Avant d'aborder la question de l'individualisme dans la Corée actuelle il est bon de rappeler dans quel contexte elle se développe. La société coréenne est surtout marquée par la philosophie confucéenne, dont la valeur essentielle est la recherche d'une harmonie sociale qui reflète l'ordre de la nature. De même que les saisons se succèdent et que la nature vit selon le mouvement commandé par la lune et le soleil, l'harmonie règne si les jeunes suivent leurs aînés et respectent la place que la naissance leur a donnée dans la famille, et la famille dans la société. L'appartenance au groupe et la place qu'on y occupe priment donc sur l'existence personnelle. Cela se traduit, dans la langue, par l'importance du « nous » et, dans la vie quotidienne, par le remplacement du prénom au profit d'une dénomination indiquant le rang dans le groupe ou la situation sociale. Une autre caractéristique de la société coréenne est l'importance attachée à la connaissance et aux études, où se révèlent une grande ouverture aux sciences nouvelles et la recherche de nouveaux modèles.
Nous réfléchirons aux formes, surtout négatives, que revêt l'individualisme chez les jeunes Coréens, avant de nous demander ce que peut signifier la notion chrétienne de personne dans un tel contexte et quelles sont ses chances d'émerger. Je m'appuierai pour cela sur mon expérience d'enseignante en philosophie auprès d'étudiants relevant de disciplines et de niveaux différents.
 

Le culte de l'internet


L'individualisme des jeunes Coréens correspond d'abord, face au groupe prédominant dans la société traditionnelle, au besoin qu'ils ont d'être reconnus pour eux-mêmes. Il traduit l'aspiration à une personnalité originale Mais comme rien ne prépare dans la culture traditionnelle, à l'émergence d'une personnalité propre, le refus des modèles traditionnels conduit à la création de nouveaux types, qui ne sont que le reflet des images transmises par les mass médias. On assiste ainsi à une uniformisation du comportement des jeunes, dans leur manière de s'habiller, à leurs couleurs de cheveux, qui reproduit celles des chanteurs à la mode ou des stars de la télévision. Ces stars leur apparaissent comme libérées des lois sociales et disposant du pouvoir immense que donne l'argent. Mais ils n'ont pas conscience que, bien loin de développer une originalité personnelle elles sont en fait les victimes de la société de consommation et des industries de la culture
La revendication d'une reconnaissance personnelle, si légitime soit-elle se produit dans un contexte où l'essentiel est de réussir socialement, avec l'argent pour seule mesure. Depuis l'indépendance, les gouvernements successifs ont inculqué dans l'esprit de la population l'idée qu'il fallait être les meilleurs dans la guerre économique Pour les jeunes, se construire signifie donc dominer les autres, être le propriétaire absolu de son monde
L'intérêt porté aux connaissances nouve...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.