Après une longue période d’indifférence, voire de mépris à son égard, saint François d’Assise est devenu au xixe siècle la figure lumineuse du «?saint aux oiseaux?». D’autres saints sont renommés pour leur relation inhabituelle et enchantée avec les animaux, mais à lui seul, François semble avoir concentré les principales caractéristiques du saint familier des bêtes : complicité, compassion, admiration devant leur beauté et leur innocence. Le courant romantique a su saisir en outre que cette...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.