Se décentrer de soi-même est un appel audacieux mais nécessaire, adressé à l'Église et à chacun. En effet, dans un monde de plus en plus « liquide », seules les attitudes les plus élémentaires du Christ témoignent de l'expérience personnelle et communautaire d'un Dieu qui nous aime jusqu'à donner sa vie pour nous. « Aller aux périphéries » consiste à suivre le Christ sur des chemins inhabituels où Jésus rencontre les hommes et les femmes de son temps dans leur quotidien, parlant avec eux de ce qui les préoccupe. Ces « périphéries » sont « existentielles » autant que spatiales. S'y rendre, c'est mettre au centre de nous-même et de la société ce qui fait notre fragilité, nos pauvretés et, du coup, notre soif d'autres possibles. La fraternité que nous invoquons et craignons à la fois serait-elle alors le nouveau nom de l'évangélisation, quand se discernent en elle la présence du Ressuscité et les fruits de foi et d'amour de la Bonne Nouvelle ? Elle a le visage et la douceur du Samaritain, ce marcheur étranger qui, à l'image de Jésus, se fait le compagnon de l'homme blessé et s'inquiète de son avenir.

Une seconde conversion se découvre ici dans le décentrement de soi qui transforme notre lecture de l'Évangile. L'attention du cœur jusqu'au soin de l'autre est une grâce à travailler en soi, au moyen de « l'application des sens », une manière ignatienne de contempler l'Évangile en lien avec la réalité qui nous habite. Toute forme de piété se regarde dans l'Esprit qui la suscite et y désigne la marque du Christ. Dieu lui-même est venu planter sa tente parmi les hommes, abri précaire et extensible où tous ont leur place auprès d'un Dieu itinérant, dont le sanctuaire n'est fixé nulle part une fois pour toutes, sinon dans la louange de ceux qui ouvrent leur cœur et rendent grâces.

Aujourd'hui, un service comme la Délégation catholique à la coopération permet à des jeunes « d'élargir leur tente » en expérimentant une manière d'habiter chez l'autre, au loin. Chez nous, retisser le lien communautaire implique un contact direct et une conversation spirituelle dans une expérience commune. Manière de se mettre au service de l'Évangile qui ne cesse de nous décentrer pour écouter, aimer et annoncer.

 

 

Découvrez notre nouveau n° "Décentrés pour aimer" !