Labor et Fides, 2018, 320 p., 24 €.

Jens Schröter est un exégète chrétien allemand reconnu. Dans cet ouvrage court, dense mais accessible, il présente les éléments clefs pour comprendre l'homme de Nazareth : les sources, son insertion dans le judaïsme de son temps, ses guérisons, son enseignement sur le Royaume, son rapport à la Torah. Moins historien et plus théologien que John Paul Meier (Un certain Juif : Jésus, cinq volumes, Cerf, 2004-2018), il se rapproche davantage de la démarche d'un James Dunn dans Jesus Remembered (Eerdmans, 2003), soulignant fortement combien éléments historiques et remémorations croyantes sont indissociablement imbriqués dans les textes néotestamentaires. Il ne rentre pas dans le détail des débats et, à mon sens, a un peu trop tendance à prendre toutes les paroles évangéliques ou presque comme remontant au Jésus de l'Histoire (voir son significatif « dont le noyau le plus ancien est très certainement dû à Jésus lui-même », en commentant Luc 13,32-35). Ceux qui veulent une présentation synthétique, sérieuse et claire des travaux sur le Jésus historique disposent ainsi d'une version nettement plus accessible que celle de Meier et surtout plus brève. En outre, à la différence de ce dernier, il couvre la question des « titres » (« Fils de l'Homme », « Messie », etc.) et va jusqu'aux témoignages sur la Résurrection. L'ensemble compte 270 pages car les trente dernières pages sont une brève introduction au christianisme, aux conciles de l'Antiquité, à la représentation de Jésus dans la peinture, à la musique et au cinéma. Pas inintéressants mais, à mon sens, au-delà du sujet.