Pierre MOLINIE

TROP OCCUPÉ POUR T'OCCUPER DE TA VIE ?
CHRISTUS N°247
-
Pierre MOLINIE
  Comment revisiter les lieux où se joue notre vie spirituelle : dans le quotidien d’un travail, d’une vie familiale, ou encore dans la routine d’une pratique dominicale qui ne semble plus porter de fruits ? Dans ce recueil, Guillaume Bady nous offre une centaine d’extraits de la prédication de saint Jean Chrysostome : une page ou deux tirées de la prédication ordinaire d’un pasteur exceptionnel, tant pour son éloquence que pour son sens de la psychologie. L’évêque de Constantinople, qui a su consacrer, dès la fin du IVe siècle, tout un traité à l’éducation des enfants, sait à merveille exhorter chacun à trouver Dieu dans sa vie la plus concrète. Ainsi, l’un des premiers extraits proposés a pour motif : qui est devenu meilleur après être allé à l’église un mois entier ? « Si nous n’en rapportons rien, dit l’évêque, il vaut mieux rester chez nous. » Et d’inviter ses fidèles non seulement à se nourrir vraiment des lectures entendues, mais aussi à prier sans cesse, sans prétexter que l’église est trop loin de chez eux : en marchant dans la rue, en travaillant, en faisant les courses, la cuisine… Ailleurs, nous apprenons comment tirer profit de l’Écriture pour combattre...
PRIER 15 JOURS AVEC JEAN CHRYSOSTOME
CHRISTUS N°250
-
Pierre MOLINIE
 Saint Jean Chrysostome constitue, depuis l’Antiquité, un pont entre l’Orient et l’Occident. Vénéré aujourd’hui par tous les chrétiens, l’archevêque de Constantinople († 407) a pourtant été attaqué de son vivant par les membres même de l’Église : calomnié et condamné par ses frères évêques, pour finir exilé par un empereur chrétien. Sa mort, suite aux mauvais traitements subis sur la route de l’exil, en fait un quasi-martyr : le témoin d’une existence entièrement donnée au Christ, d’un prédicateur passionné pour la justice, allant jusqu’à risquer sa vie par fidélité à la radicalité de l’Évangile. Jean « Bouche d’Or » est aussi un maître spirituel : une figure qui nourrit l’Église depuis mille six cents ans par ses écrits (sur le sacerdoce, la virginité, le mariage…), par les centaines d’homélies où il commente l’Écriture, et par les nombreux extraits qui enrichissent la Liturgie des Heures. Laurence Brottier a déjà proposé plusieurs ouvrages exposant l’enseignement spirituel de Jean, notamment L’appel des demi-chrétiens à la vie ang&eacute...
L’HUMOUR DES SAGES
01 JUILLET 2016
-
Pierre MOLINIE
Les Pères de l’Église sont-ils de tristes sires ? Leurs icônes pourraient donner cette impression, elles qui les représentent comme de graves évêques à la barbe blanche ou comme des moines aux joues creusées par le jeûne. Les historiens modernes1 ont même cru identifier chez eux une peur à l’égard du rire, ce phénomène incontrôlable qui mettrait en danger la sacro-sainte maîtrise de soi, c’est-à-dire la domination rigoureuse de l’âme sur le corps. Le rire, comme le sexe, révélerait que la vie échappe toujours à la loi, la spontanéité à la règle, et le monde à l’Église… Eh bien, non ! Les Pères ne font du rire ni quelque chose de diabolique, ni le fruit du péché originel. Si leurs expressions nous choquent, replaçons-les dans leur contexte, et voyons à qui ils s’adressent : à des moines ou à des laïcs soucieux de comprendre la parole de Dieu, à des chrétiens désireux de progresser dans un mode de vie « évangélique » ou « angélique ». Que cherchent les Pères ? Le « salut » de leurs auditeurs. Pour cela, ils dessinent non pas un portrait de la vie chr&eac...
Mots clés : Bible Eglise Prêtre Pouvoir Gouvernement Rire
Lire la suite
L'HUMOUR DES SAGES
CHRISTUS N°251
-
Pierre MOLINIE
Les Pères de l’Église sont-ils de tristes sires ? Leurs icônes pourraient donner cette impression, elles qui les représentent comme de graves évêques à la barbe blanche ou comme des moines aux joues creusées par le jeûne. Les historiens modernes 1 ont même cru identifier chez eux une peur à l’égard du rire, ce phénomène incontrôlable qui mettrait en danger la sacro-sainte maîtrise de soi, c’est-à-dire la domination rigoureuse de l’âme sur le corps. Le rire, comme le sexe, révélerait que la vie échappe toujours à la loi, la spontanéité à la règle, et le monde à l’Église… Eh bien, non ! Les Pères ne font du rire ni quelque chose de diabolique, ni le fruit du péché originel. Si leurs expressions nous choquent, replaçons-les dans leur contexte, et voyons à qui ils s’adressent : à des moines ou à des laïcs soucieux de comprendre la parole de Dieu, à des chrétiens désireux de progresser dans un mode de vie « évangélique » ou « angélique ». Que cherchent les Pères ? Le « salut » de leurs auditeurs. Pour cela, ils dessinent non pas un portrait de la vie chr&e...
Mots clés : Bible Eglise Prêtre Pouvoir Gouvernement Rire
Lire la suite
JESUS CHRIST AU FIL DES SIECLES
01 AVRIL 2020
-
Pierre MOLINIE
Cerf, 2019, 512 p., 29 €.On ne sera pas surpris de lire, sous la plume de Michel Fédou, un exposé de christologie à la fois clair, profond et synthétique. Il n'en reste pas moins étonnant de se promener dans un livre qui couvre deux mille ans d'histoire de l'Église et de théologie sans se perdre ni s'ennuyer. C'est pourtant ce qui se produit avec ce bel ouvrage, dont l'épaisseur ne doit pas effrayer le futur lecteur ! Il pourra, s'il le souhaite, se servir de ce livre comme d'une encyclopédie où l'on vient piocher pour savoir, en quelques pages, ce qu'il faut retenir de la pensée d'Anselme de Cantorbéry, de Francisco Suárez ou de Nicolas Berdiaev. Même pour des auteurs apparemment passés sous silence, il n'est pas rare que Michel Fédou prenne le temps d'expliquer, en quelques lignes, ce que l'on aurait pu en dire ! À ce titre, l'index qui clôt l'ouvrage s'avère précieux, car il permet de repérer instantanément le passage où tel théologien est abordé, fût-ce au détour d'une note de bas de page. On pourra également se laisser guider par l'auteur et suivre pas à pas les évolutions de la christologie « au fil des siècles », depuis l'Antiquité – qui est rapidement traitée, car elle a déjà fait l'ob...
JESUS CHRIST AU FIL DES SIECLES
CHRISTUS N°266
-
Pierre MOLINIE
On ne sera pas surpris de lire, sous la plume de Michel Fédou, un exposé de christologie à la fois clair, profond et synthétique. Il n'en reste pas moins étonnant de se promener dans un livre qui couvre deux mille ans d'histoire de l'Église et de théologie sans se perdre ni s'ennuyer. C'est pourtant ce qui se produit avec ce bel ouvrage, dont l'épaisseur ne doit pas effrayer le futur lecteur ! Il pourra, s'il le souhaite, se servir de ce livre comme d'une encyclopédie où l'on vient piocher pour savoir, en quelques pages, ce qu'il faut retenir de la pensée d'Anselme de Cantorbéry, de Francisco Suárez ou de Nicolas Berdiaev. Même pour des auteurs apparemment passés sous silence, il n'est pas rare que Michel Fédou prenne le temps d'expliquer, en quelques lignes, ce que l'on aurait pu en dire ! À ce titre, l'index qui clôt l'ouvrage s'avère précieux, car il permet de repérer instantanément le passage où tel théologien est abordé, fût-ce au détour d'une note de bas de page. On pourra également se laisser guider par l'auteur et suivre pas à pas les évolutions de la christologie « au fil des siècles », depuis l'Antiquité – qui est rapidement traitée, car elle a déjà fait l'objet de nombreuses études par le...
LA JOIE DE PRÊCHER - L'ANTI-MANUEL DE PRÉDICATION
CHRISTUS N°267
-
Pierre MOLINIE
Éditions Saint-Augustin, « Perspectives pastorales », n° 10, 2018, 288 p., 22 €.Éditions Saint-Augustin, « Perspectives pastorales », n° 11, 2018, 176 p., 22 €.Que faire pour bien prêcher ? Comment éviter les pièges qui conduisent à une mauvaise prédication ? Ces deux versants d'une même question sont abordés à travers deux ouvrages qui gagnent à être lus ensemble. Le premier constitue un véritable manuel – on serait tenté de dire : une somme sur la prédication. L'auteur y offre en effet au lecteur un état de la question, une réflexion fondamentale sur la nature de l'acte homilétique et sur sa mise en œuvre, ainsi que des propositions pastorales concrètes et une bibliographie d'une bonne dizaine de pages, à son tour complétée par une liste de sites internet. Il y a là plus qu'un « petit manuel ». Signalons en particulier quelques points forts : d'abord, si l'auteur dialogue avec d'autres théoriciens contemporains (notamment Jean Bianchi et Raphaël Picon), son érudition lui permet de donner plus largement accès à tout un monde de recherches en homilétique, dans un style toujours léger et clair. De nombreux conseils pratiques émaillent l'ouvr...
CONSOLATION
CHRISTUS N°268
-
Pierre MOLINIE
Traduction et présentation de Nicolas Waquet, Bayard, « Comètes », 2020, 220 p., 13,90 €. Parmi les écrits de Jean Chrysostome (vers 349 – 407), les lettres d'exil constituent certainement l'un des recueils les plus touchants. Ailleurs, cette grande figure du christianisme ancien (successivement prêtre à Antioche et évêque de Constantinople) se montre prédicateur brillant, exégète plein de finesse, théologien soucieux de professer la foi commune de l'Église. Ici, Jean se montre sous un visage plus personnel, plus doux, plus humble. Envoyé en exil, il reste en effet en contact avec sa communauté, et tout particulièrement avec la chrétienne Olympias, riche veuve qui avait consacré à l'Église l'ensemble de sa fortune et de son énergie. Les quinze lettres ici présentées, qui vont du billet de quelques lignes au véritable traité spirituel, dévoilent la tendresse qui unissait l'évêque et sa collaboratrice, sans voiler la douleur que représentait pour l'un et l'autre l'éloignement physique. Pour réconforter sa correspondante, Jean déploie une argumentation avant tout scripturaire, en ce qu'elle puise largement dans l'Écriture ses images et ses exemples, nous offrant au passage une très belle illustration de l'exégèse spirituelle des Pères de l'Église. On notera toutefois que ces lettres étaient déjà accessibles au public à travers l'édition des « Sources chrétiennes » (Cerf, 1976) : certes, on saura gré aux éditions Bayard d'en proposer le recueil à un prix plus abordable. Mais...