Marie

Christus 206HS - Mai 2005
Christus 206HS

Ce hors série veut faire droit à ces trois dimensions : Marie dans l’Evangile ; Marie, figure de l’Eglise ; Marie entre toutes les femmes. Sans cesse reprise au fil des articles, la méditation du mystère de Marie dans les Ecritures crée comme un thème musical. S’il est parfois souterrain, il réapparaît toujours avec éclat, de façon inattendue ; ses multiples variations donnent de la saveur et du poids à l’écoute de la Parole : la beauté de Marie, la beauté de son itinéraire, surgit des Ecritures et s’offre dans ces pages.
Le primat de l’amour, pour Marie, est signifié dans le don total qu’elle fait d’elle-même. Sa maternité virginale ne cesse d’interroger nos existences, leur fécondité, à l’intime de nos choix. Voilà pourquoi la virginité et la chasteté chrétiennes sont abordées avec force dans ce numéro. Ainsi, le visage maternel, virginal et sponsal de l’Eglise transparaît dans la multitude de ses enfants, quelle que soit leur vocation. Dans un troisième temps, nous avons tenu à laisser s’exprimer le génie chrétien d’un certain nombre de femmes dans leur relation à Marie. Femmes consacrées, femmes prophètes, elles ont profondément renouvelé le visage de l’Eglise. A travers elles, la Mère de vérité et de vie ne cesse de donner le Christ au monde et le monde au Christ. Comme un prolongement du cinquantenaire de " Christus ", ce hors série était en préparation de longue date. Le passage à Dieu de Jean Paul II vient lui donner un autre sens : il est notre hommage à celui qui, inlassablement, a médité le mystère de celle à qui, dans le Christ, il avait voué sa vie : " Totus tuus ". Insistant dans l’encyclique " Redemptoris Mater " (1987) sur le caractère intérieur du pèlerinage de l’Eglise, il écrivait : " C’est justement dans ce cheminement, ce pèlerinage ecclésial à travers l’espace et le temps, et plus encore à travers l’histoire des âmes, que Marie est présente, comme celle qui est “heureuse parce qu’elle a cru”, comme celle qui avançait dans le pèlerinage de la foi, participant comme aucune autre créature au mystère du Christ. Le Concile dit encore que, “intimement présente (...) à l’histoire du salut, Marie rassemble et reflète en elle-même d’une certaine façon les requêtes suprêmes de la foi”. Au milieu de tous les croyants, elle est comme un “miroir” dans lequel se reflètent “les merveilles de Dieu” (Ac 2,11) de la manière la plus profonde et la plus limpide. "

Format papier 15,00 €