En présentant Marie comme « vierge », l'Evangile de Luc ajoute qu'elle était « accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph » (Le 1,27). Ces informations apparaissent, à première vue, contradictoires. Il convient de noter que le terme grec utilisé dans ce passage n'indique pas la situation d'une femme qui a conttaaé un mariage et qui vit donc dans l'état matrimonial, mais celui des fiançailles. Toutefois, à la différence de ce qui a lieu dans les cultures modernes, dans la tradition judaïque, l'institution des fiançailles prévoyait un contrat et avait normalement une valeur définitive ; en effet, elle introduisait les fiancés dans l'état matrimonial, même si le mariage ne s'accomplissait pleinement que lorsque le jeune homme conduisait la jeune fille dans sa maison.
Au moment de l'Annondation, Marie se trouve donc dans la situation de promise au mariage. On peut se demander pourquoi elle a accepté les fiançailles, à partir du moment où elle avait déddé de rester vierge pour toujours. Luc est consdent de cette difficulté, mais se limite à rapporter la situation, sans apporter d'explications. Le fait que l'évangéliste, tout en soulignant l'intention de virginité de Marie la présente également comme l'épouse de Joseph représente un signe de la crédibilité historique des deux informations.

On peut supposer qu'au moment des fiançailles il y a eu une entente entre Joseph et Marie sur son projet de vie virginale. D'ailleurs, l'Esprit Saint, qui avait inspiré à Marie le choix de la virginité en vue du mystère de l'Incarnation, et qui voulait que celle-d advînt dans un cadre familial propice à la croissance de l'Enfant, a pu également susdter chez Joseph l'idéal de la virginité.
Lui apparaissant en rêve, l'Ange du Seigneur lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie ta femme car ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint » (Mt 1,20). Il reçoit ainsi la confirmation d'être appelé à vivre de façon tout à fait spédale la voie du mariage. A travers la communion virginale avec la femme choisie pour donner le jour à Jésus, Dieu l'appelle à coopérer à la réalisation de son dessein de salut.
Le type de mariage vers lequel l'Esprit Saint oriente Marie et Joseph n'est compréhensible que dans le cadre du plan salvifique et dans le cadre d'une haute spiritualité. La réalisation concrète du mystère de l'Incarnation exigeait une naissance virginale qui soulignait la filiation divine et, en même temps, une famille qui puisse assurer le développement normal de la personnalité de l'Enfant. C'est prédsément en vue de leur contribution au mystère de l'Incarnation du Verbe que Joseph et Marie ont reçu la grâce de vivre ensemble le charisme de la virginité et le don du mariage. La communion d'amour virginal de Marie et de Joseph, bien que constituant un cas tout à fait particulier, lié à la réalisation concrète du mystère de l'Incarnation, a toutefois...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.