POSNER Stephan

QUAND L'HISTOIRE FONDATRICE S'EFFONDRE
CHRISTUS N°271
-
DORMAL Michèle POSNER Stephan
Un an après les révélations concernant Jean Vanier (1928-2019), deux membres de l'Arche ont accepté de se prêter à un exercice difficile de relecture et se livrent sans fard sur la douleur de la perte mais aussi sur la foi en ce qui fait tenir.Christus   : Est-ce que vous pourriez nous dire ce qu'évoque pour vous cette idée de la perte et de la perte irréparable ? Comment le vivez-vous au regard des révélations sur les fondateurs de l'Arche ? Où en êtes-vous aujourd'hui ?Michèle Dormal  : De mon côté, du fait que je suis à la retraite, je ressasse peut-être davantage, c'est un travail solitaire que je dois faire. Pour ma part, je ne sais plus où je suis… Parfois, j'ai l'impression que je suis comme un mille-feuille avec beaucoup de couches différentes, une strate prenant alternativement le dessus sur l'autre. Pour moi, les révélations ont commencé avec celles concernant Thomas Philippe, alors que j'étais au début de mon mandat à l'Arche internationale. J'ai été véritablement surprise. La question de savoir si j'aurais pu deviner la situation m'a vraiment travaillée parce qu'on me la posait, et que je me la posais. Je connaissais aussi bien l'agresseur qui m'avait accompagnée que les victimes qui, pour certaines...