreur de l’existence ;
J’ai maudit ma propre vie.
J’ai perdu le souvenir de ton visage
Et tu me faisais peur.
Je vivais aux frontières de la révolte et du blasphème.
Je n’étais plus qu’un mort vivant.
Mais au bout de l’impasse,
Tu m’avais donné rendez-vous.
Tu m’attendais les bras ouverts sur le bois de la croix.
Alors j’ai reconnu ton...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.