Fraternité

TOUS FRÈRES? PAS SI SIMPLE
CHRISTUS N°240
-
Étienne GRIEU
Tous frères ? L’idée est belle, car elle suggère une grande proximité de chacun à tous les autres, l’existence d’un lien au nom duquel pourront être remises en cause barrières, frontières, inégalités, conditions de vie indignes, oppressions, etc. N’est-ce pas précisément ce qui a inspiré les rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, lorsqu’ils écrivent dans le premier article : « Tous les êtres humains […] doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité » ? Mais une telle fraternité sans rivage, déclarative, n’est-elle pas condamnée à demeurer à l’état gazeux ? Autrement dit, à ne jamais pouvoir acquérir une consistance qui la rendrait capable de mettre en cause l’organisation de la vie en société ? D’un autre côté, on peut estimer que le phénomène de mondialisation entraîne une sensibilité plus vive aux lointains, obligeant ainsi les politiques à en tenir compte. De fait, les nouveaux moyens de communication modifient profondément la conscience que nous avons du sort des autres, nous les rendant beaucoup plus proches. Les nouvelles de catastrophes ou de viole...
Mots clés : Fraternité
Lire la suite
"DE LA FRATRIE À LA FRATERNITÉ"
25 NOVEMBRE 2013
la revue Christus vous convie à la conférence en lien avec son numéro 240 "Frères et soeurs, De la fratrie à la Fraternité"   Jeudi 5 décembre 2013 à partir de 19h30 au Centre Sèvres (Paris) En compagnie de Nicole Jeammet, enseignante en psychopathologie et Etienne Grieu, s.j., Théologien ainsi que Remi de Maindreville, rédacteur en chef de la revue Christus Entre libre et gratuite. Centre Sèvres, 35 bis rue de Sèvres, 75006 Paris.
Mots clés : Fraternité
Lire la suite
L'HOSPITALITÉ INTÉRIEURE
CHRISTUS N°245
-
Marie-Caroline Bustarret
Si notre écoute façonne notre rapport aux hommes et au monde, elle fonde aussi notre relation à Dieu. Jésus nous avertit : « Prenez garde à la manière dont vous écoutez », et il ajoute : « Car celui qui a, on lui donnera ; et celui qui n’a pas, même ce qu’il croit avoir lui sera enlevé » (Lc 8,18) associant ici écouter et avoir. Il y a des écoutes qui sont des façons d’ériger des barrières autour de nos idoles, écoutes qui ne sont pas accueil mais accaparement, écoutes qui sont appropriations de la Parole pour la faire sienne ou la mettre au service de nos propres élaborations. On croit « posséder » le vrai Dieu, la seule vérité, une bonne morale, la vraie foi… et l’on retourne incessamment au texte pour conforter nos certitudes. Ce faisant, nous construisons sur le sable et pensons élever un bel édifice mais, dès la première tempête, ce que nous croyons avoir nous sera enlevé... Et, il y a des écoutes qui sont réception, mise à disposition de nos facultés ; des écoutes qui laissent la porte grande ouverte à l’imprévu. Exerçons-nous donc à celles-ci, non pour accumuler mais pour creuser, non pour conforter mais p...
Mots clés : Affectivité Ecoute Foi Fraternité
Lire la suite
LE CINÉMA DES FRÈRES DARDENNE
CHRISTUS N°246
-
Geneviève Roux
Avec deux Palmes d’or au Festival de Cannes (une pour Rosetta en 1999 et l’autre pour L’enfant en 2004), un prix d’interprétation masculine (pour Le fils, en 2002), un Grand Prix du Jury (pour Le gamin au vélo, en 2011), Jean-Pierre et Luc Dardenne font partie des grands favoris de ce festival. Ils y étaient encore présents en 2014 avec Deux jours, une nuit, qui méritait aussi une distinction mais ne l’a pas obtenue. Cependant, ils ne sont pas des auteurs prolifiques. En dix-huit ans (de 1996 à 2014), ils n’ont réalisé que sept films. Dans une interview, ils déclarent : On n’est pas des génies, on est lents… C’est la modestie de l’artisan, il faut du temps pour faire les choses. À chaque fois, on recommence à zéro, créer une relation entre la caméra et le récit, le rythme d’une scène, d’une démarche, c’est long.   Des artisans qui mêlent leurs savoir-faire. Jean-Pierre, l’aîné, s’est formé en art dramatique à l’Institut des Arts de diffusion de Bruxelles, où il a eu pour professeur Armand Gatti. Celui-ci lui a proposé de devenir son assistant, ainsi que son frère Luc qui avait quant à lui étudié la philosophie. Ils vont être ensemble réalisateurs et product...
Mots clés : Justice Mourir Cinéma Fraternité
Lire la suite
EN PLEINE LUCARNE
CHRISTUS N°247
-
Romain SUBTIL
  « Quand on a vu ça, on peut mourir tranquille. » Quelques secondes après la victoire de l’équipe de France de football en finale de la Coupe du monde face au Brésil en 1998, ces mots prononcés par un célèbre commentateur sportif (finalement décédé quatorze années plus tard) sont à mettre sur le compte de l’émotion suscitée par un événement au retentissement mondial et qui a rendu heureux un pays entier. En avoir été le témoin, au stade ou devant la petite lucarne, signifierait l’accomplissement d’une vie humaine. Si un tel aveu nous semble, à tête reposée, disproportionné, il n’en est pas moins révélateur du rapport passionnel reliant le sport à ses (télé)spectateurs. Entre fraternité et violence, le stade Les foules remplissant les stades ne sont pas un phénomène nouveau. Si de grandes enceintes continuent de sortir de terre ou d’être rénovées de nos jours, souvenons-nous de l’adage antique, « du pain et des jeux » : déjà, les Grecs puis les Romains bâtirent des lieux susceptibles d’accueillir un public nombreux pour lui permettre d’assister à l’ancêtre du sport moderne. Ces « jeux », à...
Mots clés : Joie Violence Fraternité Sport
Lire la suite
HABITER AUTREMENT NOTRE « MAISON COMMUNE »
07 SEPTEMBRE 2015
-
Remi de Maindreville
  Habiter de manière plus juste notre « maison commune », et pour cela, faire le lien entre notre comportement personnel et collectif à l’égard de la planète qui nous est confiée, et nos relations avec les personnes et populations les plus pauvres, les plus injustement traitées : réfugiés, migrants, exclus politiques ou économiques,… personnes en détresse souvent toutes proches de nous. Nous n’avons pas tous la liberté ou le goût de pouvoir en faire un engagement social ou politique.   Mais, engagés ou non, nous avons tous la possibilité de mettre à profit un « exercice spirituel » qu’Ignace de Loyola propose, à l’échelle de l’espace que nous habitons personnellement, par nos relations et par nos responsabilités : « Pour cela, trois choses sont utiles » dit-il (voir E.S. § 56) :   1. La première, regarder le lieu et la maison où j’habite : quelles sont mes possibilité d’accueil ? 2. La deuxième, les relations que j’ai avec des réfugiés, des exclus, des pauvres… 3. La troisième, la manière dont je considère les personnes que j’ai en charge, et dont je gère les biens qui me sont confiés ».   On peut trouver là une porte d’...
Mots clés : Accompagnement Charité Discernement Humanisme Liberté Pauvreté Politique Fraternité Engagement Tolérance Société Lien social
Lire la suite
RESPECT !
CHRISTUS N°250
-
Christus
Les événements tragiques des dernières années ont révélé la force et la fragilité du lien qui fonde une société moderne. La force des valeurs, reconnues et respectées par tous, assure la liberté de chacun et la sécurité du vivre ensemble. Mais les liens s’avèrent fragiles dès qu’on se crispe sur des valeurs religieuses au détriment des personnes ou qu’on exige pour soi un respect qu’on refuse à autrui. Si la société ne se réfère plus à un « lien sacré » de type religieux, le respect qui la fonde n’en demeure pas moins une question essentiellement spirituelle : dans un monde aux multiples références religieuses, culturelles, éthiques, qu’est-on prêt à respecter ensemble ? Qu’est-ce qui peut aujourd’hui susciter un respect intégral, sinon l’autre, entendu à la fois comme différent, et comme cet autre que chacun est pour lui-même ? N’est-ce pas ce respect que Jésus-Christ est venu incarner et sauver, allant jusqu’au geste étonnant du « lavement des pieds » qui fait d’autrui un plus grand que soi (R. de Maindreville) ? Entre le sentiment des uns de ne pas être respectés, et l&rsquo...
Mots clés : Fraternité Sagesse Respect Relation
Lire la suite
FRANÇOIS D’ASSISE, NOTRE FRÈRE…
CHRISTUS N°251
-
Marc LEBOUCHER
« Ami et frère de toutes les créatures et de toute la création, il a répandu tant de sollicitude, de compréhension fraternelle à tous, de charité au sens le plus élevé, c’est-à-dire d’amour, que l’histoire lui a donné comme en échange une même sympathie et admiration affectueuse et générale. Tous ceux qui ont parlé de lui, écrit sur lui – catholiques, protestants, non-chrétiens, incroyants – ont été touchés et souvent fascinés par son charme. 1 » Qui parle ainsi de François d’Assise ? Un pape, un religieux, un théologien ? Non, le grand historien du Moyen Âge Jacques Le Goff, qui ne faisait pourtant pas profession de foi catholique. À l’heure où l’on évoque le discrédit culturel du christianisme, son manque d’attrait face à d’autres traditions plus séduisantes, comme le bouddhisme, ou mieux identifiées, comme l’islam, la figure chrétienne de François résiste, étonnamment bien, aux yeux de nos contemporains. Au-delà des cercles confessionnels, des sphères d’influence de l’Église, le visage du Poverello continue d’intéresser et d’attirer. Il n’est que de scruter l’actua...
Mots clés : Fraternité
Lire la suite
DE LARMES ET D'ESPOIRS
CHRISTUS N°253
-
Maurice Joyeux
    Maurice Joyeux, jésuite, JRS « Ces lignes ne sont pas une étude sur la situation des réfugiés. L'expérience que nous en faisons au JRS en Grèce est trop fraîche. Tant de personnes sont encore, à cette heure, comme en attente d'exister. Tant de familles ont disparu en mer pour toujours ! Un silence est requis pour donner quelque place au vertige, quelque poids à l'écrit. » Ce texte a été « jeté » comme une bouteille à la mer par l'auteur. Nous laisserons-nous toucher devant la force d'interpellation qui l'a saisi ? Mai 2015… Tout est allé très vite. Par dizaines puis par centaines et milliers ils ont accosté sur les rives de quelques îles et l'on a commencé à parler d'eux. Plus tard on a aussi parlé d'« elles », d'« elles et leurs enfants » tant il y eut de femmes en exode, d'enfants portés par leurs mères… Le temps de la sidération Nous avons tenté d'aider Ils étaient comme sans visages, sans histoires racontables ou racontées. C'est qu'il fallait parer au plus pressé si l'on voulait (mais combien le voulurent, autres que des passeurs ?) les aider, les accueillir et les orienter dans leur marche. C'est aussi qu'il aurait fallu en saisir les langues dont ils ne faisai...
Mots clés : Service Fraternité Témoignage
Lire la suite