Le comportement des catholiques français pendant la deuxième guerre mondiale offre un ample éventail d’attitudes et de réflexions relatives à l’obéissance à l’autorité et au devoir de désobéissance. Tous les résistants, à commencer par De Gaulle, ont été des rebelles, pour divers motifs. Parmi eux, les militants catholiques de la résistance spirituelle – ceux qui puisaient dans leur foi chrétienne leur motivation principale, en s’associant pour la propagande et l’action aux autres résistants – ont désobéi à la fois au gouvernement légal et à la hiérarchie religieuse dont ils reconnaissaient par ailleurs l’autorité. Désobéissance particulièrement scandaleuse, et condamnée comme telle, lorsqu’elle est le fait de théologiens diffusant clandestinement une pensée subversive, de religieux bravant les consignes formelles de leurs supérieurs 1. Une poignée de jésuites lyonnais en a donné un exemple notoire en éditant les Cahiers du Témoignage chrétien clandestins.
 

Défendre la foi ou soutenir le maréchal ?


En trois ans, quatorze Cahiers doublés par douze Courriers plus légers (plus de 500 pages serrées) sont rédigés anonymement, imprimés et diffusés clandestinement, au mépris de la loi de l’État et des règles canoniques sur les publications des religieux 2. Pour servir le « front de résistance spirituelle contre la dictature hitlérienne », ils livrent des informations et des documents, des analyses et des jugements qu’on ne lit dans aucun organe légal, obligatoirement censuré. Ils veulent montrer que le nazisme est décidé à éliminer la foi chrétienne, par la violence ou par la corruption, et dénoncer ses complices, au premier chef le pouvoir de Vichy. Pour eux, celui-ci entretient une équivoque mortelle : le gouvernement qui honore l’Église et la sert ostensiblement apporte aussi sa « collaboration » (en fait sa soumission) à « l’ordre nouveau » allemand, servant ainsi le plan hitlérien de destruction du christianisme et de toute dignité humaine. Il faut alerter les chrétiens et les amener à s’associer, au nom de leur foi, à tous ceux qui luttent pour « les valeurs les plus hautes et les plus universelles, menacées par la domination hitlérienne ». Les responsables de l’organe clandestin interviennent donc en politique, non pour défendre un parti mais pour sauver des valeurs en combattant ceux qui les ruinent. Ils le font en transgressant, sans les attaquer explicitement, les directives de l’épiscopat et de leurs supérieurs.
Les évêques français ont en effet applaudi la venue au pouvoir du maréchal Pétain et son appel à un redressement moral, ils ont apprécié l’accueil favorable fait par son gouvernement à leurs revendications sur l’enseignement libre et les congrégations. Nombre d’entre eux encensent sans retenue le chef de l’État, donné à la France par la Providence non seulement pour la protéger et la relever dans son malheur, mais pour en refaire un...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.