Raphaël BUYSE

Prêtre du diocèse de Lille, membre de la Fraternité diocésaine des parvis.
A publié Croisière dans un bénitier (Bayard 2018) et Autrement, Dieu (Bayard, à paraître en mars 2019).
CONTEMPLATION SUR LA GRANDE VILLE
CHRISTUS N°254
-
Raphaël BUYSE
      Dieu habite la ville de toutes sortes de manières, à travers les lieux de culte et de prière mais aussi à travers les multitudes d'hommes et de femmes qui la peuplent. Un pasteur propose ici une méditation sur la grande ville, un accueil de la ville comme elle est. J'écris ce texte de la chapelle d'un petit monastère caché au fond d'un bois. Après avoir vécu vingt ans dans l'hyper-centre d'une grande ville, je suis venu ici pour la joie d'être là et écouter le vent. Chaque matin, après les laudes, j'ouvre grandes les fenêtres de l'oratoire et je me pose : les oiseaux chantent. Au loin, j'entends les bruits de la ville. Je ferme les yeux et je regarde. Pèlerin immobile, je m'en vais rejoindre ceux que j'aime. Assis, je marche à leur rencontre. Mon esprit quitte Clerlande, traverse Mons et Tournai. J'arrive alors à Lille… Grouillement de vie C'est une ville. Mais ce sont des mondes. Des hommes. Des femmes. Des jeunes. Des vieux. Des gens d'ici. Des gens de là. Des peuples. Des gens du monde entier. Il y a ceux qui vivent là à demeure, en permanence, certains depuis toujours. Et ceux qui passent. Ceux qui travaillent. Ceux pour qui travailler, c'est vivre ; et ceux pour qui travailler, c'est ne plus vraiment vivre parce qu'il y a dans les grandes villes, on le sait bien, des conditions de travail...
UNE ASSEMBLÉE APOSTOLIQUE
CHRISTUS N°262
-
Raphaël BUYSE
Les paroisses portent-elles la vie au-delà de leurs « frontières » ? Le soutien à la foi des uns contribue-t-il à un bien commun qui dépasse le seul service religieux ? L'auteur exprime son aspiration à ce que la paroisse constitue un espace de vie pour toute la communauté humaine. Mais cela n'est jamais assuré… L'histoire se passe en 1949. Madeleine Delbrêl (1904-1964) vit à Ivry-sur-Seine avec quelques compagnes. Elle y a travaillé avec ardeur comme assistante sociale dans le service municipal. Après avoir vécu dès 1933 à l'ombre du clocher de la paroisse Saint-Jean-Baptiste, elle fait le choix, en avril 1935, de quitter l'enclos paroissial et de louer une maison neutre, au 11 de la rue Raspail, à deux pas de la mairie, pour se tenir au plus près de la vie de tous les Ivryens. Elle y habitera pendant presque trente ans. La maison devient rapidement ce qu'on appelle aujourd'hui un « tiers-lieu » d'Église. La maison est résolument ouverte sur le quartier. Madeleine et ses amies y prennent des initiatives de rencontres orientées vers les incroyants, parce qu'il leur semble qu'elles ne vont pas assez loin, avec ceux qu'elles connaissent, dans le partage de l'Évangile. Leur maison grouille de vie : « L'hospitalité, écrit-elle, c'est que les autres se s...
ÊTRE LÀ
CHRISTUS N°266HS
-
Raphaël BUYSE
La mission de l'Église ?… Établir un état dans l'État ? Restaurer un Saint Empire dont on se sort à peine ? Non ! Nous y avons dépensé que trop de temps, en perdant souvent l'homme, il faut le dire. Alors quoi ?Nous n'avons rien à vendre. Rien à placer. Pas même des assurances vie. Aucune récompense à promettre en échange de mérites. Pas de morale à imposer. Aucune recette miracle à offrir à notre société. Et personne à sauver : un Autre s'en est chargé ! C'est peine perdue de nous échauffer. C'est surtout vanité. Alors quoi ?Tout simplement nous réjouir d'un Dieu qui est venu, en Jésus, saluer l'homme. C'est la mission et passion de l'Église. Inviter l'homme d'aujourd'hui à découvrir et à s'étonner que sa vie soit traversée par une autre Vie, par le souffle du Très Haut et rejointe dans l'ordinaire par la discrète présence d'un frère, Jésus de Nazareth. Lui proposer, en cohérence avec cela, de devenir lui-même un ami et frère de ses contemporains. Lui suggérer, en fils, de boire abondamment à la source gratuite d'un Dieu Père qui veut que l'homme vive. S'en réjouir. Et, avec ceux qui le souhaitent, à Dieu retourner la louange. Je n'imagine plus l'Église comm...