Martin Pochon

LA RELECTURE BIBLIQUE EST UNE ESPÉRANCE
CHRISTUS N°219
-
Martin Pochon
La Bible est la trace d’une découverte progressive du visage de Dieu. Elle est le fruit de relectures « cumulatives » selon des genres littéraires très variés. Chaque événement nouveau, compris à la lumière de ce qui a été donné antérieurement, est l’occasion d’une révélation. Il conduit à une intelligence renouvelée des événements passés, à une remise en chantier des conceptions anciennes. Cette ré-interprétation n’est pas une trahison de la mémoire d’un peuple et de ses livres saints, c’est une fidélité à l’espérance qui les animait.  Plus l’attente d’un accomplissement s’est creusée dans l’histoire sainte, plus des sages ont relu à frais nouveaux la Loi et les Prophètes dont ils héritaient. Dans la Bible, c’est la re-connaissance, au sens le plus littéral, qui ouvre l’avenir. Ce processus de re-connaissance, avec ce qu’il comporte d’acte de foi, de silence et d’oubli, de mémoire et d’espérance, est repérable dans les récits de création et particulièrement dans le texte yahviste (Gn 2,4b–3,24) et ses relectures ultérieures. Ce parcours que nous allons faire nous aidera à p...
Mots clés : Bible Espérance Foi Jésus-Christ Liberté Mémoire Temps
Lire la suite
LA FOI DE JÉSUS
CHRISTUS N°248
-
Martin Pochon
  Ce livre nous aide à relire la lettre aux Hébreux avec un regard neuf. L’auteur prend le temps d’expliquer ses choix de traduction pour redonner de la saveur à un texte trop bien connu. Il rafraîchit notre lecture. Il propose même quelques néologismes et expressions originales pour être au plus près de la dynamique des mots. Nous pouvons évoquer ici le choix de parler du « type de sa propre endurance » (pour « expression de son être », He 1,3), du « pionnier de la foi et du perfectionneur de la foi » (pour « l’initiateur de la foi et qui la mène à son accomplissement », He 12,2), de « l’homologie » (pour « la profession de foi », He 3,1), de « chose effroyable [pour “terrible”] que de tomber aux mains du Dieu vivant » (He 10,31) ou encore « nous ne sommes pas des hommes de dérobade » (pour « faire défection », He 10,39), etc. L’auteur souligne le caractère concret et événementiel de la vie du Christ qui fait les siècles, comme les grands personnages ont fait leur siècle. Il se confronte à la question du sens du sacrifice du Christ. Il souligne que c’est sa confiance, sa foi indéfectible, que Jésus offre à son Père. « La matière du sacri...