Rue de l'Evangile.. C'est le nom de la rue qui traverse le quartier de la Chapelle à Paris, dans le xviir arrondissement, avec ses 27 000 habitants (60 nationalités). Pourtant, seuls 350 (soit 1,3% de la population) fréquentaient régulièrement la paroisse Saint-Denys de la Chapelle avant les lournées Mondiales de la Jeunesse de 1997. Comment pouvions-nous atteindre les 98,7% restants ? Comment faire grandir la conscience missionnaire de ceux qui se reconnaissaient déjà comme croyants ?
Nous avons d'abord cherché à favoriser la convivialité des pratiquants en organisant des repas une fois par mois après la messe du dimanche. La participation fut bonne avec plus de 150 personnes à chaque repas. Mais, les mois passant, il y avait de plus en plus d'enfants et de moins en moins de parents. Ces repas manquaient d'animation et de profondeur. Manger à la même table ne suffit pas à susciter la vie fraternelle. Nous avons alors cherché à répondre à la demande de certains recommençants dans la foi en leur proposant la catéchèse pour adultes, dispensée pendant les rencontres mensuelles du catéchuménat paroissial. Mais la formation que nous donnions, surtout basée sur des enseignements, manquait de partage fraternel, de convivialité et d'initiation spirituelle. De plus, le rythme mensuel de ces rencontres nous obligeait à remotiver les personnes avant chaque réunion (avec plus ou moins de succès).
Depuis quelques années, le groupe de prière de la paroisse introduisait à une foi vivante, une expérience spirituelle. Mais les personnes en recherche qui rejoignaient ce groupe avaient aussi besoin d'une catéchèse de base. Par ailleurs, plusieurs petits groupes de partage de vie, de qualité, aspiraient à s'élargir. Bon nombre de personnes assumaient des services concrets dans la paroisse, mais les liens entre elles et le reste de la vie paroissiale demandaient à être renforcés. Enfin, le grand besoin de catéchistes, d'animateurs d'aumônerie, d'équipes de préparation au mariage et au baptême indiquait la nécessité de redynamiser la vocation missionnaire locale de tout baptisé.
 

Le miracle des JMJ


En 1997, la paroisse, comme d'auttes en France, a été sollicitée pour accueillir des jeunes à l'occasion des JMJ. Nous nous souvenons tous de l'invitation faite aux jeunes du monde entier : « Venez et voyez ! » Des jeunes (nous en attendions 2000) allaient venir chez nous, de Pologne, de Saint-Domingue, des Etats-Unis, d'Australie, pour voir... Mais voir quoi ? Il n'y avait ni édifice extraordinaire, ni communauté chrétienne si vivante que cela vaille le déplacement de si loin ! Emboîtant le pas sur l'acte de foi du pape, nous nous sommes donc préparés à accueillir les jeunes. Pendant presque deux mois, deux, quaue, puis quinze, puis quarante et jusqu'à cent dix personnes de la paroisse et du quartier ont oeuvré pour les recevoir. Nous avons aménagé les locaux, partagé les repa...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.