« J’ai rompu mon corps comme le pain,
et l’ai partagé entre les hommes. »
Etty Hillesum 1



Jusqu’ici, les écrits d’Etty Hillesum avaient été publiés en français sous la forme d’une anthologie relativement fidèle, du point de vue de la quantité, de la chronologie et de la langue, au texte original. Focalisée sur la portée spirituelle du témoignage d’Etty, Une vie bouleversée avait créé un immense émoi lors de sa première parution en 1985 au Seuil. Suivirent des extraits des Lettres de Westerbork en 1988 chez le même éditeur. L’édition intégrale de ses Écrits, parue en 2008, toujours au Seuil, permet enfin d’avoir une vision exhaustive de cette jeune femme juive extraordinairement douée pour l’introspection.
Ce volume donne une image riche, nuancée et authentique de cette jeune femme d’exception : non pas une sainte étrangère au monde, mais une personnalité audacieuse et libertine, douée in-tellectuellement et artistiquement, amoureuse de la vie et tentant par l’écriture de dompter le foisonnement anarchique qui l’entrave. C’est aussi un merveilleux journal intime, la chronique minutieuse et inlassable d’une passion, avec ses moments exaltants et ses crises de jalousie et de dépression contrebalancées par des efforts pour reconquérir un peu de distance et de sérénité.

Si cette oeuvre nous montre comment Etty gagne progressivement en clarté psychique grâce au processus thérapeutique de l’écriture, elle nous confronte aussi au mystère d’un cheminement spirituel au coeur d’une époque tragique entre toutes. Loin d’être une fuite du monde, il est plutôt son assomption au prix d’une vie intérieure travaillée par la grâce. Si, pour saisir l’impressionnant itinéraire spirituel d’Etty Hillesum, l’anthologie dégageait l’essentiel, la version intégrale de son journal est cependant beaucoup plus intéressante. En effet, on y voit sa pensée se déployer dans toute sa fascinante complexité, en mettant mieux en exergue, du coup, comment sa vie fut bouleversée. Les échos de sa voix n’ont pas fini de résonner en nous, tant ses écrits témoignent de l’irruption de Dieu dans une vie.

La conversion à l’intériorité
 

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.