Valérie LE CHEVALIER

Responsable des cycles « Croire et comprendre » au Centre Sèvres.
A publié Ces fidèles qui ne pratiquent pas assez… Quelle place dans l’Église ? (Lessius, 2017).
L'ESPRIT DE CONVERSATION
CHRISTUS N°259
-
Valérie LE CHEVALIER
"Ne fuis pas la conversation des vieillards Eux-mêmes ont appris de leurs pères car auprès d'eux tu acquerras l'intelligence et l'art de répondre en temps voulu." Siracide 8,9   Jésus assume sa mission en enseignant, comme un homme qui a autorité, mais il va aussi au-devant du tout-venant et se laisse toucher et rejoindre. Dans ces rencontres, il « oublie » la proclamation ou l'enseignement et « entre en conversation ». Il nous montre la voie à suivre.   Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l'Évangile ; car c'est pour cela que je suis sorti. » C'est ainsi que les disciples, selon l'évangile de Marc (Mc 1,38) laissèrent derrière eux et avec regret « toute la ville qui se pressait à la porte de la maison », sans pouvoir le ramener ni à la raison, ni à la maison. Sortir pour proclamer, du latin pro-clamare, « crier fortement », « pousser de grands cris », « rendre public » : telle est la vocation de Jésus, le Verbe de Dieu sorti pour parler car, « au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu » (Jn 1,1). Jésus assume sa mission en...
IL ÉTAIT UNE FOIS SOIXANTE-DOUZE TOUT PETITS DISCIPLES...
CHRISTUS N°264
-
Valérie LE CHEVALIER
Quel est le critère de la sainteté mis en avant par le pape François dans Gaudete et exultate ? C'est la joie de la relation et de la rencontre vécue dans l'humble quotidien. L'auteure en fait la démonstration à partir d'une lecture inédite d'un passage de l'évangile de Luc.« Les saints de la porte d'à côté… » Voici quatre paragraphes de l'exhortation apostolique Gaudete et exultate, dans lesquels le pape François met en avant ces anonymes qui ne seront jamais officiellement mis en lumière, bien qu'ils agissent dans le secret de leur vie ordinaire et participent à leur manière au salut. Cette « classe moyenne de la sainteté » est un « reflet de la présence de Dieu », levain dans la pâte, mystique du quotidien.De la sainteté ordinaireMais à qui pense le pape lorsqu'il parle de « saints de la porte d'à côté » et de « classe moyenne de la sainteté » ? Car, enfin ! qui peut prétendre que la sainteté peut se révéler chez une personne qui n'a ni la vocation, ni un état de vie radical, ni un engagement ou un apostolat remarquables ? Regardez le caractère extraordinaire de ces œuvres qui ont fait de l'Abbé Pierre ou de sœur Emmanuelle, derri&eg...
UNE BIBLE DES FEMMES
CHRISTUS N°265
-
Valérie LE CHEVALIER
Labor et fides, 2018, 288 p., 19 €. Cet ouvrage collectif reprend le flambeau de la Woman's Bible parue en 1898, à l'initiative de vingt femmes, rebelles et pionnières du féminisme. L'esprit de cet ouvrage est de confier à une, ou plusieurs auteures, l'étude d'un des treize thèmes bibliques (les visages féminins de Dieu, le corps et la pudeur, la femme tentatrice et séductrice, le service, les femmes médiatrices entre divin et humains, la femme virile, les étrangères et l'exclusion, la violence, la soumission, l'envoi en mission, la beauté, la stérilité et la procréation, Marie) en mettant en dialogue l'exégèse et la théologie avec la vie contemporaine des femmes. Il est heureux de voir comment des femmes traversent ces questions sans concession vis-à-vis d'elles-mêmes et mettent à bas nombre de clichés sur le « génie féminin » tant mis en avant par les hommes. Ainsi, de grandes figures bibliques féminines (Judith, Ève, Jézabel, Athalie, Bethsabée, Mikal, Dalila, Salomé, Marthe et Marie…) sont sorties du sérail habituel et certains passages difficiles rouverts (1 Tm 2,8-10 et 1 P 3,1-4 sur la tenue des femmes). L'histoire de la mystique ou les Pères de l'Église sont questionnés, touj...
LE CHRISTIANISME N'EXISTE PAS ENCORE - L'EVANGILE INOUI
CHRISTUS N°265
-
Valérie LE CHEVALIER
Salvator, « Forum », 2018, 192 p., 18 €.   Ces deux essais livrent une réflexion nourrie par les pensées de Søren Kierkegaard et de Maurice Bellet. Le premier, dont la réflexion puissante et libre est sans concession, affirme que le christianisme n'est pas encore arrivé et que tout reste à faire. Dominique Collin reprend le dossier « christianisme » pour montrer comment on s'applique à passer à côté de l'Évangile à cause de ce « fatidique suffixe -isme qui fige en doctrine tout ce à quoi il adhère » (p. 24). L'attaque porte essentiellement sur la croyance – avec tout son cortège d'utilité, de calcul, de savoir – et non sur la foi dont l'« objet » demeure le royaume de Dieu, « le malheur du christianisme est d'avoir oublié le royaume de Dieu qui est à la fois son centre de gravité et… son à-venir » (p. 174) et de lui avoir « substitué le discours de la rédemption », de la normativité. le Royaume advient par effraction et doit s'accueillir. Il est immaîtrisable alors que la normativité s'apprend, se contrôle, s'évalue. On pourra regretter l'usage de néologismes qui alourdissent la lecture, mais retenons que...
L'AMOUR VRAI
01 AVRIL 2020
-
Valérie LE CHEVALIER
Salvator, « Forum », 2018, 144 p., 16 €.Martin Steffens nous offre ici une somptueuse méditation sur l'amour. Mais la puissance de cet essai et sa radicalité viennent du chemin de traverse, boueux et inattendu, qu'il fait prendre à son lecteur : celui qui part des bas-fonds de la pornographie pour en autopsier, sans jugement ni moralisme, tout ce qu'elle blesse et humilie de la part d'enfance et d'innocence qui est en nous. C'est le lieu sacré du royaume de Dieu. Parce qu'il prend l'amour tellement au sérieux, le philosophe aborde frontalement celle qui est son singe macabre : la pornographie. Elle doit être prise au sérieux, face à l'amour, précisément à cause de la part de vrai qu'elle porte en elle. Ne promet-elle pas, tel le serpent de Genèse 2, des « plaisirs éternels », « faux biens » qui attisent nos mains, nos yeux et nos cœurs trop pressés de consommer, de prendre et de voir ? Et le terreau sur lequel elle prolifère n'est-il pas « nos regards captifs, sidérés, impatients de jouir des choses comme des gens, pressés d'en finir, de passer à autre chose » ? Dans ce système de transparence et de « tout, tout de suite », il n'y a pas de place pour la patience, les balbutiements ni les prélimin...
L'AMOUR VRAI DE MARTIN STEFFENS
CHRISTUS N°266
-
Valérie LE CHEVALIER
Martin Steffens nous offre ici une somptueuse méditation sur l'amour. Mais la puissance de cet essai et sa radicalité viennent du chemin de traverse, boueux et inattendu, qu'il fait prendre à son lecteur : celui qui part des bas-fonds de la pornographie pour en autopsier, sans jugement ni moralisme, tout ce qu'elle blesse et humilie de la part d'enfance et d'innocence qui est en nous. C'est le lieu sacré du royaume de Dieu. Parce qu'il prend l'amour tellement au sérieux, le philosophe aborde frontalement celle qui est son singe macabre : la pornographie. Elle doit être prise au sérieux, face à l'amour, précisément à cause de la part de vrai qu'elle porte en elle. Ne promet-elle pas, tel le serpent de Genèse 2, des « plaisirs éternels », « faux biens » qui attirent nos mains, nos yeux et nos cœurs trop pressés de consommer, de prendre et de voir ? Et le terreau sur lequel elle prolifère n'est-il pas « nos regards captifs, sidérés, impatients de jouir des choses comme des gens, pressés d'en finir, de passer à autre chose » ? Dans ce système de transparence et du « tout, tout de suite », il n'y a pas de place pour la patience, les balbutiements ni les préliminaires. Les enfants quittent leurs écrans avec les yeux crevés...