La messe est un rendez-vous intime avec le Christ qui advient cependant dans un rassemblement où d'autres sont présents. En prendre conscience aide à déployer l'expérience spirituelle qu'est la liturgie dominicale jusqu'aux bords de notre monde familier.

On peut supposer que, pour la plupart des pratiquants, l'eucharistie dominicale est une expérience spirituelle ; même si, bien entendu, d'autres éléments entrent en jeu, par exemple le plaisir de retrouver des amis, la satisfaction esthétique, le besoin de marquer un jour différent dans la semaine. La perspective qu'on adoptera ici s'attachera justement à ces éléments de la célébration, qu'on pourrait juger secondaires, pour souligner qu'ils participent bien de l'expérience de Dieu qu'est la liturgie eucharistique.

De fait, ne pourrait-on pas considérer l'eucharistie avec un regard large ? Bien sûr, c'est un rendez-vous avec le Christ, à l'intime de soi ; mais cela ne peut advenir sans une célébration où l'on côtoie d'autres personnes avec qui nous entrons dans l'accueil du don de Dieu. En prendre conscience aide à déployer l'expérience spirituelle qu'est la liturgie dominicale à l'échelle de nos réseaux de relations mais, plus encore, l'ouvre à ceux qui demeurent dans l'ombre de nos échanges. Dès lors, la messe peut être regardée comme ce qui donne une respiration à l'existence, en l'orientant vers Dieu et en laissant celui-ci la déplier pour la mener jusqu'aux bords de notre monde.

Je me suis appuyé en partie, pour rédiger ce texte, sur les réponses au questionnaire lancé par Christus au sujet de la paroisse.

La messe, une force du familier

Pour la grande majorité des catholiques, la messe reste une référence centrale. Yann Raison du Cleuziou, sociologue du fait religieux, après avoir présenté les différentes sensibilités chrétiennes qui aujourd'hui risquent de s'éparpiller en archipel, note que « tous les catholiques rencontrés l'évoquent à un moment ou à un autre ; les plus détachés finissent toujours par parler de la messe et de l'église ». Et il ajoute : « Malgré la multiplicité des formes d'appartenance au catholicisme, il faut souligner que les grands rites liturgiques restent un élément d'unité, un carrefour où toutes les tendances se croisent. »1

De fait, pour ceu...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.