L’épisode de la femme adultère (Jn 8,3-9) m’a beaucoup inspiré sur la conduite à tenir à chaque fois que j’avais le sentiment d’être pris en tenaille par mes associés ou collaborateurs devant une décision difficile. Jésus prend le temps de se laisser inspirer par l’Esprit pour sortir du piège tendu par les garants de la Loi et trouver « les mots justes » qui renvoient chacun à sa liberté et à sa responsabilité, qui libèrent des espaces et ouvrent des marges de manoeuvre là où c’était clos. Ces « mots justes » existent toujours. Il faut les chercher, les trouver, les inventer avec l’aide de l’Esprit… comme Jésus nous le montre ici. Or c’est bien par la médiation des autres, dans le dialogue et le débat, que j’ai senti le plus souvent l’Esprit agir, et non pas par « hot line » ou « téléphone rouge ». C’est bien ainsi qu’il m’a éclairé pour m’ouvrir des voies nouvelles ou me faire adopter des comportements plus dignes de l’humain.
 

Le respect mutuel


D’abord, j’ai vite pris en compte que seul, je n’étais pas grand-chose, pas au meilleur de moi-même et qu’il en était également ainsi pour les autres : nous sommes plus efficaces en groupe qu’en lonesome cow-boy. Ce n’est pas par hasard si j’ai créé mon entreprise à 45 ans en m’associant avec un homme très différent de moi à tout point de vue (âge, formation, culture, goûts), que je ne connaissais pas six mois avant, mais complémentaire et indispensable pour mener mon projet. Seul, je ne serais jamais « parti ». J’avais besoin d’un alter ego pour échanger, questionner, contre-argumenter, être interpellé (sur le bien-fondé, la cohérence, l’impact de mes propo­sitions), proposer des alternatives… Seul, je sais que je ne peux rien faire, ou si peu, sauf à tâtonner, me tromper, multiplier les risques. Nos conseils nous invitaient à ne pas être à 50/50, afin qu’en cas de conflit, l’un puisse emporter la décision au lieu de la voir gelée par l’autre. Nous avons passé outre. Notre souci partagé du dialogue nous a toujours poussés à trouver la décision pour avancer.
Puis j’ai essayé d’accorder à la relation humaine l’importance qui lui revient. « Vous commencerez par le respect », insiste Mau­rice Bellet 1. Cela passe parfois par de petites choses : chaque jour, dire d’abord bonjour à ses collaborateurs, et ce avant toutes choses – avant même de s’installer dans son bureau, d’ouvrir son PC, de regarder ses mails… « Saluer autrui, c’est déjà répondre de lui », dit Emmanuel Levinas qui tenait l’« après vous » pour le commen­cement de l’éthique. « Avant le “je pense”, aimait-il à dire, il y a le bonjour ! » 2.

Tous pris en compte

J’ai toujours constaté que l’entreprise avait intérêt à tenir compte de l’avis du maximum de personnes (il y a davantage d’intelligence dans plusieurs réunies que dans une seule), et notamment de ceux qui étaient au plus près...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.