Marie

LES « INCOMPRÉHENSIONS » DE MARIE
CHRISTUS N°229
-
Bernard SESBOÜE
L’accomplissement d’une maternité est l’oeuvre d’une longue patience : patience des neuf mois de l’attente de la naissance, patience devant la lente croissance du nourrisson et du petit enfant qui va demeurer si longtemps dépendant, patience devant les surprises de l’adolescence, patience devant de longues études ou formations durant lesquelles le jeune homme ou la jeune fille seront toujours un peu ou beaucoup à charge des parents. Lorsque la responsabilité parentale au sens propre sera achevée, la relation avec l’enfant devenu adulte n’est pas finie pour autant. Il faut accepter la séparation et bien des mutations venues de la liberté d’un ex-enfant qui engage sa vie à son propre compte et se détache inévitablement de ses parents. Bref, une mère n’a jamais fini d’être mère. Une mère « ordinaire » Il en est allé exactement ainsi pour la Vierge Marie : elle a vécu toutes les patiences de la maternité, avec ce que celles-ci comportent d’incertitudes, d’obscurités, d’angoisses et d’incompréhensions. Elle en a vécu tous les âges, les dangers de la naissance en voyage et de la fuite en Égypte, l’incompréhension devant la fugue d’un adolescent échappant à son autorité, le d&e...
Mots clés : Ascèse Croix Foi Grâce Incarnation Jésus-Christ Loi Marie Mère Sainteté Silence Tradition Conversion
Lire la suite
LA PLÉNITUDE DE L’ÊTRE
CHRISTUS N°221
-
Joëlle Battestini-Newman
Dans un très beau livre 1, la théologienne allemande Dorothee Soelle soutient que les sociétés riches du monde occidental contemporain souffrent d’un manque vital de spiritualité. Selon elle, la raison pour laquelle tant de femmes et d’hommes sont en quête de sens et à la recherche de mysticisme, souvent dans des traditions éloignées de celle qui les a formées, vient du fait que les riches vivent une faim spirituelle qu’elle qualifie de catastrophique. Et l’absence de résistance à la superficialité et à la culture de l’accessoire qui caractérisent nos sociétés occidentales est peut-être ce qui fait le plus barrage au mys­ticisme. Dorothee Soelle déplore que la capacité d’émerveillement de l’enfant et sa réceptivité au mystère se perdent tôt dans la vie adulte et avec elles une vision mystique de l’existence. C’est avec la même conviction que le P. Laurence Freeman, béné­dictin et accompagnateur de la Communauté mondiale de méditants chrétiens 2, soutient que l’enseignement de la tradition mystique aux adultes et l’enseignement de la prière contemplative aux enfants sont indispensables dans les périodes de bouleversements religieux comme la nôtre. Ce qu’on pourrait...
Mots clés : Action Ascèse Contemplation Dieu Epreuve Expérience spirituelle Imagination Maladie Marie Méditation Conversion
Lire la suite
LA VIERGE AU BUISSON DE ROSES
CHRISTUS N°217
-
Évelyne Franck
Alors que Jean-Pierre Lemaire se tient plutôt dans l’escalier de l’Annonciade, à Menton, sous la lumière du sud 1, il est allé au bout du monde, dans le nord-est de la France, il s’est ouvert à la mystique rhénane, est revenu. Or voici que la rencontre s’est faite, il a été agréé. J’en veux pour signe ce poème de mars 2006 :  La Vierge au buisson de roses(Colmar)Vous êtes là, Marie, en manteau rouge,majestueuse, aimable, veillant d’un côtéet votre fils de l’autre.Autour de vous, des rosessans épines, comme au jardin d’Éden,et ces oiseaux, rouges-gorges, mésanges,rossignols, peut-être, à l’air étrange :des oiseaux peints qui ne peuvent chanter. Comme eux, je vous regarde,j’apprends à me taire, en pénitence au Paradis. C’est toujours devant une fournaise que vous retrouvez Jean-Pierre Lemaire. Effectivement, La Vierge au buisson de roses est un Buisson ardent. Il est vrai que les oeuvres antérieures du poète disent une fascination pour le feu, véritablement faite d’attraction et de répulsion. Une détresse secrète en est la raison, semble-t-il : « l’accident » 2. Nous n’en saurons pas plus. Le poème est une prière adressée à Marie, qui est i...
Mots clés : Bible Contemplation Marie Littérature
Lire la suite
FAIRE LA VÉRITÉ DANS SA VIE
CHRISTUS N°204
-
Marie-Thérèse Abgrall
Fils des hommes, jusqu'où irez-vous dans l'amour du néant et la course au mensonge ? » L'interpellation du Psaume 4, qui pose aussi la question du bonheur, atteint au plus secret de l'homme la racine de tous ses tourments. Nous sommes ainsi : des êtres vains et éperdus, à la poursuite de songes. Et pourtant, il y a aussi en nous, faits à l'image et ressemblance de Celui qui nous a marqués de son sceau, une autre attente, une autre quête, un autre amour. Un désir en nous rejoint le désir même de l'Esprit, lui qui « aime la vérité au fond du cœur » (Ps 50). Mais comment avoir accès à ces profondeurs ? Entreprendre une descente aux abîmes, au nœud de toutes nos contradictions ? Mission impossible et périlleuse, à la profondeur où il le faudrait ! Ce n'est pas au terme d'une introspection, si lucide soit-elle, que nous toucherons le fond. Nous ne savons pas qui nous sommes. Ici, la Parole de Dieu sera mon guide. Elle atteint à la jointure de l'âme. Elle sera la lampe sur mes pas pour me dire qui je suis, faire en moi la vérité qui rend heureux et libre, elle sera le fil rouge qui, de moi-même à un Autre, me relie à tous les humains. La vraie mesure de nos jours Le Psaume 89 nous ouvre un chemin. D'abord le contraste, la distance : le Seigneur est stabilité, per...
Mots clés : Amour Marie Mensonge Pauvreté Psaumes Sagesse Sainteté Vanité
Lire la suite
NOTRE-DAME DE LA SAGESSE
CHRISTUS N°203
-
Michel Brière
La Sagesse biblique paraît indissociable d'une assise bien concrète Tributaire d'un savoir-faire aimant la matière, elle déploie ses connaissances à même les cultures. Sa fille préférée, la philosophie, souffre sans doute d'une hypertrophie de la raison, qui la voue à de perpétuels soins provenant d'horizons divers : cultures populaires, religions, médecines parallèles qu'elle tente d'assimiler La suite du Christ nous appelle à emprunter ses chemins et son Chemin C'est à partir d'une attention studieuse, non seulement à la Parole de Dieu, mais aussi au quotidien de la réalité pastorale de la communauté parisienne dédiée à Notre-Dame de la Sagesse, que l'on balbutiera dans ces lignes une approche chrétienne de la Sagesse. ESPACE ET PROJETS La chapelle Notre-Dame de la Sagesse se trouve au centre géographique des tout nouveaux quartiers de Paris qui longent la Seine dans le XIIIe arrondissement. L'aménageur les nomme « Paris Rive-Gauche ». Au centre, la construction du quartier Tolbiac est achevée ; de part et d'autre, celle du quartier Austerlitz est très avancée et celle du quartier Massena bat son plein. Le site Internet les présente ainsi : « Pour répondre aux besoins des 4.000 habitants, des 15.000 salariés et des 10.000 visiteur...
Mots clés : Art (cinéma, peinture, sculpture) Catholicisme Eglise Evangélisation Humanisme Marie Sagesse Salut Vérité
Lire la suite
CHIARA LUBICH ET LE MOUVEMENT DES FOCOLARI
CHRISTUS N°201
-
Jean-Pierre Rosa
La vie de Chiara Lubich 1 se confond avec le Mouvement des Focolari — ou « œuvre de Marie » — qu'elle a fondé il y a juste soixante ans. Paradoxalement assez peu connu en France, le Mouvement des Focolari est sans doute un des mouvements les plus originaux et prometteurs nés dans l'Église du XXe siècle. Pour le comprendre, nous commencerons par souligner trois traits spécifiques, et particulièrement étonnants, du Mouvement des Focolari. Puis, après avoir exposé la spiritualité et la vie de Chiara Lubich, nous essaierons de pointer quels défis attendent encore la fondatrice et son Mouvement. Les paradoxes du Mouvement D'un côté, avec plus de 80000 membres répartis en plus de 182 pays, les Focolari sont clairement un « mouvement de masse ». Surtout si l'on tient compte des divers rassemblements (Mariapolis) ou de la pratique de la « Parole de vie » (un extrait de l'Écriture, le plus souvent du Nouveau Testament, commenté et vécu pendant un mois) qui touche près d'un million de personnes dans le monde. D'un autre côté, les Focolari mènent une vie communautaire exigeante. Le Focolare, qui est un peu l'âme du Mouvement, réunit, par communautés de trois à huit personnes, des célibataires — auxquels s'agrègent des personnes mari&ea...
Mots clés : Célibat Charismes Choix de vie Eglise Evangélisation Femme Mariage Marie Volonté de Dieu (volonté)
Lire la suite
LA QUATRIÈME SEMAINE DES EXERCICES
CHRISTUS N°201
-
Jean Miler
La fin de l'histoire du Christ, ressuscité le troisième jour, est heureuse. Et partant, la fin de l'histoire de tous les hommes. Au terme des Exercices, Ignace invite le retraitant à éprouver intensément « allégresse et joie de la si grande gloire et joie du Christ notre Seigneur ». L'itinéraire des quatre semaines, après conversion et pardon, contemplation de la vie du Christ et élection, débouche sur l'expérience d'une joie reçue. Quelle en est la nature ? La question se pose, car, pour Ignace — et nous le savons également d'expérience —, toutes les joies ne sont pas de même étoffe, puisque l'une peut être dite véritable (cf. 329). De plus, il arrive qu'un retraitant vive cette dernière semaine des Exercices dans une certaine austérité bien que dans la joie. Par une lecture du texte des Exercices et une attention à la forme qu'Ignace donne à cette quatrième semaine, nous essaierons de préciser à quelle expérience il est fait référence. Le début de la quatrième semaine est facilement repérable et bien marqué par son titre, que l'on trouve dans la version Prima et dans la Vulgate ou par la césure que représentent les « règles pour s'ordonner dans la nourriture ». La fin est plus impr&eacute...
Mots clés : Contemplation Exercices spirituels Expérience spirituelle Joie Marie Résurrection
Lire la suite
MARIE RENCONTRE ELISABETH
CHRISTUS N°198
-
Hélène Grata
C’est au cœur de mon histoire quotidienne que Dieu m'appelle et me fait signe. En revoyant avec le regard de Dieu ce qui tisse ma journée, je peux en prendre conscience. Mais, souvent, c'est par la médiation du regard et de la parole d'autrui que je peux reconnaître le passage de Dieu. Quand, entre deux croyants, la rencontre est vraie, il est parfois donné à chacun de révéler à l'autre que l'Esprit fait son œuvre en sa vie. La joie tranquille en est le signe. La bénédiction et la louange, les fruits. La rencontre de Marie avec Elisabeth (Le 1,39-80) traduit quelque chose de cette expérience. Marie partit en hâte La jeune femme avance sur le chemin. La démarche est alerte et le visage paisible. Elle s'en va rendre visite à Elisabeth, sa parente. Avec elle, d'autres font route, des amis, des voyageurs, et probablement aussi Joseph, son époux. Son nom est Marie. En elle mûrit une bonne nouvelle reçue il y a quelque temps : elle va bientôt enfanter. Tout son être, elle en est consciente, se livre âme et corps à ce travail de vie ; une joie forte la saisit à la pensée de cet accomplissement humain désiré, et pourtant si surprenant, que représente pour elle la maternité. Le chant des psaumes, par bribes, monte à ses lèvres tandis que défile sous ses y...
Mots clés : Enfant Grâce Jésus-Christ Joie Marie
Lire la suite
L'EUCHARISTIE, SACREMENT DE L'ÉVÉNEMENT PASCAL
CHRISTUS N°198
-
Claude Dagens
L’Eucharistie est, avec le baptême, le sacrement majeur de l'existence chrétienne : elle incorpore au Christ et au Corps du Christ qu'est l'Église. C'est cette relation de l'Eucharistie à l'Église qui a suscité et qui suscite depuis des années beaucoup de réflexions et de débats. En 1973, le rapport de Mgr Robert Coffy, Une Église qui célèbre et qui prie, mettait en relief le caractère original de la sacramentalité chrétienne et la place centrale de l'Eucharistie dans la mission de l'Église, comme mémorial de la mort et de la résurrection du Christ, comme geste et parole du Christ pour son Église et comme annonce du Royaume de Dieu 1. Plus récemment, en raison du remodelage du tissu paroissial qui se réalise actuellement dans la plupart des diocèses de France, on s'est interrogé sur la place de l'Eucharistie et de l'assemblée dominicale dans la vie des communautés catholiques 2. Il s'agit là encore d'inscrire le sacrement de l'Eucharistie dans l'existence ecclésiale, avec les nouvelles configurations qui la caractérisent. L'EUCHARISTIE ET L'EXISTENCE CHRÉTIENNE Mais ose-t-on assez inscrire l'Eucharistie à l'intérieur de l'existence chrétienne ? Ose-t-on assez reconnaître l'Eucharistie comme l'événement même de J&e...
Mots clés : Eglise Eucharistie Jésus-Christ Liberté Marie Passion Sacerdoce Sacrement Salut Souffrance
Lire la suite
DEVANT DIEU, DEMEURER INTERDIT
CHRISTUS N°194
-
Michel Dupuy
C’est toi qui as formé l'homme à ton image et lui as soumis l'univers et ses merveilles. » Quel est le naïf qui a osé dire cela ? De l'univers, il avait sans doute une idée plutôt courte. A-t-il seulement pensé au soleil ? Le soleil nous est-il donc soumis ? Pouvons-nous le modérer ou l'activer ? Et le soleil est encore relativement proche. Son rayonnement ne met que huit minutes à nous atteindre. Que dire de ces multitudes d'astres, que dis-je, de galaxies dont, pour venir jusqu'à nous, la lumière demande des milliards d'années ? Nous n'avons manifestement aucun pouvoir sur elles, sinon d'y penser, comme Pascal le remarquait. Pour imaginer qu'elles nous sont soumises, faut-il être un demeuré, totalement ignorant des sciences actuelles ou un dément aveuglé par sa vanité ou un pauvre timoré qui a peur de la réalité ? Marguerite Yourcenar remarquait que l'homme a besoin d'un toit, pour se protéger de la pluie ou du soleil, certes, mais plus encore pour ne plus avoir à regarder la profondeur infinie du ciel 1. On ne peut sérieusement dire : « Tu lui as soumis l'univers et ses merveilles. » Le silence serait plus vrai que de vaines paroles. Se taire Pourtant, elles sont nombreuses, les paroles indéfendables, même dans les textes (et surtout les traductions) liturgiques. Que d'ora...
Mots clés : Bible Dieu Jésus-Christ Marie Silence Souffrance
Lire la suite
LA VIOLENCE ÉVANGÉLIQUE
CHRISTUS N°192
-
Bernard Forthomme
Douceur ou violence dans l'Evangile ? Nous sommes tentés d'opter, et par là d'affaiblir l'une ou Vautre Si Jésus invite à apprendre de lui la douceur du Royaume, il affirme aussi que seuls les violents s'en emparent L'article qu'on va lire analyse avec rigueur les explications biaisées de la violence évangélique pour révéler la racine de celle-ci. La radicalité de l'appel du Christ implique une rupture qui manifeste la sainteté de Dieu et le mystère de son choix préférentiel un amour « jaloux » qui veut que tout lui soit voué sans reste « Ce langage est dur, qui peut l'entendre ? », disent beaucoup de disciples (Jn 6,60) Mais ce sont les paroles de la vie éternelle, des paroles qui opèrent un discernement II faut aller jusque-là si l'on veut entendre l'évangile dans son tranchant L’évolutionnisme s'efforce de voir dans la violence biblique le transit d'une société qui passerait de la violence affirmée au refus de principe d'en user La violence ne serait en somme qu'une phase, sans doute indispensable, dans le processus continu de l'évolution. La difficulté d'une telle position, c'est qu'elle rend très énigmatique ou résiduelle, voire rhétorique non seulement la nette persistance de la violence de Dieu et l'expression de la colère de...
Mots clés : Marie
Lire la suite
LE SACREMENT DU MOMENT PRÉSENT
CHRISTUS N°191
-
Jean-Pierre De Caussade
Magnificat anima mea Dominum » (Le 1,47). Dieu vous a parlé, ma révérende Mère, comme il parlait à nos pères lorsqu'il n'y avait pas de méthode : la fidélité à l'ordre de Dieu faisait toute leur spiritualité. La plus simple et la plus abandonnée des âmes (la très sainte Vierge) appliquait toute la théologie mystique de ses ancêtres quand elle répondait à l'ange : « Fiat mihi secundum verbum tuum » (Le 1,38). Il est vrai que les apparences de ce moment sont fort éclatantes ; mais la divine Marie se soumet aussi bien à l'action de la grâce lorsqu'elle se voile sous des ombres plus communes, et, sans doute, elle glorifiait Dieu et reconnaissait la grandeur des opérations du Tout-Puissant dans les choses les plus ordinaires. Son esprit, ravi de joie, regardait ce qu'elle avait à faire et à souffrir à chaque moment comme un présent de cette main qui remplit de bien un coeur qui ne se nourrit point de l'espèce et de l'apparence créées. La vertu du Très-Haut la couvrait incessamment de son ombre et cette ombre n'était que ce que chaque instant présentait de devoirs, d'attraits et de croix. Ces ombres, en s'écoulant sur les facultés de la sainte Vierge, remplissaient sa foi de celui qui est toujours le même. Retirez-vous, arch...
Mots clés : Action Marie Sacrement Temps
Lire la suite
LA PAROLE ET LE COEUR
CHRISTUS N°190
-
Jean-Claude Sagne
L’homme et la femme ne peuvent reconnaître leur différence que dans la mesure où ils se reçoivent de Dieu l'un l'autre comme un don, c'est-à-dire comme un appel, car le don de Dieu prend habituellement la forme de l'appel. Jean-Paul II définit l'homme de la Rédemption, l'homme sauvé, comme un être essentiellement « appelé ». Dans le lien du mariage, Dieu appelle l'homme et la femme ensemble et chacun personnellement : ils sont « co-appelés » 1. L'alliance de l'homme et de la femme résulte fondamentalement de leur réponse respective et partagée à l'appel de Dieu qui les fait devenir la vivante image de Dieu. Le mariage jette une lumière sur toutes les formes de mise en oeuvre de la vocation de l'homme ou de la femme. Dans la vie de l'Eglise, quelle que soit la vocation particulière de l'homme et de la femme ou leur relation, l'appel de Dieu pour eux est toujours de nouer alliance. C'est par leur manière respective d'entendre et de réaUser l'appel de Dieu que l'homme et la femme se découvrent différents en construisant le lien d'alliance pour la transmission de la vie divine. Cet appel nous atteint par la loi de l'Alliance qui est la loi du Don. L'homme s'en fait le témoin en en marquant la portée universelle. La femme accueille cette loi par son souci du lien de personne à person...
Mots clés : Affectivité Croix Epreuve Marie Parole de Dieu
Lire la suite
DES MOTS DE CHAIR POUR DIRE LA VIE
CHRISTUS N°190
-
Geneviève Esmenjaud
A qui adresse-t-elle sa prière ? Pourquoi dit-elle tantôt « vous », tantôt « tu » ? Quelle est sa langue maternelle pour prier ? Alors, elle écoute ses souvenirs, laisse revenir les images. Ses parents, pudiques, disent « Dieu » sans insister. Mais, indubitablement, vivent une relation avec Lui. Cela se sent : dans un échange sur un texte d'évangile avec des amis ; quand elle les accompagne l'un ou l'autre à la messe et qu'ils prient après la communion, la tête dans les mains, tout le corps recueilli. Elle s'essaye à faire comme, mais il manque quelque chose, bien difficile à repérer, nommer : une joie toute simple d'être au monde. Ainsi vit-elle, recherchant d'autres joies : la culture, la prière et la vie étudiante. Puis elle se marie, avec au coeur ce malentendu qui fausse le jugement et les relations, et transforme en souffrance le quotidien de sa vie de couple. Inconsciente, elle subit, jusqu'à mettre sa vie en danger. L'évangile dort en elle ; sommeil qui ressemble à la mort ; mais vie pieuse et trompeuse, satisfaisante aux yeux du monde, qui ne voit pas qu'elle gît, quasi inanimée, sur le bord de sa vie... Passe une bonne Samaritaine, émue et compétente ; silencieuse, elle s'approche : la douceur de ses mains qui soulèvent et soutiennent et rassurent ; non, ce n'est pas l'eff...
Mots clés : Marie
Lire la suite
SPIRITUALITÉ AU FÉMININ ?
CHRISTUS N°190
-
Claude Langlois
Auteur d'un monumental ouvrage, Le catholicisme au féminin, sur l'expansion des congrégations apostoliques féminines au xix" siècle, le professeur Langlois se concentre ici sur les dimensions masculines et féminines des pratiques dévotionnelles au cours de ce siècle. Voilà plus de quinze ans, dans l'introduction de ma thèse consacrée aux congrégations religieuses 1, je m'interrogeais sur la féminisation du catholicisme au XIXe siècle J'en distinguais trois aspects : la féminisation de la pratique, déjà connue par quelques exemples et attestée depuis à mesure que l'information nous parvenait sur les autres diocèses de France ; la féminisation des « permanents » par l'arrivée massive des religieuses, maintenant en plus grand nombre (plus de 130 000 vers 1880) que les prêtres, religieux et frères enseignants ; la féminisation, enfin, de la piété. Sur les deux premiers points, la démonstration a été faite, même si, pour le premier dossier, il n'y a pas unanimité sur l'évolution au XXe siècle et si, pour le second, il faut évidemment rappeler que la réalité du nombre ne supprime pas la différenciation des statuts, et notamment la masculinité de l'accès au sacerdoce. Mais que peut-on dire d...
Mots clés : Cœur de Jésus  Femme Marie Miséricorde Saint Jean de la Croix Sainte Thérèse de Lisieux Spiritualité monastique
Lire la suite
LA MÈRE, LA ROSE ET L'ENFANT
08 NOVEMBRE 2011
La banlieue de Taipei  et sous des bretelles d'autoroute, rassemblés dans un immense terrain vague, des aborigènes catholiques, des Amis (prononcer le "s" de la dernière lettre). Nous sommes le 7 août et on prépare la fête de l'Assomption qui aura lieu dimanche prochain à Hualian. Colliers blancs, franges citron et robes rouges, les Amis défilent en procession pour déposer une rose aux pieds de la Vierge Marie. Elle se tient hors champ, sur un socle de bois massif. Une rangée d'hommes attend, souriant, le front ceint d'un ruban lumineux, et soudain la scène se dépeuple de tout exotisme,  ne laissant plus de place qu'à l'immortelle instantanéité de la grâce : une mère est là, présentant son enfant à la Vierge, celle qui seule peut engendrer par l'Esprit l'humanité de Dieu dans la chair d'une femme. La mère penche légèrement son visage vers son fils, déposant sa propre rose de la main droite et tenant de l'autre l'épaule de son enfant. Les menottes jointes, ce dernier serre la rose comme s'il était suspendu à elle ; elle apparaît comme le prolongement de son propre corps. Il attend son tour, les yeux levés vers un bois imposant qui l'écraserait si sa mère n'était pas là pour veiller &a...
Mots clés : Affectivité Catholicisme Communion Consolation Famille Marie
Lire la suite
MYSTÈRES LUMINEUX
CHRISTUS N°235
-
Jean-Pierre Lemaire
Dans la récitation du Rosaire, les Mystères lumineux, introduits par Jean-Paul II , s’intercalent entre les Mystères joyeux et les Mystères douloureux. Jean-Paul II les présente ainsi dans sa lettre apostolique Rosarium virginis Mariae (« Le Rosaire de la Vierge Marie ») publiée en octobre 2002 : « Passant de l’enfance de Jésus et de la vie à Nazareth à sa vie publique, nous sommes amenés à contempler ces mystères que l’on peut appeler, à un titre spécial, “mystères de lumière”. En réalité, c’est tout le mystère du Christ qui est lumière. Il est la “lumière du monde” (Jn 8,12). Mais cette dimension est particulièrement visible durant les années de sa vie publique, lorsqu’il annonce l’Évangile du Royaume. Si l’on veut indiquer à la communauté chrétienne cinq moments significatifs – mystères “lumineux” – de cette période de la vie du Christ, il me semble que l’on peut les mettre ainsi en évidence : 1. Au moment de son baptême au Jourdain 2. Dans son autorévélation aux noces de Cana 3. Dans l’annonce du Royaume de Dieu avec l’invitation à la conversion 4. Dans sa Transfiguration 5. Dans l’institution de l&rs...
Mots clés : Art (cinéma, peinture, sculpture) Foi Grâce Louange Marie Méditation Parole d’homme Résurrection Littérature
Lire la suite