Société

LE SPORT
CHRISTUS N°247
-
La rédaction Christus
Le sport est devenu aujourd’hui un phénomène social et culturel qui imprègne la vie quotidienne. Mais il s’y révèle une ambivalence croissante. Le plaisir éprouvé à pratiquer, à gagner, ou tout simplement à regarder un sport, peut conduire à une passion déréglée, tandis que le jeu ou le talent admirable de beauté, de gratuité, mais aussi de travail, n’excluent pas une dépendance qui peut aller jusqu’à l’addiction, le dopage ou l’écœurement. L’argent crée le spectacle et motive le désir mais peut aussi acheter la santé… Le bon grain et l’ivraie y poussent donc ensemble et font du sport un lieu de combat spirituel. On peut en sortir vainqueur et y découvrir un chemin de croissance, car l’Esprit y est à l’œuvre (M. Vallée). Que se joue-t-il donc dans le sport de si important pour l’homme et la société ? La référence à la guerre et à la force y est évidente. Mais l’art et la vérité y sont aussi convoqués à travers le spectacle et le jeu : la capacité pour un homme ou une équipe, donc une société, de s’approprier un geste ou un sport avec ses règles et ses techniques, en révèle &agrave...
Mots clés : Epreuve Exercices spirituels Foi Violence Réalisation de soi Epanouissement personnel Recherche de la reconnaissance Estime de soi Sport Société Dépassement de soi
Lire la suite
HABITER AUTREMENT NOTRE « MAISON COMMUNE »
07 SEPTEMBRE 2015
-
Remi de Maindreville
  Habiter de manière plus juste notre « maison commune », et pour cela, faire le lien entre notre comportement personnel et collectif à l’égard de la planète qui nous est confiée, et nos relations avec les personnes et populations les plus pauvres, les plus injustement traitées : réfugiés, migrants, exclus politiques ou économiques,… personnes en détresse souvent toutes proches de nous. Nous n’avons pas tous la liberté ou le goût de pouvoir en faire un engagement social ou politique.   Mais, engagés ou non, nous avons tous la possibilité de mettre à profit un « exercice spirituel » qu’Ignace de Loyola propose, à l’échelle de l’espace que nous habitons personnellement, par nos relations et par nos responsabilités : « Pour cela, trois choses sont utiles » dit-il (voir E.S. § 56) :   1. La première, regarder le lieu et la maison où j’habite : quelles sont mes possibilité d’accueil ? 2. La deuxième, les relations que j’ai avec des réfugiés, des exclus, des pauvres… 3. La troisième, la manière dont je considère les personnes que j’ai en charge, et dont je gère les biens qui me sont confiés ».   On peut trouver là une porte d’...
Mots clés : Accompagnement Charité Discernement Humanisme Liberté Pauvreté Politique Fraternité Engagement Tolérance Société Lien social
Lire la suite
LA GRÂCE DE RIRE (DE SOI)
01 JUILLET 2016
-
Remi de Maindreville
« C’est pour rire ! » L’expression s’emploie souvent pour dire : « Ce n’est pas grave ! » et signifier à quelqu’un que la plaisanterie ou le trait d’esprit qui lui est adressé à pour but de rire ensemble sans intention de blesser. Comme si le rire avait le pouvoir d’alléger une réalité qui pourrait être blessante. Mais nous touchons là l’ambivalence du rire qui a toujours suscité une grande méfiance, tout spécialement dans la vie et la tradition spirituelles. Méfiance qui venait de son usage rituel dans les liturgies païennes, méfiance liée à l’expression de mépris ou de refus qu’il peut signifier, ou encore par la futilité ou la méchanceté qu’il véhicule aussi parfois. Pourtant le rire, dans les différentes formes de la gaieté, n’exprime-t-il pas au mieux l’allégresse intérieure, la joie que l’Esprit nous transmet ? Le rire et plus encore la capacité à rire de soi ne sont-ils pas les meilleurs remparts contre la moquerie qui salit, les meilleurs garants contre un sérieux qui dramatise et durcit la vie ? « Ayez toujours le visage riant » (François d’Assise) Pour les chrétiens, le...
Mots clés : Discernement Parole d’homme Connaissance de soi Société Bienveillance Rire
Lire la suite
LA GRÂCE DE RIRE DE SOI
CHRISTUS N°251
-
Remi de Maindreville
  « C’est pour rire ! » L’expression s’emploie souvent pour dire : « Ce n’est pas grave ! » et signifier à quelqu’un que la plaisanterie ou le trait d’esprit qui lui est adressé à pour but de rire ensemble sans intention de blesser. Comme si le rire avait le pouvoir d’alléger une réalité qui pourrait être blessante. Mais nous touchons là l’ambivalence du rire qui a toujours suscité une grande méfiance, tout spécialement dans la vie et la tradition spirituelles. Méfiance qui venait de son usage rituel dans les liturgies païennes, méfiance liée à l’expression de mépris ou de refus qu’il peut signifier, ou encore par la futilité ou la méchanceté qu’il véhicule aussi parfois. Pourtant le rire, dans les différentes formes de la gaieté, n’exprime-t-il pas au mieux l’allégresse intérieure, la joie que l’Esprit nous transmet ? Le rire et plus encore la capacité à rire de soi ne sont-ils pas les meilleurs remparts contre la moquerie qui salit, les meilleurs garants contre un sérieux qui dramatise et durcit la vie ? « Ayez toujours le visage riant » (François d’Assise) Pour les chrétien...
Mots clés : Discernement Parole d’homme Connaissance de soi Société Bienveillance Rire
Lire la suite
LES PRÉSENCES CITADINES DE DIEU
CHRISTUS N°254
-
André Beauchamp
  Pour trouver Dieu, faut-il fuir la ville et la foule ? La nature serait-elle le seul livre qui parle véritablement du Créateur ? La ville est le lieu par excellence de la rencontre d'autrui, voie royale de l'expérience spirituelle. Mais où donc est Dieu en ville ? Faut-il, pour le trouver, fuir et nier la ville ? La ville serait un enfer, ou mieux un purgatoire. En la fuyant vers le lac et la campagne, on irait faire le plein de Dieu pour revenir ensuite vers le devoir et, trop souvent, la faute. On pourrait aussi fuir la ville de l'intérieur, en s'isolant des autres, en se refermant sur soi, dans l'intimité du foyer ou du logement privé. Repliement de la famille ou, plus fréquemment encore, de l'individu seul dans son meublé avec sa radio, sa télé ou son ordinateur. Repliement sur l'intime de l'intime, trouvant Dieu en soi. On pourrait enfin trouver Dieu dans la ville elle-même, au cœur de ses enjeux quotidiens, dans l'affrontement de soi avec autrui. Ce sont ces trois pistes, traditionnelles toutes trois, que le croyant et la croyante d'aujourd'hui empruntent dans les villes. Mais il faut en comprendre les déplacements et les ancrages proprement chrétiens et chercher à en décoder les règles pour aujourd'hui, afin d'éviter l'aliénation et l'illusion. Le chemin de la nature La voie du contact de Dieu au sein de la nature fait pa...
Mots clés : Vie spirituelle Société
Lire la suite