Pierre Faure

LA MUSIQUE, UN LIEU SPIRITUEL ?
CHRISTUS N°223
-
Pierre Faure
Aujourd’hui, le mot « spirituel » utilisé pour parler de la musi­que, notamment dans les médias, recouvre bien des sens, qu’il faut trier un peu si l’on veut savoir de quoi l’on parle. En écoutant parler des musiciens, interprètes ou compositeurs on peut donner quelques exemples : • Le metteur en scène déconcertant, et aussi plasticien et écri­vain, Oleg Koulik, qui se dit incroyant mais « mystique… un peu », affirme : « La musique est le seul bien universel, l’unique chose à laquelle nous sommes tous soumis. Elle ne brille pas seulement par ses qualités esthétiques, mais offre une connaissance chiffrée déjà sacrée du monde. » • André Jolivet (1905-1974), compositeur, qui voulut redonner à la musique « son caractère original antique d’expression magique et incantatoire de la religiosité des groupes humains », disait d’elle qu’elle est « un mouvement spirituel ». Pour exprimer probablement qu’elle est manifestation d’une profondeur universelle de l’esprit vers plus grand que lui, sans autre détermination religieuse. • Dans le même sens, le claveciniste Pierre Hantaï parlait de « l’engagement spirituel » d’un grand pianiste, pour dire « qu’il...
Mots clés : Affectivité Amour Art (cinéma, peinture, sculpture) Athéisme Corps Ecoute Expérience spirituelle Foi Jésus-Christ Liturgie Musique Parole d’homme Passion Désir
Lire la suite
MÉDITER AVEC TOUT SON CORPS
CHRISTUS N°213
-
Pierre Faure
Desclée de Brouwer, 2005, 187 p., 19 euros. Répondant à un besoin de notre époque, les ouvrages proposant de prier avec son corps ne manquent pas. Celui-ci, davantage centré sur la méditation, est proposé par un religieux carme, professeur de yoga, et une laïque mariée qui animent ensemble stages et retraites. L’ouvrage présente une introduction à la prière contemplative dans la tradition carmélitaine appuyée sur une forte prise de conscience corporelle. Attentif à la fois à l’équilibre humain et psychique personnel et à la vie intérieure, il rapporte quelques beaux témoignages, et décrit seize exercices corporels à faire (un par chapitre). Comme les auteurs l’indiquent eux-mêmes, il serait très utile d’en faire une lecture en groupe pour pouvoir échanger et s’entraider dans la pratique proposée. Ces pages pourront aider des personnes vraiment désireuses de s’engager sur un chemin de prière chrétienne avec toute leur personne. Mais, comme pour d’autres propositions de ce genre, et même si ce livre n’est qu’une introduction, on reste étonné de se trouver face à un christianisme très individuel, vécu essentiellement à travers la prière personnelle, rarement en groupe,...
Mots clés : Livres
Lire la suite
LES DIACRES DANS L’ÉGLISE CATHOLIQUES EN FRANCE
CHRISTUS N°211
-
Pierre Faure
Jésuite depuis 1966, j’ai été ordonné diacre permanent en 1983, le seul à ce jour parmi les jésuites français (17 jésuites diacres sur 19.700 jésuites dans le monde). Ce ministère n’a en général rencontré que peu d’intérêt de la part des congrégations religieuses, comme si elles n’avaient pas encore accueilli la nouveauté de cette figure ministérielle. J’ai partagé la vie et la réflexion des diacres des diocèses d’Aix-en-Provence, puis de Nanterre, et j’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux diacres français lors de congrès nationaux et sessions diocésaines ou régionales.   Situation et chiffres En 2006, les diacres permanents catholiques français sont tout près de 2000. Il y a vingt ans, en 1986, ils n’étaient que 260, et en 1976 seulement 34. C’est dire la croissance de ce groupe dans l’Église de France. Chaque diocèse connaît maintenant son groupe de diacres, et certains secteurs paroissiaux ont un ou plusieurs diacres, et parfois déjà plus de diacres que de prêtres. Depuis 1991, le nombre annuel d’ordinations diaconales varie entre 85 et 110, proche du nombre annuel d’ordinations des prêtres (moyenne de 120). Cependant, en 2004, il n’y...
Mots clés : Eglise Mission Service Tradition Vocation
Lire la suite
JOHANN SEBASTIAN BACH
CHRISTUS N°211
-
Pierre Faure
Actes Sud/Classica, 2006, 157 p., 15 euros. Pour qui a été touché par la musique religieuse (ou profane) de Johann Sebastian Bach, ce petit livre aidera à connaître mieux ce génie aux 190 oeuvres dont 54 cantates pour des fêtes liturgiques, mais sans le détour d’une somme encyclopédique. En 157 pages, le lecteur qui connaît un peu la musique de Bach, mais pas du tout le compositeur, apprendra beaucoup. Au centre du livre, trois chapitres disent le coeur de la foi de ce musicien unique : le luthérien qui écrit des chorals pour le chant du peuple dans sa langue, le prédicateur qui commente l’Écriture et la foi dans les cantates qu’il compose à longueur d’année, et l’évangéliste qui écrit sa musique « dans » le texte même de l’Évangile en composant des Passions dont plusieurs sont aujourd’hui perdues. Trois autres chapitres, au début, au milieu et à la fin, racontent l’histoire de la famille Bach. Et ce petit livre trouve encore de la place pour nous parler de l’organiste virtuose, du musicien de cour, de l’instrumentiste, et du savant. Car Bach était aussi tout cela. Des annexes très utiles donnent la liste complète des oeuvres, des indications discographiques et bibliographiques et deux pages de chronologie. En si peu d&...
Mots clés : Livres
Lire la suite
LITURGIE INTÉRIEURE
CHRISTUS N°207
-
Pierre Faure
Ad Solem, 2004, 152 p., 15 €. Prix des Ecrivains croyants 2005, ce petit livre regroupe des méditations publiées dans La Croix de 2000 à 2004 pour commenter les temps liturgiques, le Carême, la miséricorde du Christ et les Béatitudes. L'écriture est dense, le style littéraire très personnel, avec des expressions originales, riches et expressives, ainsi que des citations des plus grands auteurs spirituels bien disposés au fil du texte.
Mots clés : Livres
Lire la suite
ESPÉRER EN MILIEU HOSTILE
CHRISTUS N°206
-
Pierre Faure
Psaume 41 (42) 2 Comme un cerf altéré cherche l'eau vive, ainsi mon âme te cherche, toi, mon Dieu. 3 Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ; quand pourrai-je m'avancer, paraître face à Dieu ? 4 Je n'ai d'autre pain que mes larmes, le jour, la nuit, moi qui chaque jour entends dire : « Où est-il, ton Dieu ? » 5 Je me souviens et mon âme déborde : en ce temps-là, je franchissais les portails ! Je conduisais vers la maison de mon Dieu la multitude en fête, parmi les cris de joie et les actions de grâce. R/ 6 Pourquoi te désoler, ô mon âme, et gémir sur moi ? Espère en Dieu ! De nouveau je rendrai grâce : [il est mon sauveur et mon Dieu ! 7 Si mon âme se désole, je me souviens de toi, depuis les terres du Jourdain et de l'Hermon, [depuis mon humble montagne. 8 L'abîme appelant l'abîme à la voix de tes cataractes, la masse de tes flots et de tes vagues a passé sur moi. 9 Au long du jour, le Seigneur m'envoie son amour ; et la nuit, son chant est avec moi, prière au Dieu de ma vie. 10 Je dirai à Dieu, mon rocher : « Pourquoi m'oublies-tu ? Pourquoi vais-je assombri, pressé par l'ennemi ? » 11 Outragé par mes adversaires, je suis meurtri jusqu'aux os, moi qui chaque jour entends dire : « Où es...
Mots clés : Epreuve Espérance Foi Larmes Passion Prière Psaumes Désir
Lire la suite
TA PAROLE COMME UNE GRAINE AILÉE & FLORILÈGE DE L'INVISIBLE
CHRISTUS N°191
-
Pierre Faure
Ta Parole comme une graine ailée, Cerf, 2000, 182 p., 120 F. Florilège de l'invisible, Parole et silence, 2000, 110 p., 59 F. Ces deux livres ont en commun d'être proches de l'art et du culte chrétien. Jean-Pierre Nortel, prêtre et metteur en scène de théâtre, propose des textes vigoureux qu'il a écrit pour un(e) récitant(e) lors de concerts de musique vocale ou instrumentale à thème religieux (Noël, Chemin de croix, les sept dernières paroles du Christ en croix, etc.) donnés dans des églises parisiennes. Bonne initiative qui, par la parole, permet d'indiquer ou de rappeler à l'auditeur l'enracinement du mystère ou de l'événement que la musique exprime. Trop de concerts à l'église manquent aujourd'hui de ce sobre appui de parole qui renforce la musique en indiquant sa source. Les réalisations du père Nortel pourront donner de bonnes idées à d'autres. Soeur Immaculata, moniale bénédictine, propose des poèmes que l'on sent venus d'une intense prière personnelle et liturgique. Beaucoup de textes sont en vers libres ; certains ont un rythme et une forme très maîtrisés, sobres, retenus. On se dit que ces derniers sont pratiquement prêts à être mis en musique. On aurait alors peut-être un nouvel auteur de textes d'hymnes e...
Mots clés : Livres
Lire la suite
SUR LE SEUIL DE SA MAISON, NOTRE PÈRE...
CHRISTUS N°235
-
Pierre Faure
Ce texte est l’hymne liturgique pour le « dernier adieu », ultime étape de la liturgie catholique des funérailles à l’église. À la fin de la célébration (avec ou sans eucharistie), le prêtre ou le diacre (ou le laïc chargé de conduire la célébration) s’approche du cercueil, invite l’assemblée à prier silencieusement au moment de se séparer du défunt, puis interviennent ce chant, l’encensement, l’aspersion du corps avec l’eau du baptême, geste auquel peuvent se joindre tous les fidèles présents. Et le rituel s’achève par une prière finale. Alors le corps du défunt quitte l’église.   Un chant rituel Ce chant (pour lequel existent plus de quatre mélodies) est probablement utilisé au moins dans les deux tiers des funérailles célébrées en France à l’église. C’est pourquoi il est intéressant de voir comment un texte devenu langage courant de la liturgie parle du devenir des défunts. Écrit en 1971, avec deux mélodies au choix, il a été publié dans le Rituel des funérailles rénové après le concile Vatican II. Proposé comme chant rituel, il visait à remplacer le traditionnel Libera me qui accompagna...
Mots clés : Prière
Lire la suite
BACH
CHRISTUS N°240
-
Pierre Faure
On peut aimer, et/ou pratiquer la musique de Jean-Sébastien Bach, et même être touché profondément par son œuvre, sans connaître la vie ni la personnalité de ce génie, ni la foi chrétienne qui est au cœur de son inspiration. C’est à ces personnes que s’adresse cette biographie. Le premier livre à conseiller à celles et ceux qui veulent en savoir plus sur Jean-Sébastien Bach, mais sans faire le détour par une étude savante dans un livre épais. Marc Leboucher, qui connaît bien la foi chrétienne, a fréquenté tous les ouvrages importants sur Bach. Dans un style assez journalistique qui se lit aisément, il est guidé par une saine curiosité, et n’hésite pas à imaginer, ici ou là, la conversation entre Bach et son épouse, ou entre celle-ci et sa voisine ! Nous voyons ainsi vivre Bach enfant, puis en formation, adulte en famille, en recherche d’emploi, en conflit avec ses employeurs, père soucieux de la carrière de ses fils, etc. En annexe, se trouvent des repères chronologiques, des références bibliographiques et un choix discographique. Huit pages de photos en couleur nous montrent plusieurs portraits du compositeur, et même la photo d’une page autographe de la Passion selon saint Matthieu. Manque cependant u...
EMOTIONS ET LITURGIE
CHRISTUS N°261
-
Pierre Faure
Faut-il déplorer ou se réjouir du bouillonnement d'émotions (larmes, sentiment fort de piété, exultation de joie) que la liturgie peut facilement susciter, particulièrement chez les personnes à la vive sensibilité ? Entre risque de la jouissance émotive seule et importance de l'émotion qui nourrit la foi, l'auteur dessine un chemin équilibré dans la pratique liturgique. Pour tenter de donner quelques repères sur l'articulation de l'émotion avec la célébration liturgique, il est bon d'entendre Augustin (354-430), un des plus grands théologiens chrétiens. "Que j'ai pleuré dans tes hymnes et tes cantiques, aux suaves accents des voix de ton Église qui me pénétraient de vives émotions ! Ces voix coulaient dans mes oreilles, et la vérité se distillait dans mon cœur ; et, de là, sortaient en bouillonnant des sentiments de piété, et des larmes roulaient et cela me faisait du bien de pleurer !1"   "Lorsque je me souviens de mes larmes, que j'ai versées aux chants de l'Église dans les premiers temps de ma foi recouvrée ; lorsque, aujourd'hui encore, je me sens ému, non par le chant, mais par les choses que l'on chante, si c'est d'une voix limpide et sur un rythme bien approprié qu'on les chante, alors la grande utilité de cette institu...