La rédaction

ETRE MÈRE
CHRISTUS N°229
-
La rédaction
Qu’est-ce que la maternité révèle de notre relation à Dieu, aujourd’hui que les femmes savent d’ordinaire qu’elles auront peu d’enfants ? Pourtant, aujourd’hui comme hier, elles éprouvent avec leur enfant un choc que lui seul sait déclencher (Geneviève Jurgensen). L’attitude intérieure face à l’accouchement se fonde sur une ferme détermination à entrer dans ce qui est douloureux et à le conduire vers la vie. Et cela se rejoue à chaque enfant. Ainsi, la femme à terme entre en travail, mais aussi en foi, une foi non réflexive, chevillée au corps (Claire-Anne Baudin).Grâce à cette foi, on sait mieux identifier aujourd’hui le tissage de féminité qui concerne le visage même de Dieu. D’où la nécessité d’entendre les textes bibliques avec toute leur finesse, si l’on veut percevoir comment, lorsqu’ils sollicitent le registre de l’enfantement pour dire Dieu, ils donnent à méditer quelque chose de central dans l’économie du salut (Anne-Marie Pelletier). Ainsi, un enfant est donné à Abraham et Sara, à Zacharie et Élisabeth, au soir de la vie. En comblant un couple, Dieu fait naître un peuple, il fonde et renouvelle l’Alliance. Et à toute l’humanité, il...
Mots clés : Bible Enfant Mère
Lire la suite
SE LAISSER RÉCONCILIER
CHRISTUS N°228
-
La rédaction
Qui n’a ressenti, à un moment ou à un autre de sa vie, un irrépressible désir de se réconcilier – sans toujours savoir avec qui ou avec quoi ? Si c’est le plus souvent avec des proches, l’importance de se réconcilier avec celui ou celle que l’on fut lorsque se produisirent les ruptures se révèle tout aussi vitale (Nicolle Carré). Il y a cependant de l’irréductible dans nos inimitiés : maintes blessures laissent des marques qu’il faut se garder de trop vite effacer, tant elles sont lourdes de sens. Ainsi des trahisons que les disciples ont fait subir à Jésus, et qui sont devenues paradigmatiques de celles que nous continuons à lui faire subir par nos divisions au sein de l’Église (Noëlle Hausman). Ainsi des vengeances dont les fils se croient investis lorsqu’ils ont perdu leur père durant les guerres civiles, lesquelles, alors, n’en finissent pas de finir. Comment sortir du cercle infernal qui éloigne de la plus simple humanité (Natalie Héron) ? Un innocent, un serviteur souffrant – préfiguration du Christ – s’est proposé au nom de Dieu comme médiateur pour enrayer une telle spirale de violence (Is 52 et 53). Mais c’est pour signifier que seul l’amour purifie et sanctifie (Yves Simoens). Les armes du droit ont été...
Mots clés : Pardon Réconciliation (confession) Sacrement
Lire la suite
ADORER
CHRISTUS N°227
-
La rédaction
  Que signifie adorer ? À quel besoin cette attitude répond-elle ? Qui adore-t-on ? Remontant à la petite enfance aussi bien qu’à l’aube des temps, elle est tellement liée à notre condition humaine que nous n’y prêtons plus attention. Pourtant, elle indique au plus profond de nous-mêmes ouverture et crainte devant ce qui nous dépasse infiniment, et qu’il faut nous concilier pour vivre en paix. Mais dans la Bible, et plus encore dans l’Évangile, l’adoration nécessite une conversion pour qu’il soit possible d’« adorer en esprit et en vérité ». C’est le chemin de Marie-Madeleine que Jésus aide à passer du besoin de « toucher » au désir de « voir ». La résurrection l’introduit dans l’« écoute » qui laisse Dieu absent s’exprimer en vérité à l’intime du coeur (S. Germain). La première adoration est souvent celle de la nature : révérer l’amour de Dieu présent dans la création. Mais comment ne pas voir que sans cette présence de Dieu, cette adoration peut devenir alors fascination et sacralisation de la nature (C. Flipo) ? Elle peut aussi dévier de l’amour de Dieu qui la fonde, se perdre dans les choses, dans le matérialisme ou le consum&eac...
Mots clés : Amour Dieu Mystique
Lire la suite
LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
CHRISTUS N°226
-
La rédaction
C’est la première fois, en plus de cinquante ans d’existence, que Christus consacre un dossier à la « recherche scienti­fique » – thème a priori fort peu « spirituel ». Aujourd’hui, cependant, bon nombre de scientifiques chrétiens cherchent à discerner, au sein même de leurs activités, le travail de l’Esprit. Ce dossier tente à sa manière de répondre à cette attente. Voici les premières questions qui nous sont venues : La passion de la re­cherche scientifique ouvre-t-elle à la vie de l’Esprit ? Entre des domaines aussi différents que la spiritualité et la recherche scientifique, y a-t-il des liens ? Si oui, comment travaillent-ils l’intériorité de ceux qui consacrent leur vie à la progression des connaissances ? Par quelles démarches ou rencontres, quels débats ou combats ?… En nous questionnant de la sorte, nous essayions d’esquisser peu à peu une spiritualité propre aux scientifiques mais capable d’enrichir la spiritualité de tous dans l’Église et même au-delà. En effet, par sa démarche, ses objectifs et ses résultats, la recherche scientifique contribue pour une large part à former des consciences modernes, autonomes, « adultes » dans l’approche de la r&ea...
Mots clés : Bible Humanisme Science
Lire la suite
DIEU NOUS PARLE
CHRISTUS N°225
-
La rédaction
Depuis des années, la Parole de Dieu éveille chez un grand nombre de chrétiens une attirance croissante. Le renouveau biblique, la facilité de l’accès aux sources, l’abondance des commentaires y ont sans doute beaucoup aidé. Comment ne pas y voir le signe d’une foi qui cherche davantage d’intelligence, de nourriture et surtout de rencontre plus per­sonnelle et directe avec le Seigneur, dans sa Parole, à une époque où Dieu ne se donne plus à sentir immédiatement ? Parallèlement à la prière ou à la lectio divina, aux groupes de partage ou aux formations, maintes liturgies font une large place à une Parole de Dieu lue, expliquée, comme un lieu privilégié de l’écoute de Dieu et de l’accueil de l’Esprit Saint. Qu’est-ce que cette heureuse réhabilitation de la Parole dans la vie des communautés chrétiennes nous révèle de Dieu ? N’est-ce pas depuis les origines tout le mystère de la Parole de Dieu que de se dire à travers des paroles d’hommes ? Comment y discerner la voix de Dieu ? Qu’est-ce au fond que la Parole de Dieu ? À l’évidence, elle se donne et touche le coeur de l’homme au sein d’une expérience spirituelle toujours étonnante. En témoigne ce qu’ont exprim&e...
Mots clés : Ecoute Parole de Dieu Parole d’homme
Lire la suite
FACE AU DÉCOURAGEMENT
CHRISTUS N°224
-
La rédaction
  Si ses racines plongent dans une psychologie fragilisée par la fatigue, le stress, l’angoisse devant les exigences de l’avenir, le découragement a aussi une origine et un visage profondément spirituels. L’abattement, s’il est souvent répété, fait monter en l’homme de foi une désespérance amère comme celle de Gédéon (Jg 6) ou conduit à une démission comme celle d’Élie (1 R 19,4) dans l’Écriture. Mais il n’est pas rare qu’il fasse suite à une recherche de performance ou de sainteté. Des maîtres spirituels comme Ignace de Loyola ou François de Sales en ont d’ailleurs fait l’expérience (D. Salin). Cette tentation s’immisce et prospère dans les relations les plus intimes, conjugales et parentales, quand l’habitude, les défenses, éteignent l’amour, voire le désir de la présence gratuite de l’autre (G. Jurgensen). Mais elle n’est pas imprévisible. Cette tentation est l’aboutissement d’un processus de dégradation intérieure déjà repéré par les Anciens et que confirment aujourd’hui ceux qui accompagnent des personnes en grande difficulté. Comment rester proche et à l’écoute sans se laisser détruire ? Une rela...
Mots clés : Espérance Foi Tentation
Lire la suite
LA MUSIQUE, UNE VOIE SPIRITUELLE ?
CHRISTUS N°223
-
La rédaction
La musique aujourd’hui a envahi notre temps et notre espace, à la maison comme dans le milieu professionnel. Elle est partout, elle nous accompagne dans toutes nos activités. Sous des formes très diverses, elle touche tout le monde, et non plus seulement des mélomanes avertis ou des amateurs de tel ou tel genre. Sa pratique s’est aussi largement étendue et démocratisée. Considérable est le nombre de personnes qui apprennent, jouent, composent, au point que beaucoup considèrent la musique comme l’expression spirituelle par excellence de l’homme.   Ce dossier veut prendre au sérieux, en l’interrogeant, cette empreinte spirituelle de la musique dans l’univers contemporain. En quoi est-elle spirituelle ? Peut-on l’affirmer de toute musique ? La tradition ne nous aide pas beaucoup, car la musique est peu présente dans les récits d’expérience spirituelle. Liée au corps et à la sensation, elle est plutôt le lieu du charme, voire du divertissement, quand elle se donne ailleurs qu’à l’église. Cependant, nous pouvons faire l’expérience que la musique, qui ne contient en soi ni sa fin ni son origine, « ouvre à plus grand qu’elle » (P. Faure). Elle joue d’abord un rôle essentiel dans la relation à autrui quand chaque génération...
Mots clés : Art (cinéma, peinture, sculpture) Expérience spirituelle Musique
Lire la suite
TU NE JUGERAS PAS
CHRISTUS N°222
-
La rédaction
« Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés », nous dit Jésus. Cette injonction peut nous troubler. Pourtant, elle éclaire le rapport entre jugement et justice, entre la faculté de juger et l’exigence d’être juste. Quoi que nous ayons à vivre ou à faire, nous sommes sans cesse amenés à jauger des situations, à évaluer des risques, à juger de la compétence d’une personne ou d’un groupe… Mais dans quel esprit le faisons-nous ? Des événements récents appellent une réflexion éthique. Si l’affaire d’Outreau a révélé les fragilités des procédures judiciaires, n’est-ce pas, à l’inverse, l’absence de règle qui a permis les excès financiers, laissant au jugement de quelques-uns la possibilité de tout gagner ou de tout perdre ? Par quel chemin se construit un jugement juste pour révéler la vérité d’un passé et ouvrir l’avenir (L. Aynès) ? Parce qu’il s’agit ici de se décider « en conscience », la question déborde l’éthique et ouvre une dimension éminemment spirituelle. Comment aller au coeur de la délibération inté­rieure, comment trouver la paix intérieure qu’implique un jugemen...
Mots clés : Croix Jésus-Christ Liberté
Lire la suite
IMAGINER POUR CHANGER
CHRISTUS N°221
-
La rédaction
Comment changer sans se donner de nouveaux repères, sans imaginer de nouveaux chemins vers des paysages encore inconnus ? Com­ment changer sans chercher à voir autrement ? C’était déjà la tâche des prophètes d’indiquer au peuple de Dieu un chemin d’avenir au milieu de situations bloquées ou endormies. Croire en Dieu, c’est être un peu visionnaire : on adhère à une parole créatrice qui bouleverse notre vision du monde, parce qu’elle se fonde sur l’espérance et sur l’amour. Se fier à son imagination permet de quitter les abris trop convenus pour sortir de soi et s’aventurer sur les chemins de l’altérité (F. Le Corre). Mais cela peut être aussi un leurre, qui conduit au fantasme stérile ou à l’illusion virtuelle indéfiniment répétée. Ainsi, le « rêve américain », trop chosifié, ne donne plus rien à imaginer (D. Christiansen), à l’inverse de l’Asie qui féconde encore bien des projets, tout en nourrissant des regards critiques sur la réalité européenne (B. Vermander). Dans l’Écriture, le songe est cette sorte de méditation spirituelle et in­confortable, donnée d’en haut, où se précise progressivement la parole créat...
Mots clés : Eglise Imagination Désir
Lire la suite
VIVRE LES RUPTURES
CHRISTUS N°220
-
La rédaction
Les ruptures font partie de notre vie et laissent souvent des cicatrices promptes à se rouvrir. Si certaines sont de notre fait, les ruptures qui nous meurtrissent le plus sont celles que l’on subit, nous renvoyant à notre impuissance (R.-C. Baud). Cependant, les unes comme les autres éveillent en nous des résonances affectives d’autant plus durables que nos repères peuvent en être bouleversés. Qui n’a senti le sol se dérober sous ses pieds à l’annonce du suicide d’un proche (R. Scholtus) ou l’incompréhension le gagner en apprenant « les effroyables ténèbres » dans lesquelles Mère Teresa a été plongée cinquante années durant à Calcutta (L. O’Dono­van) ? Comment vivre ces ruptures ? Comment, après les avoir vécues, se reconstruire ? En quoi la foi peut-elle aider à sortir de cette épreuve spirituelle qui atteint de plein fouet notre motivation, notre goût de vivre, jusqu’à ébranler nos convictions les plus profondes ? L’Écriture est riche en récits de rupture. Singulièrement, le long récit de l’Exil nous fait approcher les situations de survie du peuple d’Israël, son sentiment persistant d’être abandonné par Dieu lui-même – jusqu’à sa conversion...
Mots clés : Epreuve Expérience spirituelle Guérison
Lire la suite
MÉMOIRE ET OUBLI
CHRISTUS N°219
-
La rédaction
Aborder d’un même trait la mémoire et l’oubli répond à deux grands enjeux. Le premier tient à la quête d’identité de l’homme d’aujourd’hui et à notre relation au Dieu de Jésus Christ. De nos jours, l’excès de commémorations joint à une profonde amnésie de l’Histoire rend parfois les hommes comme les peuples incapables d’éclairer leur origine, de situer leur action présente et d’ouvrir leur avenir. Dès le début de l’ère moderne, la mémoire, personnelle ou collective, a été envisagée comme un chantier en continuelle reconstruction, à mesure qu’elle est sollicitée par les événements. Mais cela ne peut se faire sans réconciliations intérieures avec soi-même et avec autrui : mémoire et oubli travaillent alors ensemble dans l’inconscient où se sont forgées des réactions et des attitudes incontrôlées. Ainsi peut s’élaborer progressivement un récit dans lequel chacun se reconnaît et s’identifie. Un tel processus montre la complexité des rapports entre mémoire et oubli, tout en manifestant leur interdépendance. La mémoire n’est pas seulement, comme le pensait Homère à travers Ulysse, cet a...
Mots clés : Liturgie Mémoire Pardon
Lire la suite
OBÉIR : À QUI ? JUSQU'OÙ ?
CHRISTUS N°218
-
La rédaction
D’entrée, ces questions font écho aux relations pour le moins ambiguës et brouillées que l’homme d’aujourd’hui entretient avec l’obéissance et l’autorité. Les grandes trahisons du XXe siècle y sont pour beaucoup, mais aussi les analyses psychologiques et sociales qui ont mis le doigt sur la part d’inconscient où l’autorité et l’obéissance plongent leurs racines. Désormais, en contexte démocratique, on ne peut plus faire autorité sans expérience reconnue dans son domaine, et l’obéissance ne s’obtient qu’au prix d’un débat public (cf. Paul Valadier). Ainsi, dans la période très troublée de l’Occupation, des religieux, au nom d’une autorité spirituelle, ont su désobéir aux pouvoirs en place, en révélant le mensonge dissimulé derrière leur apparence religieuse (cf. Bernard Comte). Aujourd’hui encore, beaucoup de chrétiens assument l’héritage de l’Église et le transmettent, avec joie et dynamisme, sans hésiter à être « contre-culturels » quand l’avenir et le respect de l’homme leur paraissent trop compromis. De quelle autorité sont-ils le signe ? Et quelle obéissance fonde leur action (cf. Jean-Luc Pouthier) ? Mais l...
Mots clés : Compagnie de Jésus Jésus-Christ Obéissance
Lire la suite
DEVENIR ENFANT
CHRISTUS N°217
-
La rédaction
« Si vous ne changez pas et ne devenez pas comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux » (Mt 18,3). Mais comment devenir comme des enfants pour accueillir le Royaume de Dieu ? Comment un homme pourrait-il naître une deuxième fois, étant vieux ? demande Nicodème à Jésus dans la nuit de son questionnement. Nous devenons enfants de Dieu par le baptême qui nous ouvre à la vie de l’Esprit du Ressuscité : parents et proches sont souvent encore ceux qui nourrissent et éduquent cette vie, jusqu’à ce « sevrage » – que souligne Brigitte Picq de façon très originale – où l’enfant s’intègre librement à la communauté pour y grandir dans la foi. Devenir enfant, c’est se laisser engendrer. Dans la Bible, raconte passionnément Yves Simoens, Dieu crée et sauve par engendrement : exister, c’est être accueilli comme « fils ou fille de », inscrit dans une suite de générations. L’enfant peut alors être signe de la vie donnée par Dieu, vie qui sauve, signe de sagesse. Mais cette référence à l’enfant comme signe de gratuité, d’abandon et de dépendance, est-elle encore pertinente dans une culture où « l’enfant roi » devient toujours plus un «...
Mots clés : Enfant Expérience spirituelle Paternité
Lire la suite
LA HAINE QUI NOUS HABITE
CHRISTUS N°216
-
La rédaction
« J’ai la haine ! », entend-on souvent. Ce cri venu de la banlieue s’est généralisé, comme si un tabou s’était brisé et qu’il était plus facile aujourd’hui de dire la haine. Rien n’est moins sûr pour­tant, car, si nous sommes prompts à la lire dans les yeux d’autrui, nous avons du mal à la débusquer dans notre propre coeur. Peu ou prou, nous ressemblons à l’homme de l’Évangile : irrémédiablement endetté, il retourne en haine de l’autre la peur et l’humiliation qu’il vient de subir face au maître, alors que celui-ci, lui remettant sa dette, le rendait à la vie (Mt 18,21-35). On ne peut donc parler de la haine qu’à la lumière de l’amour et de la vie, qui sont toujours premiers. La haine nous travaille comme la « passion triste » de Spinoza (I. Le Bourgeois). Elle travaille au corps, broie le coeur, détruit tout ce qui n’est pas elle et nous isole. À l’indivisibilité de l’amour de Dieu et des hommes correspond l’indivisibilité de la haine : elle s’exerce contre l’autre homme, depuis les origines, mais aussi contre le Christ et contre Dieu, comme en témoignent les psaumes (P. Robert). Son terrain de prédilection est celui de l’intimité, de la rel...
Mots clés : Haine Jésus-Christ Réconciliation (confession)
Lire la suite
LE COMBAT SPIRITUEL
CHRISTUS N°215
-
La rédaction
La notion même de combat spirituel rebute, lestée qu’elle est par un double déficit aux yeux de nos contemporains. D’abord, le mot « combat » sonne dur : il est agressif, guerrier, voire meurtrier. Ensuite, il se marie mal avec le « spirituel » qui s’affirme à présent comme le territoire intime d’une paix intérieure et construite, où toute violence est hors-jeu (cf. F. Le Corre). Pourtant, la tradition spirituelle atteste le combat comme une donnée fondamentale de la vie de la foi. Choisir la vie dans l’Alliance, suivre le Christ en Église ouvre nécessairement à une lutte contre tout ce qui y fait obstacle. Le combat spirituel est donc un élément essentiel du discernement des esprits. Il commence dès que celui qui croit cesse de fuir (cf. F. Muckensturm).  Ce qui est nouveau aujourd’hui, c’est le déplacement du théâtre du combat : la spiritualité du « militant » qui lutte dans le monde comme en son propre coeur contre l’injustice, n’a-t-elle pas été recouverte par une spiritualité du « pèlerin », davantage faite d’itinérance, d’expériences tâtonnantes, empruntées à des traditions diverses ? Dans cette « aventure » spirituelle, l’adversaire est moins une r...
Mots clés : Combat spirituel Discernement Mystique
Lire la suite
PARMI NOUS, LES MUSULMANS
CHRISTUS N°214
-
La rédaction
De nombreux musulmans vivent dans notre pays. Leur présence parmi nous est source de questionnements variés. Elle interroge aussi notre foi. Que l’on ait ou non des rapports personnels avec eux, nous n’en sommes pas moins, collectivement, en relations : l’islam est la deuxième religion de France. Les débats autour de l’interdiction du port du voile à l’école, les attentats du 11 septembre 2001, la guerre en Irak, et plus récemment, l’affaire des caricatures de Mahomet ou les retentissements de la controverse de Ratisbonne rejaillissent sur la façon dont les musulmans vivent et sont perçus parmi nous (Sylvie Germain, Colette Hamza). Une spiritualité de l’hospitalité permet de saisir, du point de vue de « Jésus de Nazareth, l’être hospitalier par excellence », ce que veulent dire l’accueil de l’autre et la foi qui porte toute vraie rencontre, au risque de violences et de malentendus (Christoph Theobald). Mais nous devons être attentifs aux écueils de cette rencontre : la vie avec des musulmans peut stimuler ou « gauchir » notre façon de comprendre le salut, de nous rapporter à la Révélation, à la loi, à la liberté. En tout cela, un discernement est à vivre. La vie spirituelle se révèle alors un authentique lieu de rencont...
Mots clés : Dialogue interreligieux Expérience spirituelle Islam
Lire la suite
AMOUR ET SEXUALITÉ
CHRISTUS N°213
-
La rédaction
  Scène de la vie conjugale. Un homme et une femme sont assis côte à côte, ils se regardent et se parlent, sans se toucher : proximité corporelle, sécurité affective, intensité des regards croisés, paroles échangées, sourire esquissé — la photo d’ouverture de ce dossier suggère tout cela. De nos jours, où en est l’alliance conjugale et quelle en est la scène ? de quel esprit vivent l’homme et la femme qui se lient d’amour ? une spiritualité de la chair est-elle encore envisageable, comme, dès l’entrée de ce dossier, s’interroge Xavier Lacroix ? Car une hésitation réelle travaille notre société à propos de l’amour et des possibles qu’il ouvre. Dans la confusion ambiante, l’alliance conjugale, fragilisée, ne va pas de soi. Jusqu’où se fier à l’amour comme réalité qui fait vivre et qui s’incarne dans la relation entre l’homme et la femme ? C’est que nous percevons les contradictions dans lesquelles tant de personnes sont prises autour de nous et les impasses souvent provoquées par la place omniprésente que tient le « sexe » dans notre société (Jean-Claude Guillebaud). Aimer, faire alliance, s’unir charnellement : pour les couples, une spiritual...
Mots clés : Affectivité Amour Corps
Lire la suite
TRAVERSER LA PEUR
CHRISTUS N°212
-
La rédaction
Ces dernières décennies, nombreux événements ont eu une portée politique et spirituelle considérable. Après l’espérance ouverte par la chute du Mur, en novembre 1989, les conséquences du 11 septembre 2001 se sont fait sentir dans notre monde désemparé : absence d’avenir, crainte diffuse de l’autre, désenchantement présent, perception anxieuse du désordre du monde, parmi les nations comme dans les banlieues. Notre société développée et vieillissante se ferme sur elle-même et sur ses peurs ; inquiète, elle peine à donner la vie et à la partager. Jean-Marie Petitclerc nous invite, par son diagnostic spirituel, à ne pas prendre notre parti d’une société envahie, souvent insidieusement, par la peur, comme en témoignent les vulnérabilités adolescentes (Philippe Jeammet) ou l’insécurité vécue en entreprise (Agnès Guinamand). C’est peu à peu que nous apprenons à nommer et à distinguer peur, angoisse, crainte. Et sans doute, pour atteindre à notre vérité de créature, faut-il « sauver la peur », selon le beau mot de Marguerite Léna, consentir à « l’expérience de dénuement » inscrite en elle, pour nous en remettre à...
Mots clés : Combat spirituel Crainte Joie
Lire la suite
L'EXPÉRIENCE ARTISTIQUE
CHRISTUS N°211
-
La rédaction
L’art est donné, il ouvre à plus grand que soi, il élève l’existence. Fruit d’un travail de création, il porte la marque de la gratuité. La relation à la nature, de bien des manières, vient signifier et cet élargissement et cette gratuité. La ville aussi y ouvre par sa beauté, même si l’agitation et les multitudes affairées la dissimulent souvent. Beaucoup de nos contemporains recherchent beauté et gratuité en pratiquant différents arts durant leurs loisirs. Chaque ville moyenne a son conservatoire ; les maisons de quartier sont investies par de nombreuses associations culturelles ; expositions, concerts, festivals se multiplient. Autant d’îlots de gratuité, de vacance, qui nous sont offerts pour nous initier aux arts plastiques ou à la musique, au théâtre ou à la danse. Autant de lieux et de moments dépaysants qui aident à découvrir des capacités créatrices parfois enfouies depuis l’enfance. Émerveillement de voir comment des émotions rentrées peuvent faire sens lorsqu’elles se cristallisent dans une oeuvre d’art, aussi modeste soit-elle. Émerveillement de découvrir autrui à cette aune et de voir le monde autrement, comme transfiguré. À cause de la tentation de la consommation qui vis...
Mots clés : Art (cinéma, peinture, sculpture) Gloire Liturgie
Lire la suite
ENQUÊTE SUR LA VIE RELIGIEUSE - ÉDITO
CHRISTUS N°210
-
La rédaction
Plus que jamais la vie religieuse, au senslarge, est un point d'interrogation au sein de l'Eglise et de la société. Sans doute est-ce d'abord dû à l'ignorance ou à l'indifférence de notre monde. Mais des « brouillages » sont également nés des grands changements qu'ont connus ces quarante dernières années moines, religieux et consacrés. Cela n'empêche nullement l'estime ou la gratitude de beaucoup à l'égard des membres de tous ces instituts. L'enquête que nous avons réalisée en vue de ce numéro en témoigne. De leur côté, les religieux, à cause des crises traversées, acceptent désormais, sans doute mieux qu'auparavant, d'être interrogés par les autres baptisés sur ce qu'ils sont et ce qu'ils font. Significatif à cet égard est le fait que plusieurs aient ici choisi le genre épistolaire pour exprimer à des laïcs le sens de leur vie. D'où ce numéro, exceptionnel, qui aborde la vie consacrée à partir de la façon dont elle est perçue au sein du peuple de Dieu. Il ne s'agit certes pas de s'en tenir à des images extérieures, avec ce que cela pourrait avoir d'illusoire ou de réducteur. Car l'Eglise est un corps vivant, fondé sur des relations vivantes. Ce que perçoivent les baptis&...
EDITO - FRAGILE AMITIÉ
CHRISTUS N°209
-
La rédaction
Grande et belle réalité humaine que l'amitié ! Marquée par l'« élection » — le choix de l'autre — et la gratuité, elle n'a pas, comme l'amour, les marques du manque et de l'exclusivité. Elle n'aspire pas non plus à la possession et à l'union. Relation entre égaux, l'amitié est sans projet a priori. Elle n'est pas « instituée » comme le mariage, elle accompagne d'autres relations. Elle donne du goût à l'existence. Peut-on vivre sans amis ? Mais l'amitié peut être abîmée par la jalousie ou détruite par la trahison. Elle appelle aussi la distance entre les corps, alors même que l'érotisation de toute relation a tendance à primer en notre temps. Toutes ces dimensions de l'amitié, dans leur complexité, indiquent sa fragilité, mais aussi sa beauté singulière. Comment aujourd'hui sauver l'amitié du soupçon ? Dieu nous rejoint sur le chemin de nos amitiés et de nos amours. Il vient interroger leur fondement. Parce qu'en Dieu tout converge, amour et amitié ne peuvent être disjoints en lui. Pas plus que l'amour conjugal, l'amitié ne dit tout de la relation avec Dieu, même si elle en est une très belle figure. Elle peut ouvrir à l'expérience de Dieu. Si Dieu est l'ami de l'homme, le Christ est trah...
L'HOMME HUMILIÉ
CHRISTUS N°208
-
La rédaction
Théâtre du monde. Prisons d'Irak, filières de prostitution de l'Est, exodes de réfugiés en Afrique devant la guerre ou la sécheresse..., partout l'humiliation se donne en spectacle. Pourquoi ces situations nous atteignent-elles si profondément ? Sans doute parce qu'elles renvoient chacune, chacun d'entre nous à des humiliations subies dès notre enfance, à l'âge des grandes vulnérabilités. La moquerie, la cruauté, l'injustice peuvent nous faire honte, de l'école maternelle à la vie professionnelle ou sur un lit d'hôpital. De surcroît, nous appartenons à une société ricanante, à une société de mépris, qui trop souvent ne s'indigne que pour mieux humilier — par les médias, par la rumeur publique, par ce à quoi on réduit l'être humain. Indignation, dénonciation ; dénégation aussi, quand cela nous arrange. Tout à la fois victimes et acteurs, nous sommes non seulement humiliés, mais humiliants, personnellement et collectivement. On a tous été amenés à rabaisser plus faible que soi et les grands peuples se retournent souvent contre de plus petits. Comment réagir face aux humiliations, qui, faut-il le préciser, n'ont en soi aucun sens ? Se tourner vers le Christ peut aider à trouver une libert&e...
LE RECUEILLEMENT
CHRISTUS N°207
-
La rédaction
Se recueillir : une aspiration impossible ? Par bien des aspects, le recueillement n'a jamais été autant recherché : il est comme un horizon pour beaucoup dans notre société affairée, trépidante, inquiète. Suspectée dans les années 60-70, cette attitude est aujourd'hui à l'origine d'expériences inattendues, bien au-delà du christianisme. C'est que la quête de l'intériorité, en silence mais dans l'urgence d'une recherche vitale de soi, a pris une nouvelle place, à la mesure de l'expérience de la division et de la dispersion de l'existence. La littérature, le cinéma racontent à l'envi des vies travaillées par la multiplicité, l'éclatement, le déchirement. Et partout s'inventent des chemins de traverse pour permettre à l'être de se retrouver. Pour permettre à l'être de se retrouver, par un engagement de toute la personne dans le jeûne, la marche ou le travail sur le souffle.  Le recueillement vise en effet une manière d'être présent à soi et à sa vie, à son corps, à ses pensées, à son esprit. Une manière de rentrer en soi-même, de chercher l'unité. Pas seulement sur le mode de l'intériorité, mais dans un registre religieux, devant Dieu. Cueillir, accueillir, re-cueillir, se...
ESPÉRER
CHRISTUS N°206
-
La rédaction
« L’espérance ne trompe pas, puisque l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l'Esprit Saint qui nous a été donné. » À certaines heures, il est difficile de partager le cri de joie et l'assurance de l'apôtre Paul dans son Épître aux Romains. Ainsi donc, l'espérance ne tromperait pas, ne décevrait pas ? Quand la tempête souffle et secoue jusqu'aux fondations de l'existence, quand notre confiance en la bonté d'autrui est éprouvée, quand vacille la foi en Dieu ? Mais la parole de l'Apôtre n'est pas une parole pour mer calme, pour des espérances édulcorées, frelatées. Jaillissant de son expérience, elle nous soutient dans nos tribulations : « La détresse elle-même fait notre orgueil, puisque la détresse, nous le savons, produit la persévérance ; la persévérance produit la valeur éprouvée ; la valeur éprouvée produit l'espérance » (Rm 5,3-4). Cette espérance-là repose non sur nos forces, mais sur ce que Dieu a accompli, une fois pour toutes, en Jésus. « Alors que nous n'étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les coupables que nous étions. — Accepter de mourir pour un homme juste, c'est déj&agrave...
L'ÉVEIL SPIRITUEL
CHRISTUS N°205
-
La rédaction
« Eveille-toi, ô toi qui dors, relève-toi d'entre les morts, et le Christ t'illuminera ! » L'hymne baptismale primitive voit l'éveil comme une participation au Mystère pascal, vie donnée à travers la mort. Les premiers disciples ont fait ce chemin, ils sont montés sur la montagne avec lui, ils sont descendus au plus profond de leur coeur. Ils ont fait l'expérience d'entrer dans la prière de Jésus, jusqu'au pardon, et, par-delà sa mort, d'être éveillés à la vie nouvelle. Passer du sommeil à l'éveil : la métaphore parle immédiatement. « Le Seigneur Dieu éveille chaque matin, il éveille mon oreille pour que j'écoute comme un disciple » (Is 50,4-5). Les discours n'y font rien : ce qui importe, c'est plutôt la disponibilité à l'écoute d'une parole qui touche, qui passe par le corps et rejoint l'intériorité — là où l'Esprit Saint travaille, éclaire, porte la parole par son souffle, suscite le désir, ouvre à une relation vivante à Dieu. C'est une parole qui se dit « de bien des façons » (Hb 1,1) avant de trouver son expression parfaite dans le Fils, et de se communiquer à chacun. Aujourd'hui encore, l'aventure continue, la venue d'un être humain à la foi est toujours neuve, boulev...
SORTIR DU MENSONGE
CHRISTUS N°204
-
La rédaction
Les  idoles mensongères sont de toujours, mais l'argent trompeur, la fascination du sexe et l'attrait du pouvoir prennent aujourd'hui des formes collectives plus envoûtantes. Les médias amplifient leur séduction et le conformisme fait loi. C'est ainsi que l'apparence rassure quand la vérité dérange : double jeu ! Se convertir, de nos jours plus qu'autrefois, c'est découvrir que l'on était pris, parfois même à son insu, dans des situations de mensonge. Car, à force d'exclure la conscience comme culpabilisante, la confession comme humiliante et la réconciliation comme infantilisante, l'opinion commune pousse aux arrangements complices. Mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, comme l'affirme saint Jean. Sortir du mensonge, faire la vérité, ce sera toujours aller à la rencontre de la lumière qui vient dans les ténèbres. « Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait », dit la Samaritaine, comme une bonne nouvelle. C'est qu'elle a vu non un juge assénant une vérité froide, paralysante et mortifère, mais un serviteur de l'amour miséricordieux, un homme dont le coeur est « plus grand que notre coeur », avec qui la vérité se fait chaleureuse et libératrice. Voici un véritable fils d'Israël, dit Jésus...
EDITO - LA SAGESSE
CHRISTUS N°203
-
La rédaction
On connaît l'étonnante prière de Salomon, établi roi sur Israël à la suite de David, son père. A Yahvé qui lui propose de choisir entre tous les dons possibles, Salomon demande la sagesse : « Donne-moi la Sagesse, assise près de toi ! » Pris de vertige entre sa fragilité et la responsabilité qui lui incombe de conduire le peuple de l'Alliance, il supplie le Créateur de lui donner un coeur plein de jugement : « Tu formas l'homme par ta Sagesse pour qu'il gouverne le monde avec justice et sainteté » (Sg 9). C'est ce sentiment de fragilité qui saisit aujourd'hui nos contemporains devant le pouvoir inouï que lui confèrent en tous domaines la science et la technique. Il est passé, le temps des certitudes et des convictions bien établies. Confronté aux questions nouvelles que lui posent ses conquêtes, l'homme hésite et s'interroge avec un mélange d'espoir et d'angoisse : « Mais moi, je suis un homme frêle et qui dure peu, trop faible pour comprendre tes desseins. » Ils sont pourtant légion, les sages de ce monde, à donner de bons conseils tirés des traditions orientales ou des thérapies occidentales, des philosophies anciennes ou modernes. Mais cette panoplie plonge chacun dans une nouvelle perplexité. Ce qu'il nous faut, c'est une vraie sagesse, ouverte c...
EDITO - LA PATERNITÉ
CHRISTUS N°202
-
La rédaction
Les 17 et 18 janvier dernier, Christus a célébré ses cinquante ans par un colloque au Centre Sèvres à Paris, sur le thème : « Témoin de la vie spirituelle de notre temps ». Témoin engagé, puisqu'il s'agissait, grâce à la participation d'acteurs qualifiés et d'une assistance motivée, non seulement de relire quelques étapes de la vie spirituelle des chrétiens de France depuis 1954, mais aussi de souligner comment une revue comme la nôtre avait cherché à « accompagner » cette recherche spirituelle, à discerner ses issues et aussi ses impasses. Un numéro spécial de Christus publiera en septembre prochain les principales communications de ce riche colloque. Le 17 janvier, Yves Roullière, rédacteur en chef adjoint, brossait un panorama suggestif de l'évolution des thèmes de la revue au cours de ces cinquante ans, introduisant ainsi la conférence magistrale d'Etienne Fouilloux. Historien bien connu, sa conférence sur « Christus dans la vie de l'Eglise » soulignait à quel point la fondation, puis le développement de la revue furent une aventure peu banale, parfois contestée, bien souvent encouragée par les autorités de la Compagnie de Jésus, toujours soutenue par ses lecteurs : en moins de dix ans, la revue n'avait-ell...
LE PRIX DE LA JOIE
CHRISTUS N°201
-
La rédaction
La joie ne s'achète pas. C'est peut-être pour cela qu'elle est rare. On peut se procurer du plaisir, et la société marchande s'en charge, offrant un bonheur de façade qui occulte trop souvent l'absence de vraie joie. Mais celle-ci ne peut qu'être reçue, comme une surprise, un étonnement d'être, le pressentiment d'un accomplissement. Tel est le premier degré de la joie, celui de s'accomplir par la création. C'est une expérience commune. Toute création est joie, disait Bergson, et plus la création est riche, plus profonde est la joie : celle de la mère heureuse d'avoir mis au monde un enfant, celle de l'artiste assuré de son oeuvre, de l'ingénieur ou du technicien qui participent à la réussite d'une entreprise. C'est pourquoi la peine la plus ingrate est peut-être d'être privé de toute responsabilité. Mais il est une joie plus haute, qui est liée à la présence de ceux qu'on aime. Joie de l'amitié, de l'amour humain, de la communion. Joie plus surprenante encore de la réconciliation. Le ciel y participe. Lorsque deux personnes se rencontrent et que l'une dit à l'autre : « Pardonne-moi », il se passe quelque chose d'unique, de plus important, disait Ingmar Bergman, que toutes les trompettes du paradis. Cependant, cette joie est encore trop courte, sujette aux changem...
L'INDIFFÉRENCE
CHRISTUS N°200
-
La rédaction
Le mot indifférence est ambivalent. Pour saint Ignace, il désigne l'attitude de liberté intérieure devant Dieu par rapport à toutes choses, richesse ou pauvreté, considération ou mépris, santé ou maladie, etc. L'indifférence est un choix préférentiel pour le Christ, une disponibilité qui veut ne pas faire de différence entre ces choses, si ce n'est dans la mesure où elles sont une aide ou un obstacle pour progresser dans l'amour de Dieu et du prochain. Il faut chercher Dieu en toutes choses, disait-il, les prendre ou les laisser uniquement dans la mesure où elles conduisent davantage vers cette fin. L'indifférence moderne inverse ce rapport. Nos contemporains sont fascinés par les choses, le monde et ses richesses, et surtout par le souci de soi, au point de s'être rendus indifférents aux « fins dernières ». Hier, l'homme moderne, l'homme des Lumières et de la technique, était absorbé par les fins « avant-dernières » sans pour autant perdre de vue l'horizon. Aujourd'hui, il n'y a plus même de fins avant-dernières, parce qu'il n'y a plus d'horizon. Croire ? Pourquoi pas si cela rend plus heureux ici et maintenant ! C'est à prendre ou à laisser en fonction d'un certain art de vivre et d'une sagesse pragmatique. Renversement copernicien ! Dès lo...
EDITO - LE PROGRÈS SPIRITUEL
CHRISTUS N°199
-
La rédaction
La crise que nous traversons met à mal l'idée de progrès. Valéry savait déjà que les civilisations sont mortelles, mais, à mesure que notre connaissance s'élargit, nous percevons à quel point nous manquons d'un supplément d'âme. L'ère du vide, a-t-on dit ! Un vide intérieur qui suscite aujourd'hui un intense désir de croissance humaine et de développement spirituel, la quête d'une nouvelle sagesse. Mais c'est la quête elle-même plus que le but qui mobilise nos contemporains, comme si le but, le sens dernier de l'existence, était perdu. La perspective chrétienne est autre : c'est le but qui donne sens à la quête, le terme qui oriente le chemin. Et ce terme est une personne. Pour comprendre ce qu'est le progrès spirituel, il faut relire le chapitre 3 de l'Epître aux Philippiens où, avec des mots brûlants, l'apôtre décrit sa course : oubliant le chemin parcouru, tendu de tout mon être, je cours pour saisir le Christ, ou plutôt pour être saisi par lui, le connaître, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, afin d'être trouvé en lui... Ce chemin, cette course ont été décrits de bien des façons par la tradition spirituelle : c'est l'image de Dieu inscrite en l'homme par la Cr&eacute...
L'ÉVÉNEMENT
CHRISTUS N°198
-
La rédaction
La lecture du journal, disait Hegel, est la prière du matin du philosophe. Combien plus la relecture de la journée est-elle la prière du soir du chrétien ! Gandhi, qui était plus dévot que Hegel, et plus exposé, confiait qu'il n'aurait pu tenir sans la prière : « Elle est la clé du matin et le verrou du soir. » Formule riche de sens, que le disciple du Christ fait volontiers sienne ! La prière n'est-elle pas une clé qui ouvre les yeux de la foi sur le monde ; et un verrou qui les recueille dans la méditation de tout ce qui arrive ? Car l'Esprit de Dieu continue d'écrire la Bonne Nouvelle du salut dans l'histoire des hommes. Cependant, les bonnes nouvelles étant plus discrètes que les mauvaises, il faut être attentif à démêler l'écheveau. Les journaux nous livrent, en vrac, les unes et les autres, mais seule la foi devine leur dimension spirituelle. C'est pourquoi la lecture des événements qui nous arrivent, petits et grands, heureux ou fâcheux, est un « exercice spirituel » dont on ne peut se passer. Sa difficulté tient souvent à l'urgence qui oppresse ou au tragique qui paralyse, mais plus encore à la superficialité du regard. Nous en restons à la surface des choses et donnons dans le piège, au lieu de lever les yeux et de remonter à la source...
EDITO - PSYCHOLOGIE ET VIE SPIRITUELLE
CHRISTUS N°197
-
La rédaction
Après le « tout politique » des années soixante-dix, nous voilà entrés dans l'ère du « tout psychologique ». Le psy, en effet, envahit l'espace médiatique et un nouvel impératif cherche à s'imposer : être bien dans sa peau ! La santé, premier souci de nos contemporains, gagne de proche en proche la dimension psychique de l'existence. Quête du bonheur, ici et maintenant, sur cette terre Ce n'est pas que notre civilisation soit devenue hédoniste. Les signes sont nombreux d'une recherche de sens et de valeurs, et d'un effort d'humanisation. Mais justement, cette humanisation semble avoir consacré le développement harmonieux de la vie psychique comme la spiritualité de notre temps. Et les religions sont elles aussi convoquées pour apporter leur eau à ce moulin. Il s'ensuit une grande confusion, dont les dérives touchent aux marges de l'Église Sans doute, la vie spirituelle ne se développe qu'à travers le psychisme humain, mais elle ne se confond pas avec lui. L'enthousiasme n'est pas de même étoffe que la consolation du Saint-Esprit et la déprime n'a pas même origine que la désolation. Distinguer pour unir, sans confusion ni séparation, est devenue tâche urgente A cela, la psychologie peut aider, à sa place Les grands spirituels, comme Jean de la Croix ou...
EDITO - VIEILLIR
CHRISTUS N°196
-
La rédaction
Dans l'hôtellerie d'un monastère, on peut lire ces lignes, comme une invite : « A mesure que vous prenez de l'âge, chacun s'attend à ce que vous soyez plus patients, plus disponibles et fraternels... » Salutaire réflexion pour une entrée en soi-même ! Quel est-il donc, celui qui attend plus de douceur de votre part ? Vous-même peut-être ; votre entourage, sans doute ; le Seigneur Dieu, certainement, qui voit en chacun ce visage qu'il continue d'espérer. La chronique franciscaine raconte qu'un jour frère Léon demanda à François : « Dites-moi sans fard quelle opinion vous avez de vous-même ! » Et saint François de répondre qu'il se considérait comme le plus grand pécheur que la terre ait porté. « Mais vous voyez bien que d'autres commettent des fautes plus graves que les vôtres ! » « Oui, mais, répliqua François, si ceux-là dont vous parlez avaient reçu autant de dons et de grâces que j'en ai reçus, je suis sûr qu'ils se seraient montrés beaucoup plus reconnaissants que je ne suis. » Mis en demeure, François d'Assise révèle d'un trait le fond de son cœur : le désir de devenir pleinement reconnaissant. La patience, la disponibilité, la sagesse des ans, certes, mais elles ne seraient encore que...
LE RESPECT
CHRISTUS N°195
-
La rédaction
Après le retour du religieux, allons-nous vivre le retour du respect ? Le respect dans la rue comme sur la route, à l'école comme au parlement, respect du « vivre ensemble », du langage comme de la parole donnée... Ce serait une bonne nouvelle, car, au fond, c'est bien par là qu'il faut commencer, et recommencer toujours ! Notre époque y est peu sensible, marquée qu'elle est par un égalitarisme niveleur et une sécularisation qui, dans ses excès, pousse à l'expérimentation sans limites et à la transgression des normes les plus élémentaires. Le respect de la personne humaine lui-même, bien qu'il soit l'objet d'un consensus juridique, peine à trouver ses fondements. Quant au sens religieux devant la sainteté de Dieu, il est devenu comme étranger à beaucoup de nos contemporains. L'enjeu est donc de l'ordre du retour au fondement, d'un acte de mémoire, selon le sens que lui donne l'Ecriture de renouvellement de la relation. Principe et Fondement, disait Ignace : « L'homme est créé pour louer, respecter et servir Dieu Notre Seigneur... » Affirmation toute biblique, et que fait sienne celui qui s'ouvre au mystère de son origine et de sa destinée. Abraham au chêne de Mambré, Moïse au buisson, Isaïe dans le temple s'inclinent devant Celui qui se rév&egrave...
LE SILENCE
CHRISTUS N°194
-
La rédaction
Dieu n'était pas dans l'ouragan mais dans « le bruit de fin silence ». Alors Élie se voila la face. Difficile d'entendre ce bruissement discret qui signale la visite du Seigneur au milieu des bruits du monde ! Les grands spirituels, pourtant, nous en avertissent : « Dieu nous a tout dit en son Fils, et désormais c'est dans le silence du cœur qu'il se fait entendre. » Beaucoup vont au désert pour mieux le percevoir. Mais le désert, souvent, manifeste d'abord le tumulte des passions que nous emportons avec nous : un cœur divisé, lieu du combat. Il faut aller au-delà encore, jusqu'au silence d'un cœur réconcilié, unifié par le seul désir de Dieu : « "Tais-toi ! ", dit Jésus à la tempête. Et il se fit un grand calme. » Alors la Parole se fait entendre avec force, comme durant la Passion où Jésus se tait, lui aussi, pour que la puissance et la sagesse de Dieu se révèlent, si contraire aux prétentions du monde. Jésus se tait sous les injures et le mépris pour que le Centurion romain soit convaincu par son silence et le bon larron par sa douceur. L'Eglise, elle aussi, se tait : pas de déclarations fracassantes ni de condamnations, pas de mobilisations ni de campagnes publicitaires : son épreuve l'invite plutôt au silence du recueillement, à ce retour &agr...
EDITO - LA PROMESSE
CHRISTUS N°193
-
La rédaction
Peut-on encore promettre, s'engager pour de bon et tenir sa parole ? Beaucoup en doutent aujourd'hui, devant l'incertitude des lendemains et la fragilité des sentiments. Les petites promesses, où l'on ne mise que son superflu, suffisent à nos petites histoires. Qui peut d'ailleurs donner ce qu'il n'a pas ? Qui peut se donner lui-même, alors qu'il n'est pas encore devenu ce qu'il promet d'être ? Et pourtant, un monde sans promesses, où tout est calculé, contrôlé, planifié, ne serait plus humain. Les amoureux le savent, et aussi les grands inspirateurs, les saints et les fous du Christ. Comme le remarquait Bernanos, ils ne vivent pas du revenu de leurs revenus : ils engagent leur capital. Ce sont eux qui font l'histoire, la grande, où l'on peut lire la trace de l'Esprit. Ils risquent la promesse et la tiennent, car ils sont portés, parfois à leur insu, par la grande Promesse. C'est en elle, dans cette source cachée où chacun est donné à lui-même par la grâce d'un Autre, qu'ils puisent la confiance d'inventer leur vie avec les autres. Promesses du baptême qui donnent corps à l'Eglise, promesses du mariage qui fondent non seulement la famille mais, à travers elle, la confiance sociale... Le Peuple de Dieu a reçu mission d'initier ses membres, à travers ses célébrations — et particulièrem...
EDITO - LA VIOLENCE
CHRISTUS N°192
-
La rédaction
Montéee de la violence ? Plus encore que les conflits armés, tenus à distance, ce qui retient l'attention, c'est cette violence sournoise qui affleure au quotidien : la prolifération des zones de non-droit, l'exclusion, les propos racistes, l'irascibilité automobile, les maltraitances familiales, les licenciements brutaux, la pollution de l'environnement..., et cet irrespect des moeurs qui a pour nom l'incivilité. Violence de toujours, sans doute, mais qui, n'étant plus mobilisée pour les grandes causes, ni canalisée par l'éducation, prend des formes anarchiques. Risque de déshumanisation ! Nos sociétés, fondées sur la rationalité, s'étonnent de ne pouvoir la contrôler. Les chrétiens, du fait qu'ils héritent d'une tradition biblique prenant en compte la violence, ont une parole à dire pour refuser cette logique au nom d'une autre sagesse et pour ouvrir des chemins d'humanisation. Depuis la transgression première, l'inhumain demeure menaçant, comme une bête tapie : « Vas-tu la dominer ? », dit le Seigneur à Caïn. Certes, c'est à l'Etat de droit que revient la mission d'assurer la sécurité de tous. Mais, avant même qu'elle puisse trouver son expression sociale, la question s'adresse d'abord à chacun, à cette violence qui nous habite : la maîtriser...
EDITO - LE MOMENT PRÉSENT
CHRISTUS N°191
-
La rédaction
La sécularisation aplatit le temps, le privant de sa dimension transcendante, cette liturgie des heures qui fait de chaque instant comme un sacrement. Nous croyons spontanément que le temps nous appartient, et pensons pouvoir le maîtriser. Mais le temps est don de Dieu, le moyen qu'il a choisi pour se communiquer, à la mesure de nos consentements. Nous recevons le temps comme nous accueillons la vie. En réalité, l'expérience de la durée, cette tension de l'être entre un passé qui n'est plus et un avenir qui n'est pas encore, manifeste précisément que nous ne nous appartenons pas : nous nous recevons bien plus que nous ne nous faisons. Quand le Fils entre dans le temps, il traduit dans la durée d'une vie humaine sa forme d'existence éternelle, qui est de se recevoir du Père. Son existence est réception. Non pas ma volonté, dit le Fils de l'homme, mon oeuvre, ma maîtrise, mais la volonté du Père qu'à chaque moment il discerne dans l'événement, par une obéissance qui refuse d'anticiper. Le Fils ne s'empare pas du temps comme d'une proie. Il a du temps, parce qu'il le reçoit. On n'imagine pas Jésus inquiet ! C'est cette réceptivité qui, pour le Fils incarné, fonde le temps ; c'est elle qui, pour nous, le sauve de sa vanité. Aussi, l'attention au moment présent e...
EDITO - HOMME ET FEMME DEVANT DIEU
CHRISTUS N°190
-
La rédaction
Les femmes tiennent une place de plus en plus importante au sein des communautés chrétiennes, où elles assument presque à elles seules la transmission de la foi aux jeunes. Ce rôle croissant est une chance, dans la mesure où il équilibre une Eglise séculairement marquée par la parole masculine. Mais il pose aussi une question d'ordre spirituel : car si l'homme et la femme vivent différemment leur être au monde, ils vont aussi à Dieu à leur manière masculine et féminine. C'est cette différence spirituelle qu'il s'agit de mieux entendre, pour que l'Eglise respire selon toutes ses dimensions. Or cette différence fut longtemps quasiment gommée. Un discours spirituel devenu univoque, pour ne pas dire unisexe, avait banni la tendresse. Il fut un temps où l'Eglise apprenait des femmes comme des hommes à vivre l'aventure de la foi, où la littérature spirituelle parlait de l'expérience de Dieu dans un langage symbolique beaucoup plus diversifié : Hadewijch d'Anvers, Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila ont profondément marqué la tradition chrétienne. Mais depuis le « crépuscule des mystiques » à la fin du XVIIe siècle, sous l'effet d'une certaine rationalisation de la foi et du primat de l'efficacité, l'Eglise est devenue plus masculine encore...
EDITO - L'ÉPREUVE DU RÉEL
CHRISTUS N°189
-
La rédaction
Séduite par les satisfactions immédiatesque promet la société marchande et fascinée par l'abolition de l'espace et du temps que font miroiter les médias, notre génération a du mal à consentir au réel, à la persévérance et aux renoncements qu'il exige ; bref, à son épreuve. Et pourtant, c'est bien là que l'Esprit Saint nous donne rendez-vous. Le réel, c'est ce qui résiste. Ce qui, du dedans, résiste à l'usure et nous permet de tenir debout : le roc sur lequel on construit. Mais c'est aussi ce qui, du dehors, résiste à nos projets : la dure réalité des faits. L'un ne va pas sans l'autre, tant il est vrai que c'est en se confrontant à la dure réalité et en acceptant nos limites que nous progressons. Avoir le courage de changer ce qui peut être changé, la patience d'accepter ce qui ne peut être changé, et voir la différence, telle est la sagesse. Sagesse acquise à force de patience, d'accueil de la vie, avec ce qu'elle apporte d'accomplissements et de déceptions. La maturation ne se réalise qu'à travers joies et frustrations. Freud allait jusqu'à dire que la seule mesure éducative, c'est la privation. Celle-ci nous apprend à différer les satisfactions immédiates et permet au désir de se...
L'EXIL
CHRISTUS N°230
-
La rédaction
En quoi la réalité spirituelle de l’exil, telle qu’elle est racontée dans la Bible et éprouvée au coeur du monde par les mystiques, vient-elle éclairer et questionner sa réalité sociale actuelle : populations déplacées ou déportées, réfugiés politiques et économiques ? Nous nous proposons de répondre à cette question d’abord à travers différents regards sur l’exil concret : celui qu’un exilé porte sur lui-même (Gaspard-Hubert Lonsi Koko), celui d’une personne qui accompagne des exilés dans leur insertion (Guilhem Causse) et celui d’un couple qui s’est laissé déplacer par l’exil d’autrui.Dans la Bible, les voix qui parlent de l’Exil diffèrent les unes des autres. La voix prophétique considère la crise comme le début d’une nouvelle ère, un possible point de départ ou de renouveau en profondeur. La voix sacerdotale, plus conservatrice, pense que la seule façon de surmonter la crise est de mieux comprendre les origines, la création, pour fonder et légitimer les nouvelles institutions, le Temple et le culte. Mais tout un chacun est confronté à une double question : Pourquoi l’Exil ? Faut-il revenir de l’exil ? (Jean-Marie Carrière). Ainsi, l’...
Mots clés : Bible Foi Conversion
Lire la suite
EDITO - LE SOUCI DE SOI
CHRISTUS N°188
-
La rédaction
Le souci de soi est l'un des traits majeurs de l'individualisme contemporain, qui laisse à chacun la tâche de se réaliser. Cet individualisme s'affirme dans tous les domaines par la dissolution des liens d'appartenance et la revendication d'une libre autonomie. Mais l'individu qui se protège des emprises collectives se trouve par là même confronté à l'élaboration difficile de son identité. Et, pour mériter la reconnaissance sociale, il est mis en demeure de développer toujours davantage son « potentiel humain ». Le but de ce numéro est d'évaluer les répercussions spirituelles de cet individualisme, à travers ses valeurs et ses limites, pour montrer la juste compréhension d'un souci de soi vécu selon les valeurs et les exigences de l'Evangile. Aujourd'hui, en effet, la notion de personne, telle que l'entend la tradition chrétienne, semble perdre de sa pertinence. Le souci de soi produit, au plan de la conscience religieuse, une sorte de renversement copernicien, qui conduit l'individu à donner sens à sa vie en utilisant les religions comme des réservoirs de symboles et de pratiques où il choisit ce qui lui convient, au risque d'instrumentaliser la « spiritualité » au profit d'un certain culte du moi. Les chrétiens eux-mêmes, abusés hier par un faux esprit d'abando...
LA LECTURE SPIRITUELLE
CHRISTUS N°187
-
La rédaction
Se présente ici comme un plaidoyer pour la lecture spirituelle, qui ne cherche pas à convaincre, mais à mettre en appétit. A montrer qu'à force de faire de la lecture un exercice spirituel on apprend à écouter Dieu et à méditer sa Parole. On entre ainsi tout à la fois dans la mémoire d'une grande nuée de témoins qui nous précède et nous entoure, et dans une aventure intérieure qui fait découvrir sa propre vie comme une histoire sainte : la suite de l'Ecriture. Un peuple sans passé, un chrétien sans mémoire, n'aurait rien à dire. Car, en effet, « comment pourrait-on bien parler de l'amour si l'on T'oubliait, ô Dieu d'amour, d'où provient tout amour dans les deux et sur la terre ! » (Kierkegaard). Ce qui menace de sécheresse et de froideur, c'est l'oubli. Dieu, lui, n'oublie pas : « Je t'ai gravé sur les paumes de mes mains... » Mais le monde, le monde de nos soucis et de nos agitations, est une énorme machine à oublier. « Souviens-toi, Israël ! » Pour se rappeler, Israël a inventé le Livre saint ; et nous, chrétiens, nous avons la lectio divina, jaillie elle aussi de la nécessité de faire mémoire. Nécessité pour la communauté rassemblée de célébrer la Parole, et pou...
EDITO - LA RÉSISTANCE SPIRITUELLE
CHRISTUS N°186
-
La rédaction
L'ouverture de l'Eglise au monde n'est plus le problème majeur des chrétiens : ils vivent immergés dans la société. Le problème est plutôt d'ouvrir celle-ci de l'intérieur à l'Esprit et à la Parole de Dieu, d'y promouvoir les valeurs en attente, d'y résister aux forces dissolvantes. Savoir dire oui, savoir dire non, certes, mais à quoi ? Ce numéro veut aider à mieux voir l'enjeu du combat chrétien aujourd'hui. Fin de la militance, dit-on ! Mais la grande illusion serait de croire que l'évangile se répand par osmose, tranquillement, en pénétrant sans crises les sphères de l'existence. Depuis le combat de Jésus au désert, la vie de son Eglise est militante, et celle de ses disciples est une lutte continuelle à la frontière de deux royaumes, celui du Christ et celui du Prince de ce monde. Mais cette lutte prend la couleur des saisons. En un temps où les frontières sont mouvantes et où tout se mêle, quand les contours sont devenus flous et les modes normatives, le combat spirituel prend la forme de la résistance. Les chrétiens d'aujourd'hui, comme ceux de la Lettre à Diognète, le sentent bien : ils sont appelés à vivre fraternellement avec tous, mais à contre-courant : « Si grand est le poste que Dieu leur a confié, qu'il...
EDITO - L'HOMME DANS LA CRÉATION
CHRISTUS N°185
-
La rédaction
Prise de vertige entre les deux infinis dontla science sonde les abîmes, l'imagination défaille. Et la conscience chrétienne elle-même, trop à l'étroit peut-être, s'interroge : comment penser ensemble le Créateur du cosmos et le Père de Jésus ? Comment confesser, en un seul acte de foi, Celui dont les deux racontent la gloire et dont le Fils révèle l'humilité ? Il en va de la cohérence de notre foi comme de la vigueur de notre vie spirituelle... Nous souffrons aujourd'hui d'une certaine dissociation entre le Dieu de Jésus Christ et le Dieu du cosmos. Alors même que la théologie et la pastorale ont, depuis quelques décennies, fort justement concentré leur attention sur la personne du Christ, nous avons quelque peu délaissé, au plan de la foi, l'énigme de l'univers. D'où cette notion affaiblie de la création. La question de l'origine, réduite au big bang, est abandonnée à la science. Les deux ne racontent plus la gloire de Dieu, mais la mécanique céleste. Et, du coup, la foi chrétienne court le risque de s'enfermer dans les limites de la vie intérieure ou de l'éthique sociale. Le cosmos, devenu comme un décor, théâtre du drame humain, n'est plus cette création dont Paul affirme qu'elle gémit tout entière en travail d...
EDITO - MOURIR
CHRISTUS N°184
-
La rédaction
La mort nous oblige aux questions radicales. Et c'est pourquoi elle nous laisse balbutiants en un temps où l'on s'accommode volontiers de situations provisoires et de vérités relatives. On évite plutôt d'y penser. Comment ces questions, dès lors, pourraient-elles mûrir, dépasser l'angoisse, s'éclairer d'une autre lumière que celle du destin inéluctable, quand le corps est médicalisé et la fin de la vie entourée de mutisme ? Comment, quand il n'y a plus de mots pour la dire, annoncer encore la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'il vienne, et faire de la nôtre une participation à ce grand sacrifice de lui-même qu'il offrit pour nous sortir de l'impasse ? Sans lui, en effet, nous ne savons ce que c'est ni que vivre, ni que mourir. Ce numéro n'aborde pas la question de l'au-delà, mais risque une parole sur le « mourir », l'expérience de la mort, telle que nous la vivons à travers celle des autres, proches ou lointains, telle aussi que chacun l'éprouve à son approche, et déjà à travers les diminutions de l'âge et de la maladie. C'est l'expérience que la vie ne nous appartient pas, qu'elle est un don reçu, qui peut devenir offrande unie à celle du Christ, abandon entre les mains du Père. Voici, en effet, le renversement que Jésus opère en...
MARIE
CHRISTUS N°183
-
La rédaction
Après une longue absence, Marie revient. Il fallait sans doute que la discrétion de la Mère de Dieu permît que s'élucident les brouillages du passé : tensions oecuméniques, inflation d'une dévotion exorbitante, sacralisation d'une condition féminine marquée par la dépendance, malentendus sur la sexualité... La réflexion engagée depuis le Concile comme le dialogue entre les Eglises ont permis d'avancer sur un terrain plus ferme et de joindre nos voix avec plus de discernement à celles de toutes les générations qui la proclament bienheureuse. La redécouverte de la place de Marie dans le mystère du Christ et de l'Eglise a éclairé le jubilé de l'an 2000. Après cette ouverture d'un nouveau millénaire, la foi nous montre en elle la porte. Elle est la porte par où nous est venu le salut. Elle est aussi la porte d'espérance, au tournant d'un siècle grevé de violences et de désillusions. Au sein de l'Eglise elle-même, la figure de Marie semble bien répondre à certaines impasses actuelles. Devant le doute ou la crispation, le « oui » marial à la Parole que Dieu nous adresse à travers les événements est seul capable de rendre confiance : « Faites tout ce qu'il vous dira ! » Dans un monde où prévaut...
EDITO - L'INQUIÉTUDE
CHRISTUS N°182
-
La rédaction
L’inquiétude passait jadis pour une maladie de la vie spirituelle : n'est-elle pas l'état d'un coeur divisé, incapable de progresser ; ou encore, selon François de Sales, le plus grand mal qui arrive en l'âme, excepté le péché ? « Notre coeur étant troublé et inquiété en soi-même perd la force de maintenir les vertus qu'il avait acquise et le moyen de résister aux tentations de l'ennemi, lequel fait alors toutes sortes d'efforts pour pêcher, comme l'on dit, en eau trouble. » De nos jours, l'inquiétude serait plutôt la marque d'une conscience éveillée, quelque peu tourmentée sans doute, mais habitée du souci des autres et de son propre accomplissement. Elle signe notre condition inachevée. A l'inverse des oiseaux des champs dont il récuse l'insouciance, l'homme moderne se reconnaît dans Yhomo viator, ce perpétuel errant à la recherche de soi-même et du sens de sa vie. Hier, l'inquiétude était religieuse. Aujourd'hui, elle est séculière : si le coeur est sans repos, ce n'est pas qu'il soit marqué d'un grand vide, d'une blessure : la société de consommation a tôt fait de colmater le moindre manque, ne laissant que le goût d'une vague indifférence. Non, ce n'est pas le vide qui provoque aujourd'hui l'inqui&ea...
EDITO - LA TRAVERSÉE DES IMAGES
CHRISTUS N°181
-
La rédaction
L’image peut fasciner comme une idole, ou révéler comme une icône. Convoitise ou admiration, tout dépend du regard. Les médias savent utiliser ces connivences pour capter notre attention. Clips, flashes, zooms nous assiègent, au point de faire écran à la profondeur des choses. Pourtant, celui qui croit que le Verbe créateur s'est incarné pour révéler à nos sens le visage de Dieu ne peut se passer d'aller de l'image à la réalité. Le regard du chrétien, purifié par la contemplation des mystères du Christ, peut alors retrouver les images du monde, et les traverser comme s'il voyait l'invisible. L'enjeu est de taille, en effet, pour la foi même. Publicité, cinéma, télévision..., ce flot d'images ne laisse guère le temps de voir. Des caméras pleines d'yeux nous font partager des regards multiples, mobiles, contraires sur la vie : regards mêlés de curiosité, de désir, d'étonnement ou de compassion, qui mettent en branle tous les ressorts de l'affectivité. Nous passons du réel au virtuel, et du virtuel au réel, à travers un imaginaire de plus en plus modelé par les multimédias. Dans ce flux, pourtant, certaines images tranchent par leur force. Photos que l'on accroche au mur, parce qu'elles nous parlent du myst&egrave...
L'AU DELÀ, L'AVENIR DES VIVANTS
CHRISTUS N°235
-
La rédaction
D’une manière ou d’une autre, la question de l’au-delà se pose aujourd’hui à l’expérience spirituelle et appelle une réflexion de fond. Mais qu’entendre par « au-delà » à l’âge de la sécularisation où se croisent tellement de représentations ou même d’expériences de ce « lieu » surnaturel ? Ce dossier cherche à ressaisir ce que la tradition chrétienne a de plus porteur d’avenir : il y a un « déjà-là » de l’au-delà qui l’atteste et à partir duquel un « pas-encore » ne cesse de s’envisager. L’au-delà n’est-il pas d’abord une interrogation lancinante où pointe l’angoisse que suscite la disparition de ceux que l’on a aimés ? Interrogation des enfants dans leur besoin de localiser par l’imagination les morts familiers. Interrogation des adultes lorsque leurs parents disparaissent. Nobles interrogations, car le plus souvent nous nous soucions davantage de la vie de nos proches dans l’au-delà que de notre propre avenir (Sylvie Germain). La perspective de l’au-delà demeure pourtant source de désarroi profond, qui se révèle dans les combats pour un avenir plus consolant, ou encore dans les courants de pensée transfigur...
Mots clés : Espérance au-delà
Lire la suite
REFAIRE SA VIE
CHRISTUS N°236
-
La rédaction
« Refaire sa vie » : l’expression relève au moins autant d’une réalité que d’un impératif. Qui n’aurait pas refait sa vie aurait raté quelque chose d’essentiel dans son existence. Cette injonction révèle à quel point chacun s’estime aujourd’hui le responsable unique de sa vie, enjeu de sa seule liberté. Mais n’exprime-t-elle pas avant tout le désir d’un amour réussi ? Entre le courage de recommencer et le mirage d’une vie refaite selon ses souhaits, s’ouvre un discernement nécessaire sur l’amour invoqué et celui mis en oeuvre (Élodie Maurot). Refaire sa vie par amour, est-ce se recevoir de Dieu ? Tomber amoureux ne se commande pas, quel que soit son âge, et cet état peut conduire à reconsidérer la qualité de sa relation conjugale ou de son état de vie. Sans recul ni échange, les forces émotionnelles ne peuvent par elles-mêmes assurer une reconstruction créative malgré toutes nos bonnes intentions (Nicole et Philippe Jeammet). C’est là toute l’ambiguïté d’un « refaire sa vie » oublieux de ce qui avait justifié un choix de vie publiquement reconnu. Voilà pourquoi la décision de quitter la vie religieuse appelle un « déliement » de la...
DANS LA VILLE
CHRISTUS N°254
-
La rédaction
    La ville, c'est une foule d'hommes et de femmes qui se croisent, se parlent ou s'ignorent. Les citadins partagent l'habitat mais aussi la rue, ses réseaux de transports et l'infinie variété des services. Lieux à forte densité humaine, les villes reflètent la grandeur et la faiblesse des hommes qui les font. Il convient d'apprendre à exercer notre regard pour considérer d'un œil bienveillant les espaces et les personnes ; et, par là, consentir que, pour nous citadins, c'est dans les rues et sur les places que Dieu passe et se révèle. Du fait d'un accroissement incessant des possibilités de connexions physiques ou virtuelles, nous encourrons désormais le risque que les flux l'emportent sur les entités qu'ils sont censés mettre en relation. Il nous revient d'inventer les formes d'une vie collective porteuse d'urbanité et de liens. Car, au milieu du bruit de la cité grouillante, par la médiation des rencontres peut s'éprouver l'élévation intérieure que nous penserions spontanément ne pouvoir vivre que face à la nature. Nous nourrissons en effet parfois l'illusion que nous accéderons mieux au divin dans un retour à une nature plus immédiatement belle. Ainsi, depuis toujours, la ville nous fascine et nous questionne. Elle est un « personnage »...
CONSTRUIRE LA CONFIANCE
01 JUILLET 2017
-
La rédaction
  Célébrer la fête de Saint Ignace (31 juillet), c’est rendre grâces pour tout ce que cet homme a apporté à l’Eglise et au monde à l’aube des temps modernes. Mais c’est aussi faire mémoire d’un homme qui n’a cessé de se laisser travailler aux racines de sa  confiance, en lui-même, en Dieu, dans les autres. Que ce soit à Loyola où il se remet difficilement de sa blessure de Pampelune et de son rêve brisé, où à Manrèse où une terrible crise de scrupules le mène au bord du suicide, où encore à l’entrée de Rome, accueilli par les « volets qui se ferment » et les obstacles qu’ils présagent, sa confiance est ébranlée par l’échec, l’adversité, la tournure des évènements. Précieux sont ici les conseils qu’il prodigue dans ses lettres à des compagnons partant en mission pour gagner la confiance des autres, car ils portent la trace de ce  qu’Ignace a pu expérimenter pour lui-même dans cette reconstruction d’une foi et d’une confiance éprouvées. Il ne suffit pas de s’en remettre à Dieu dans un abandon total, comme on le sent dans son « journal spirituel » par exemple, mais il faut aussi lutte...
PETITE VIE DE SAINT IGNACE !
19 JUILLET 2017
-
La rédaction
Inigo est né au château de Loyola, au pays basque, en 1491. Page de cour, puis gentil-homme au service du vice-roi de Navarre, il reste assez libre dans les affaires d’amour et d’honneur. Blessé au siège de Pampelune en 1521, il est reconduit au château familial.   Durant sa convalescence il lit la Vie du Christ et la Légende dorée qui raconte des faits et gestes de saints. Contrairement à toute attente, Inigo est accroché. Faire de grandes choses, comme le Christ, comme les saints, n’est-ce pas son rêve ? « Quand je pense à ce qui est du monde, je m’y complais beaucoup, mais quand je suis fatigué et que je cesse d’y penser, je me trouve aride et insatisfait ; en revanche, quand je rêve d’aller à Jérusalem nu-pieds, de ne plus manger que des herbes, de me livrer à toutes les austérités comme les saints, non seulement j’éprouve de grands élans intérieurs, quand je médite sur des pensées de ce genre, mais même après les avoir quittées, je reste satisfait et allègre. » (Récit, n°8) Cette expérience, point de départ d’un des traits les plus fondamentaux de la spiritualité ignatienne, conduira Inigo sur le chemin de la conversion. Sa première décision sera d’aller &agrave...
LES FEMMES, AVENIR DE L'ÉGLISE ? (ACTUALISÉ)
07 SEPTEMBRE 2017
-
La rédaction
    Votre revue Christus et la revue Etudes vous donnent rendez-vous pour la soirée-débat « les femmes, avenir de l’église ? » le mardi 10 octobre à 19h30 au Centre Sèvres. Autour de ce thème, retrouvez nos invités : Patrick Goujon, Anne-Marie Pelletier, Lucetta Scaraffia et Agata Zielinski. La revue Etudes a publié son hors-série "Quelle place pour les femmes ?". Retrouvez également sur le sujet notre numéro Une spiritualité au féminin, paru en juillet 2017. Informations pratiques : Centre Sèvres - 35 bis, rue de Sèvres 75006 Paris - 01 44 39 48 24 - Entrée libre. Nous espérons vivement vous y rencontrer !   Ecoutez la conférence !
MÉDITER
CHRISTUS N°256
-
La rédaction
    Depuis quelques années, la méditation connaît un succès considérable tout en s'affranchissant de toute référence aux traditions religieuses qui la fondaient et la portaient jusque-là. Méditer se présente bien souvent comme un chemin de guérison et de découverte apaisée de soi. Dans les grandes traditions spirituelles, ainsi que dans les pratiques « laïques » actuelles, l'accent est placé sur des attitudes corporelles et des techniques qui contribuent à nourrir une vie intérieure où se recueillent sensations et émotions, et où se fondent les sentiments les plus profonds. C'est comme une redécouverte de la valeur insigne d'un temps consacré à descendre en soi-même, à s'abandonner à la « chose » contemplée, pour renaître à l'environnement avec davantage de présence, d'écoute et d'attention. Car, au-delà d'une quête de soi, la méditation est aussi recherchée en ce qu'elle nourrit la relation au monde et aux autres. Pratiquées aujourd'hui hors de toute appartenance à l'une ou l'autre confession, les méthodes de méditation puisent malgré tout dans les traditions spirituelles et religieuses anciennes, fortes de la transmission de leurs pratiques an...
LE PAS IGNATIEN
28 SEPTEMBRE 2017
-
La rédaction
Du 14 au 17 septembre 2017 les membres du PAS ignatien (l’association qui regroupe tous ceux/celles qui sont engagés à un titre ou à un autre dans l’apostolat spirituel ignatien) se sont réunis à Lourdes pour la 4e fois et ont réfléchi ensemble au thème suivant « Sentir avec l’Église ». Rencontres, échanges, prière, partages tant formels qu’informels, conférences, étaient à l’agenda de ce week-end. A partir de points de vue diversifiés mais complémentaires, des intervenants de qualité se sont succédé pour aider à comprendre ce que peut signifier pour nous aujourd’hui l’appel à « sentir avec l’Église » qui est présent dans les Exercices de saint Ignace. Il nous a été rappelé que dans ses Exercices, jamais Ignace n’appelle à contempler l’Église elle-même : l’Église n’est pas objet d’adoration elle n’est que la médiatrice de la grâce de Dieu. Sentir avec l’Église ce n’est donc pas se soumettre dans une obéissance aveugle à celle-ci mais c’est chercher à développer en soi un sens intérieur de ce qui en l’Église est semence de l’Esprit ...
UNE LIBRAIRIE SPÉCIALEMENT POUR VOUS !
04 OCTOBRE 2017
-
La rédaction
    La Société d’Edition de Revue vient de lancer une librairie numérique en ligne sous le nom de « Librairie Jésuite », en partenariat avec les Editions Jésuites, les Editions Vie Chrétienne et celles du Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris. Outre des ouvrages numérisés de votre revue Christus, les ouvrages des Editions Jésuites, de Vie Chrétienne, du Centre Sèvres (Facultés Jésuites de Paris) et de la revue Etudes, un large référencement d’ouvrages est disponible dans cette librairie : sciences humaines, romans, BD, livres jeunesse, histoire, philosophie, science-fiction, polars, sport, guide de voyage, etc. Retrouvez également « Le choix de votre libraire » et « La sélection du moment » qui animent la page d’accueil de la librairie. > Site de la Librairie jésuite : www.librairie-jesuite.com
ACCUEILLIR L'AUTRE.
CHRISTUS N°256
-
La rédaction
La revue Christus propose un petit exercice spirituel. Pour cela lire les deux textes suivants l’un à la suite de l’autre. Le premier est le témoignage sur la prière de Youssef Elmhadhibi, musulman,  et le deuxième est l’interview de Haïm Korsia qui est juif. "Souviens-toi de ton Seigneur" de Youssef Elmhadhbi, musulman La méditation – sous toutes ses formes – intéresse de nos jours l'homme moderne stressé et au bord du burn-out. Elle a de tout temps accompagné l'homme et a fait de lui une espèce différente de l'espèce animale ou minérale. L'homme est un être capable de réfléchir sur le monde et sur soi, sur sa vie comme sur sa mort, comme il est capable de se projeter dans l'au-delà. En islam, le Coran nous révèle ce récit pré-éternel où Dieu, créant les âmes des futurs êtres destinés à peupler la terre (et futurs oublieux de ce moment inaugural), leur posa la question : « Ne suis-je pas votre Seigneur ? » Les âmes répondirent : « Oui, assurément. » Les différents messages religieux – nous dit le Coran – ne font que renvoyer vers ce moment de reconnaissance, et la méditation est un moment et une occasion pour revivre symboliquement cet...
NOTRE ACTION N'EST QU'UNE GOUTTE D'EAU DANS L'OCÉAN...
20 NOVEMBRE 2017
-
La rédaction
"Ne vous souciez pas de chercher la cause des grands problèmes de l'humanité ; contentez-vous de faire ce que vous pouvez faire pour les résoudre en apportant votre aide à ceux qui en ont besoin. Certains me disent qu'en faisant la charité aux autres, nous dédouanons les Etats de leurs responsabilités envers les nécessiteux et les pauvres. Je ne me tracasse pas pour autant, car ce n'est généralement pas l'amour qu'offrent les Etats. Je fais simplement tout ce que je peux faire, le reste n'est pas de mon ressort. Dieu a été si bon avec nous ! Travailler dans l'amour est toujours un moyen de se rapprocher de lui. [...] Nous considérons que servir les autres est un privilège et nous essayons à chaque instant de le faire de tout notre coeur. Nous savons bien que notre action n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, mais sans notre action cette goutte manquerait." Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997) A simple Path, (trad. Un chemin tout simple), Plon Mame 1995, p. 106     Mère Teresa est fêtée le 5 septembre !
LE CADEAU DANS TOUS SES ÉTATS
05 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
On les offre, et on les reçoit. Emballés, colorés, parfois enrubannés, ils sont toujours signes de festivités. Les cadeaux sont omniprésents dans notre société. Mais le plaisir d’offrir et la joie de recevoir – la joie d’offrir et le plaisir de recevoir – le sont-ils tout autant ? Rien n’est moins sûr. Les véritables cadeaux sont ceux qui résonnent en nous pendant des années. Ils ne sont pas forcément matériels : leçon de vie ou savoir-faire dont la transmission fait encore entendre son écho au présent ; pardon reçu ou accordé dont la démarche libératrice retentit dans notre for intérieur ; témoignage d’une foi discrète, profonde, sereine et communicative qui nous a ouverts à la spiritualité ; encouragements permettant à nos proches de donner le meilleur d’eux-mêmes… Ces pépites seront d’or, à condition de se donner les moyens d’en faire d’authentiques trésors. C’est ce que Philippe Baudassé nous enseigne dans cette enthousiasmante méditation. Cadre au Samu Social de Paris et exerçant en parallèle une activité de coaching spirituel, Philippe Baudassé est également Secrétaire général d’Écritures & Spiritu...
ETRE MÈRE
05 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
Cet ouvrage, très original, est le premier, à notre connaissance, qui pense l’expérience de la maternité sous un angle philosophique, comme « phénomène ». Quatre étapes ponctuent cette réflexion : Dilatations (biologique, mentale et intellectuelle), proposées comme ouvertures à l’inconnu (surprise) ; Inventions, en tant qu’il faut inventer chaque jour une vie commune ; Réponses (répondre à), en tant qu’il faut dire pourquoi on a transmis la vie et comment apprendre à la transmettre ; Se redécouvrir enfant (né de), en tant que la maternité, in fine, permet de redécouvrir la vie comme lien. Carla Canullo est mère de deux filles et professeur à l’Université de Macerata (Italie), où elle enseigne la philosophie de la religion. Elle est spécialiste de Jean Nabert et de Michel Henry.
QUAND BRILLE LA LUNE
05 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
Quand brille la Lune, les visages s’éclairent un peu, juste assez pour que le conteur puisse deviner, dans les yeux de ceux qui l’écoutent, toute l’attention que son histoire suscite… Les petites paraboles, en effet, captent l’attention de tous les groupes, petits ou grands, bien plus que les discours les plus rhétoriques. Après Sous le ciel étoilé, voici un nouveau recueil de contes et paraboles qui ne laisseront pas de glace les cœurs des grands et des petits qui les écouteront quand brille la lune ou en d’autres circonstances.  Charles Delhez, jésuite, est l'auteur d'une quarantaine de livres, journaliste, aumônier de l'Université de Namur, y enseignant les sciences religieuses aux futurs médecins et économistes. Directeur éditorial des éditions Fidélité, il a notamment publié, dans le même format, Sous le ciel étoilé, en 2009. Fleur Nabert est une artiste parisienne. Sculpteur et peintre, elle a à son actif un grand nombre d'expositions et de commandes, en France comme à l'étranger.
JÉSUS - UNE ENCYCLOPÉDIE CONTEMPORAINE
05 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
"La question n'est pas vraiment de se demander si Jésus a existé, mais de savoir qui il a été. Fut-il, ou non, ce que les évangiles rapportent de lui ? La quête du Jésus de l'histoire s'est fixé pour tâche de reconstituer la vie de Jésus sur la base de données "objectives", c'est-à-dire exemptes de préjugés positifis ou négatifs. Elle a fait, depuis 1980, des progrès considérables, dont ce livre rend compte." Daniel Marguerat Ce livre, exceptionnel, tant par son aspect que par la richesse de ses textes et de ses illustrations, constitue un formidable panorama des connaissances actuelles sur Jésus. Y sont présentés, par les plus grands exégètes, biblistes et historiens les découvertes archéologiques majeures et les points de vue historique, théologique et artistique les plus récents. Les textes prennent des formes variées : récits, encadrés, tableaux, interviews et les illustrations sont nombreuses (environ 400). Un foisonnement de savoirs passionnants sur le Christ, qui unit et oppose les trois monothéismes et qui demeure une figure spirituelle fondatrice de notre monde occidental. Un large panorama des connaissances les plus contemporaines sur Jésus, son milieu, son temps et son histoire par les meilleurs spécialistes français et &eac...
POUR NOËL, OFFREZ CHRISTUS !
05 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
Parrainez un proche, offrez un abonnement à Christus de 1 an, soit 4 numéros, à 39 €, avec le code CH103...  et recevez en cadeau le guide pratique de Vers Dimanche : Pour développer sa vie spirituelle ! Rendez-vous sur notre boutique pour vos cadeaux de Noël !
PRIER LE VERBE
05 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
C'est, par le biais de ma conversion au catholicisme, à l’âge de quarante-cinq ans, que je me suis intéressée à la langue de la Bible, plus précisément aux lettres de son alphabet. J'ai été comme frappée d'amour pour chacune d'elles et j'ai compris intimement que les aimer, c'était aimer le Christ. N’est-il pas l’alpha et l’oméga, soit en hébreu, l’aleph et le tav, nom de la première et de la dernière lettre de cet alphabet. J'ai réalisé alors que prendre soin de ma parole, c'était prendre soin de lui tout autant que lorsque j'étudiais les Écritures et je suis entrée dans une nouvelle manière d'aimer le Christ et de demeurer en lui. J'ai considéré chacun de mes propos avec encore plus de précaution, une crainte nouvelle me saisissant, celle de le blesser, en blessant par mes paroles mon prochain - en revêtant notre humanité n’a-t-il pas pris le visage de chaque homme ? J’ai compris que l’Alliance entre Dieu et les hommes étaient depuis Noé, une Alliance par et dans le Verbe. C’est le fruit de cette réflexion toute personnelle, élaborée à partir des extraordinaires singularités de la langue hébraïque, langue de la Bible, langue du Christ, ainsi que de mon cheminement de f...
MÉDITATION LAÏQUE OU CHRÉTIENNE : QUELS BIENFAITS ?
08 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
La méditation : Comment se pratique-elle ? Quels en sont les bienfaits ? Peut-on faire des passerelles entre méditation pleine conscience et méditation chrétienne ? Retrouvez l'intervention de notre rédactrice-en-chef adjointe, Marie-Caroline Bustarret, dans l'émission Forum du mardi 28 novembre sur RCF, au micro d'Anne Henry.  En composant avec notre dossier trimestriel Méditer, cette émission permet de prolonger notre réflexion sous un angle plus pratique avec quelques courts témoignages. Une émission à écouter ici !
CET ÉTRANGE BESOIN DE MÉDITER
11 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
  A l’occasion de la sortie du deuxième volume du Guide de Pratique spirituelle (Vers dimanche), et en lien avec les parutions récentes de De la vie spirituelle  par Bruno Régent aux Editions Fidélité et du numéro de Christus Méditer   retrouvez-nous pour une soirée-débat sur la méditation !   La soirée sera animée par le rédacteur en chef de Christus, Remi de Maindreville, s.j., et donnera la parole à plusieurs intervenants : Marie-Caroline Bustarret (revue Christus), Anne-Marie Aitken et Manuel Grandin, s.j. (Vers Dimanche) et Bruno Régent, s.j.(Editions Fidélité).   Retrouvez-nous autour du thème "Cet étrange besoin de méditer" le jeudi 8 février 2018 de 19h30 à 21h30 au Centre Sèvres.   Centre Sèvres : 35 bis, rue de Sèvres 75006 Paris Entrée libre - Informations : 01 44 39 48 24
L'ENFANCE DE JÉSUS SELON FRA ANGELICO
14 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
    Lorsque Fra Angelico (1395-1455) prend ses pinceaux pour représenter l'enfance de Jésus, son grand art, fait de douce lumière et de fraîcheur colorée, trouve son expression la plus profonde. Il en est ainsi avec l'Armadio degli argenti et ses neuf scènes consacrées aux jeunes années du Christ, un chef-d'oeuvre de la maturité de l'artiste. L'ensemble se lit comme une bande dessinée réaliste. Mais, à chaque épisode, le peintre transfigure le réel, donnant au récit à la fois solidité et transparence, dans une démarche de foi, celle d'un frère prêcheur accompli. En contrepoint de ces neuf scènes, le livre offre un florilège de Vierges à l'Enfant toujours renouvelées dans les attitudes et les sentiments, pleines d'humanité et habitées d'une spiritualité délicate. L'auteur, image après image, détail après détail, analyse les formes et les couleurs, décrypte les symboles et apporte toutes les clefs de lecture - historiques, artistiques et religieuses - pour comprendre pleinement l'enfance de Jésus à la lumière de Fra Angelico. Michel Feuillet est Professeur Émérite des Universités (Lyon III-Jean Moulin). Il est...
UNE BONNE INQUIÈTUDE...
31 DÉCEMBRE 2017
-
La rédaction
Pour l’année qui commence toute l’équipe Christus vous adresse ses meilleurs vœux. Il est d’usage en cette période de souhaiter santé, bonheur, paix, fécondité, prospérité, allégresse… et tout ce qu’on peut imaginer désirer comme condition pour une vie bonne. C’est donc ce que nous vous souhaitons et bien plus encore ! A ce chapelet de vœux, permettez-nous d’en ajouter un : nous vous souhaitons l’inquiétude ! Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de vous souhaiter un quelconque tourment face au présent ou à l’avenir, bien au contraire ! Ce que nous désirons pour tous, pour vous comme pour nous, c’est cette attitude intérieure de vigilance, celle qui dispose à l’action, et qui met en mouvement. Pour accompagner le moment présent avec tout ce qu’il recèle de risques et de chances, il faut des hommes et des femmes capables de se mettre à l’écoute des signes du temps. Seuls ceux et celles qui sont habités d’une saine et osons dire sainte « inquiétude » sont à même de déceler au cœur des bouleversements du moment les pousses de demain. Rien n’est déterminé d’avance, l’avenir n’est jamais clos et n’attend...
UNE HISTOIRE QUI NOUS RELIE
CHRISTUS N°257
-
La rédaction
Il est possible et même indispensable de parler ensemble de notre passé. Il en va en effet de notre capacité à transmettre aux générations qui nous succèdent ce qui nous constitue comme communauté de vie, mais aussi à intégrer les populations qui nous rejoignent. La vie en société et notre faculté à nous projeter dans un avenir commun reposent sur cette aptitude à produire ensemble un récit collectif, malgré nos différences, nos origines ou même nos projets divers. Ce récit repose sur deux piliers. La présence de l'autre : nul ne fait seul son histoire. Et la volonté d'ouvrir un avenir, sur fond d'un passé partagé ou assumé ensemble. Pouvons-nous imaginer un récit collectif qui permette aux éléments si divers de notre société de se savoir membres d'un même corps, un récit qui soit facteur d'intégration de ceux-là mêmes qui ne laissent pas de traces dans l'Histoire : tous les exclus et les perdants ?C'est une question sociale et politique mais aussi spirituelle : comment l'Esprit est-il présent à notre façon de dire l'Histoire ?Pour Ignace de Loyola, récit et histoire convergent dans l'amour du temps présent, temps de la décision pour Dieu. Produire le récit de son histoire personnelle et...
"PÊCHEURS DEVANT DIEU" - CARÊME 2018 - 1
14 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
Dans les Exercices spirituels, saint Ignace fait demander à celui qui prie la grâce de la honte et de la confusion de soi, afin qu'il se reconnaisse pécheur er s'émerveille devant la miséricodre de Dieu. Pourquoi une telle demande qui, d'entrée de jeu, apparaît plutôt humiliante et dévalorisante ? Est-ce vraiment ce que Dieu attend de nous ?   Au coeur d'une relation La plus grande joie de Dieu est de nous communiquer sa vie pour que nous la partagions avec lui et devenions ses partenaires. Dès le début de la Genèse, Dieu adresse gratuitement la parole à Adam qu'il vient de créer dans l'attente que celui-ci lui réponde à travers la création mise à sa disposition. Mais ce qui paraît simple s'avère difficle à vivre concrètement. Le coeur de l'homme s'égare vite dans les choses créées et perd de vue Celui qui les lui donne. Très vite survient un malentendu entre Dieu et lui. Il entend mal la parole qui le fonde. Ce malentendu engendre le soupçon, le mensonge, la jalousie, la convoitise, l'orgueil, le meurtre qui finalement provoque la perversion du don offert. Comme nous le raconte la Bible, le péché ne se situe donc pas d'abord dans un rapport à la Loi mais toujours au coeur d'une relation qui n'est pas honorée jusqu'au bout. L'ingratitude prend alors la place...
"ENTRER DANS LA PRIÈRE" - CARÊME 2018 - 2
19 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
Tous les maîtres spirituels insistent sur l'importance de ces premiers moments de la prière et des gestes que nous posons. Saint Ignace de Loyola ne fait pas exception. Pour lui, nous disposer le mieux possible à rencontrer Dieu est indispensable. Cependant, nous ne devons jamais oublier que cette rencontre n'est pas au bout de nos efforts : elle est l'oeuvre de l'Esprit en nous et avec nous. L'essentiel est de nous laisser rejoindre dans notre désir profond.   "Déchausse-toi !"   Souvenons-nous de Moïse face au buisson ardent dans le désert et de sa rencontre avec Dieu qui le conduit à une longue conversation avec lui (Exode 3,1 - 4,18). Devant cet étrange spectacle, Moïse a un immense désir d'en percer le secret. Il s'approche et fait le tour de ce buisson qui brûle. Le voici invité à "se déchausser" ou à "se voiler la face", car la terre qu'il foule est "une terre sainte" qu'on n'habite pas n'importe comment. "Se déchausser", c'est renoncer à toute maîtrise pour se laisser rencontrer par Dieu. Isaïe dans le Temple de Jérusalem vit une expérience un peu similaire. Devant la sainteté de Dieu, il est pris de vertige et reconnaît qu'il est un homme aux lèvres impures qui a besoin d'être purifié par le feu d'une braise (Isaïe 6, 1-9). Quant à Jésus, parce qu'il est le Fi...
"UN JUSTE RAPPORT À LA NOURRITURE" - CARÊME 2018 - 3
26 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
Régimes en tous genres, cure d'amaigrissement, nourriture biologique, jeûne, etc., imprègnent fortement nos sociétés occidentales. Ils ne révèlent pas seulement de la mode ou de la peur de l'obésité, ils révèlent un désir humain de vivre sainement. Cependant la nourriture est plus que cela. Elle peut devenir le lieu d'une expérience spirituelle. A quelles conditions ?   Un don de Dieu   La nourriture et les repas jouent un grand rôle dans la Bible. Du fruit cueilli par Adam et Eve au repas de l'eucharistie, en passant par la manne au désert et les noces de Cana, beaucoup de moments décisifs se jouent autour d'un repas. Chez les prophètes, l'annonce d'un temps de paix et de joie après des temps d'épreuve prend des images de banquet. Combien de fois ne voit-on pas Jésus partager le repas de gens très différents, de la famille de Lazare à une table de pharisien en passant par Zachée ou Lévi le publicain. Manger n'est pas anodin. La nourriture est lieu de tentation. Il y a une manière de manger qui respecte Dieu et ce que nous sommes. Il y a une manière de manger qui, en voulant tout absorder, apporte la souffrance et la mort. Ce qui nous fait vivre est alors détourné de sa fin. Au lieu de recevoir un don, nous nous approprions ce don. Nous nous servons.   "Je vou...
"FOI ET SOLIDARITÉ - CARÊME 2018 - 4
05 MARS 2018
-
La rédaction
Comme serviteurs de l'Evangile du Christ, notre mission n'est pas simplement de comprendre le monde, mais aussi de le transformer à la lumière des exigences du Royaume de Dieu. Laissons-nous guider sur ce chemin de conversion évangélique. (Texte rédigé par le CCFD-Terre Solidaire).   Appelés à l'espérance   Notre foi au Christ ressuscité, et notre espérance dans le monde nouveau qu'il apporte, nous conduisent parfois à une déception, voire un découragement, en face du monde tel qu'il est et de son avenir incertain. Mais l'Evangile de l'espérance, que nous sommes appelés à proclamer en paroles et en actes, nous interdit de baisser les bras. Il nous donne la force d'agir concrètement de telle façon que le règne de Dieu qui est justice, paix et amour devienne une réalité pour tous. Etre solidaire est un principe clé de la vie chrétienne et un appel à nous mettre au service de nos frères et soeurs en humanité, du bien commun, de la destination universelle des biens, de l'égalité entre homme et femme, de l'égalité entre les peuples, au service de la justice, de la paix, du développement.   "Il ne s'agit pas seulement d'élever tous les peuples au niveau dont jouissent aujourd'hui les pays les plus riches, mais de construire par un trava...
"TENIR DANS L'ADVERSITÉ" - CARÊME 2018 - 5
12 MARS 2018
-
La rédaction
Contrairement à ce que nous pouvons rêver, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Des périodes de turbulence succèdent à des périodes de calme. Il nous arrive d'avoir à affronter des difficultés, en nous, autour de nous, dans le monde ; des épreuves de toutes sortes, dont nous ne sommes pas forcément responsables. Nous ne les choisissons pas, elles surviennent sans prévenir. Et pourtant, elles n'annihilent pas notre liberté.   Quand les vents sont contraires   Dans la Bible, le peuple de Dieu a souvent fait l'expérience de l'adversité : en esclavage en Egypte, lors du passage de la Mer rouge quand les Egyptiens le poursuivaient de leurs chars, dans le désert où la nourriture se faisait rare et où il était tenté de se rebeller contre Moïse et contre Dieu, en Canaan, lors de l'exil à Babylone, etc. Chaque fois, le peuple aurait pu disparaître. Contre vents et marées, il a tenu bon. Dieu veillait sur lui. Les disciples de Jésus sont eux aussi passés par bien des épreuves avant, pendant et après la mort de Jésus. Suivre leur maître n'a pas été de tout repos. Ils ont subi l'incompréhension, le découragement, le sentiment de l'abandon, la nuit de l'âme... Chaque fois, Jésus les a devancés et invités à la con...
EN CARÊME AVEC ETTY HILLESUM
07 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
Ce livre propose un itinéraire spirituel très original : méditer la liturgie des quarante jours du Carême en relisant les écrits de Etty Hillesum : cette jeune femme juive hollandaise, morte en déportation à Auschwitz, a laissé un journal intime dans lequel elle a raconté son aventure spirituelle ; son chemin de conversion personnelle. L’auteur, un moine bénédictin, a eu l’idée de la proposer comme témoin et guide en ce temps liturgique où l’Eglise catholique invite précisément les chrétiens à se réformer de l’intérieur pour retrouver le chemin qui mène simultanément à l’amour de Dieu et du prochain. Ce livre, qui en est à sa troisième édition en Italie, offre deux perspectives enrichissantes au lecteur : vivre le Carême d’une part en s’imprégnant des textes liturgiques du jour et d’autre part en se nourrissant de l’expérience de l’auteur de « Une vie bouleversée », aujourd’hui reconnue comme l’un des grands maîtres spirituels de notre temps.  Frère Michael Davide Semeraro est un moine italien de l’Ordre bénédictin depuis 1983. Il appartient à la fraternité « Koinonia de la Visitation » à Rhêmes-Notr...
"LES DISTRACTIONS DANS LA PRIÈRE" - CARÊME 2018 - 6
19 MARS 2018
-
La rédaction
Les distractions arrivent à l'improviste, elles s'imposent à nous avec force, parfois même avec violence, et nous emmènent ailleurs que là où nous souhaiterions aller. Bref, elles perturbent notre prière et nous les considérons souvent comme des intruses. Qu'en faire ? Comment en tirer le meilleur parti possible ? Que nous disent-elles sur nous-mêmes et sur Dieu ?   "Quand tu pries..."  Dans le Sermon sur la montagne, Jésus nous enseigne la manière de prier : nous retirer dans la chambre la plus retirée, verrouiller la porte et nous adresser à Dieu notre Père qui est là dans le secret. Cela est plus complqiué qu'il n'y paraît car nous vivons le plus souvent dans le bruit et le stress, entourés d'images et de publicités, de bips sonores divers, de sollicitations multiples. Pas étonnant que d'innombrables pensées traversent notre esprit quand nous le mettons au repos. Faire silence, rentrer en soi est un véritable exercice à travers lequel nous prenons conscience de tout ce qui nous habite à notre insu.  "Représentez-vous le Seigneur lui-même auprès de vous, et considérez avec quel amour et quelle humilité, il vous instruit ; et croyez-moi, autant que vous le pouvez, ne vous écartez jamais d'un si bon ami... Vous qui avez des difficultés à fix...
"LA JOIE QUI VIENT DE DIEU" - CARÊME 2018 - 7
26 MARS 2018
-
La rédaction
C'est le propre de Dieu de nous donner la joie, dit saint Ignace dans son livret des Exercices spirituels (n° 329). En effet, la joie, véritable allégresse ou consolation spirituelle, est un fruit de l'Esprit dans nos vies. En tout temps, il est bon d'apprendre à la repérer en nous, à découvrir ses harmoniques afin d'y consentir pleinement. C'est un exercice peut-être plus difficile qu'il n'y paraît au premier abord.   La diversité des joies  Il y a la joie d'un travail bien fait, il y a la joie de l'amitié et de l'amour, il y a les joies toutes simples de la vie ordinaire, la joie éprouvée après une grande tristesse ou un rude combat, la joie grave et la joie légère, les joies reçues dans la prière... Beaucoup de joies nous sont données par surprise sans que nous les cherchions. Elles vont et viennent en nos coeurs. Il y a des joies éphémères et des joies durables. Saint Ignace en a fait l'expérience alors qu'il était cloué au lit à la suite d'une blessure à la jambe. Quand il rêvait d'être un grand chevalier, il était habité d'une grande joie, mais celle-ci s'éteignait rapidement et ne le laissait pas satisfait. Quand il rêvait de faire ce que les grands saints avaient fait, la joie reçue faisait naître en lui la paix et le d&ea...
VIVONS ENSEMBLE LE CARÊME !
08 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
Pour ce Carême 2018, Christus s'associe à Vers dimanche pour vivre ensemble ce temps fort autour des trois mots : prière, jeûne et charité.   A l'occasion de la parution du volume 2 du Guide pratique pour développer sa vie spirituelle, nous vous proposons de découvrir des extraits du volume 1 pour accompagner ce temps fort biblique et nous guider tout au long de ces quarante jours.   Nous avons sélectionné différents articles du Guide pratique spirituelle : 36 conseils pour aller vers Dieu, afin de vivre intensément et spirituellement ce temps fort.   Retrouvez donc tout au long de ce Carême : - Pêcheurs devant Dieu, - Entrer dans la prière - Un juste rapport à la nourriture - Foi et solidarité - Tenir dans l'adversité - Les distractions dans la prière  - La joie qui vient de Dieu.   Vivons ensemble cette marche vers la joie du Ressuscité !    
RETRAITES, TEMPS FORTS DE LA VIE SPIRITUELLE
19 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
  Le père Remi de Maindreville, jésuite, évoque l'importance des retraites et récollections pour la vie spirituelle. Une belle émission RCF, présentée par Yvon Gargam, de trente minutes, à découvrir ici ! 
LE PAPE FRANÇOIS RECONNAISSANT ENVERS LA REVUE CHRISTUS !
19 FÉVRIER 2018
-
La rédaction
    Lors de son voyage en Amérique Latine (janvier 2018), le pape a rencontré les jésuites chiliens pour un temps d’échange informel. A l’un d’entre eux qui lui demandait comment les jésuites pouvaient le soutenir, le Pape a répondu en un mot : discernement. Le discernement, dit-il, est un trésor porté par les jésuites depuis toujours or « la revue Christus et l’élan donné aux Exercices spirituels, a renouvelé cette grâce de famille qu’est le discernement ». Aujourd’hui, affirme François, l’Église en a besoin plus que jamais, il demande donc aux jésuites de le donner et de le donner encore ! Voici un extrait de sa réponse :   Je crois que l’une des choses dont l’Église a aujourd’hui le plus besoin, et cette chose est très claire dans les perspectives et dans les objectifs pastoraux de l’Amoris laetitia, c’est le discernement. (…) Si vous regardez le panorama des réactions suscitées par Amoris laetitia, vous verrez que les plus importantes critiques dirigées contre l’Exhortation portent sur le huitième chapitre : un divorcé « peut-il ou ne peut-il pas recevoir la Communion ? » Et à l’inverse, Amoris laetitia va dans...
SEMAINE SAINTE
26 MARS 2018
-
La rédaction
- Lundi Saint : le parfum de Béthanie (Jn 12, 1-11). - Mardi Saint : « Là où je vais, vous ne pouvez me suivre ». (Jn 13, 21-38) - Mercredi Saint : « Serait-ce moi ? » (Mt 26, 14-25) - Jeudi Saint :  « Si je ne te lave pas, tu ne peux avoir part avec moi » (Jn 13, 1-15) - Vendredi Saint : « Il remit l’esprit » (Jn 19, 29)   - La Résurrection : « Il vous précède en Galilée » (Mc 16, 7)
L'ESPRIT DE JEUNESSE
CHRISTUS N°258
-
La rédaction
Pour préparer le Synode d'octobre 2018 sur les jeunes, l'Église s'est mise à l'écoute du peuple de Dieu et des jeunes en son sein. Il s'agit de discerner ce qui les travaille et les anime aujourd'hui. Ce dossier de Christus, élaboré dans un même esprit d'écoute, fait une place à la parole des jeunes et de leurs accompagnateurs. Sans cacher les difficultés qu'éprouvent parfois les premiers face à la vie qui s'ouvre devant eux, le dossier laisse percevoir qu'à travers les doutes qui les habitent, demeure un bel élan vital. Par ailleurs, ce numéro enjoint les aînés, qui ont l'habitude d'exhorter les jeunes à la confiance, à ne pas non plus oublier que l'Esprit s'adresse lui-même aux jeunes. Il faut donc aussi encourager les parents et les éducateurs à faire confiance en la capacité de la jeunesse à écouter la voix du Seigneur. C'est l'esprit du Synode. Cependant, la jeunesse n'est pas seulement un âge, c'est aussi une disposition spirituelle et un don de Dieu. Le Seigneur qui donne la sagesse, cette qualité propre aux anciens, dit la Bible, est le même qui encourage par la voix de Jésus à renaître de nouveau. L'esprit de jeunesse, c'est en effet l'esprit qui porte les forces de renouvellement, de fécondité, d'expérimentation, d'ouverture, de...
UN TRAVAIL INTÉRIEUR DE LONGUE HALEINE…
03 AVRIL 2018
-
La rédaction
On beaucoup parlé du geste magnifique du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame ces derniers jours, à juste titre. On a loué son courage, et surtout  son esprit de sacrifice qui l’a conduit à donner sa vie en prenant la place d’un otage. Ce geste exemplaire impose le respect et une profonde reconnaissance. Il marque la mémoire de chacun et de tous. C’est pourquoi il appelle à s’arrêter et à méditer. Car, invoquer les plus hautes valeurs de l’humanité ne suffit pas. Il est indispensable de les comprendre et les intérioriser pour s’y accorder pleinement sur le plan moral. Mais il faut encore les exercer longuement et en toutes occasions pour  que ces valeurs prennent réellement corps dans des personnes. C’est ainsi qu’une humanité et une personnalité comme celle d’A. Beltrame se trouve animée de l’intérieur. Son entourage le plus proche, famille et gendarmes, ont souligné avec force son abnégation « ce geste lui ressemblait », « c’était tout à fait lui », « on le reconnait là ». Ce geste qui identifie un homme jusqu’à se confondre avec lui n’est pas seulement le résultat d’un entraînement, c’est le fruit d’un travail proprement spirituel. L&rsquo...
GAGNER, PERDRE
10 AVRIL 2018
-
La rédaction
Dans la vie, à moins d'être masochiste, nous préférons être gagnants que perdants. La question est de savoir en vue de quoi : pour grandir, dominer, être le meilleur... Et qu'advient-il lorsqu'il nous arrive le contraire : perdons-nous la face ou savons-nous rebondir ? Par sa manière de vivre et par ses paroles, Jésus nous indique une voie étroite à emprunter. Entre croissance et décroissance Notre vie est faite de gains et de pertes, un peu comme celle du papillon qui doit quitter son cocon s'il veut voler de ses propres ailes. Durant notre enfance et notre adolescence, nous accèdons à beaucoup de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être. Ces connaissances, ces compétences et attitudes nous construisent et nous aident à entrer dans l'âge adulte. Au fur et à mesure de notre vie, nous apprenons aussi à devenir ce que nous sommes en nous confrontant à des expériences nouvelles et à des changements qui nous obligent à quitter des habitudes et des certitudes. Ainsi se façonne notre identité, entre don et promesse, dans un monde sans cesse en évolution. Comme le serviteur fidèle de l'Evangile, faisons-nous fructifier nos talents, tout ce qui nous est confié - ce qui représente un énorme potentiel - ou bien enfouissons-nous tout par peur du jugement des autres ?   "Ma&i...
LA JEUNESSE ÉTERNELLE EST SPIRITUELLE
20 AVRIL 2018
-
La rédaction
Quand le pape dit "Dieu est jeune" ce n'est pas du jeunisme mais l'envie de rappeler que la jeunesse que le plan spirituel s'adresse à tous, synonyme d'élan, d'audace et aussi de fragilité. En cette année 2018, l'esprit est à la jeunesse. Pas seulement parce qu'on commémore les 50 ans de mai 68. Depuis plus d'un an l'Église prépare le synode qui aura lieu à la rentrée sur le thème "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel". Et en mars le pape a reçu quelque 300 jeunes pour un pré-synode. Et quand il dit "Dieu est jeune" (titre de son livre-entretien avec le journaliste Thomas Leoncini), pour Marie-Caroline Bustarret, de la revue Christus, "ce n'est pas du jeunisme". "Le pape a cette intuition qu'il y a chez les jeunes des qualités qui sont bonnes pour tous, surtout quand ces qualités sont intériorisées au niveau spirituel : élan, dynamisme, esprit des commencements, insouciance, audace, énergie, forme d'inconscience, mais aussi de fragilité, de vulnérabilité." La revue Christus consacre son numéro d'avril 2018 à "L'esprit de jeunesse". Un esprit qui nous concerne tous, quel que soit notre âge. Une émission de RCF (55 minutes) à écouter ici !      
LE DISCERNEMENT EN QUELQUES MOTS...
16 MAI 2018
-
La rédaction
      Notre nouveau hors-série Le Discernement est disponible !   Le discernement n’est pas d’abord une démarche intellectuelle, une technique éprouvée ou même l’application de valeurs morales. Dans la dynamique d’une vie orientée par l’Evangile et dans l’esprit des Exercices spirituels d’Ignace de Loyola, il s’agit de repérer les mouvements intérieurs qui surgissent en nous pour distinguer ceux qui sont signes d’un surcroît de vie, de ceux qui apportent avec eux le découragement et la paralysie intérieurs. Discerner, c’est faire le tri dans les aspirations ou les résistances que suscite en nous un choix. Il nous faut pour cela libérer nos facultés d’analyse des attachements mal placés qui peuvent les altérer, car c’est en désirant vraiment la décision qui viendra que nous accomplissons ce que la foi chrétienne appelle la volonté de Dieu. Le sommaire :   Première Partie : Un discernement à vivre • Les signes du bon esprit - Texte de Maurice Giuliani (†), jésuite • Les couples du fond de l'église - Texte de Patrick Langue, jésuite • Discernement et psychisme - Texte de Louis Beirnaert (†), jésuite • Invalide pou...
NOUVELLE UNION APRÈS UN DIVORCE… A LA LUMIÈRE DU PAPE FRANÇOIS
31 MAI 2018
-
La rédaction
Ce livre s’adresse aux personnes ayant vécu une séparation, un divorce, construisant une nouvelle union et à leurs accompagnateurs. Il s’appuie sur la pédagogie et le regard que suggère le pape François afin que chacun soit en mesure d’emprunter un chemin de croissance. Il sera un guide précieux pour découvrir et célébrer l’Amour de Dieu dans ces parcours parfois sinueux. Cette réalité sensible a été longtemps appréhendée avec difficulté par l’Église. En 6 chapitres, elle est revisitée sous ses aspects historiques, humains, théologiques, spirituels et pastoraux. Chacun est remis délicatement devant ses responsabilités et sa conscience sur le chemin de croissance auquel il est convié.  Les pasteurs et les communautés chrétiennes sont interpellés sur les conditions qu’ils mettent en œuvre pour accompagner, discerner et intégrer, les 3 maîtres-mots utilisés par le pape François. À travers ce livre, on découvre une Église active et soucieuse de trouver des modes d’expression de foi au cœur de notre monde. À propos de l’auteur : Guy de LACHAUX est prêtre du diocèse d’Evry. La rencontre de personnes séparées ou divorcées au cœur...
SE RÉJOUIR, SE LAMENTER
06 JUIN 2018
-
La rédaction
Dans l'expérience humaine, la joie et la tristesse, les rires et les larmes sont sans doute ce qu'il y a de plus fondamental et cela dès le plus jeune âge. Il en est de même dans notre découverte de Dieu car ces mouvements intérieurs sont à la base de la vie spirituelle. La présence réjouissante de Dieu Lorsque le Seigneur se manifeste dans nos vies, la joie apparaît tout de suite et elle nous envahit. Les exemples dans la Bible ne manquent pas : par exemple le Magnificat où Marie exulte de joie, ou encore les disciples de Jésus qui sont remplis de joie quand le Ressuscité vient à leur rencontre. Cette expérience de la joie est aussi celle que nous faisons lorsque nous retrouvons des amis et partageons un repas avec eux. Mais il y a une chose de plus que la Bible nous révèle : cette joie qui nous anime est aussi la joie de Dieu, car le Seigneur se réjouit avec nous et en nous. Nos joies se répondent et viennent à n'en faire qu'une. "Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Eclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, de tout ton coeur bondis de joie, fille de Jérusalem ! Le Seigneur a levé les sentences qui pesaient sur toi, il a écarté tes ennemis. Le roi d'Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n'as plus à craindre le malheur. Ce jour-là, on dira à Jérusalem : 'Ne cr...
POURQUOI ET COMMENT AVOIR UN ACCOMPAGNEMENT SPIRITUEL ?
12 JUIN 2018
-
La rédaction
Le dimanche 10 juin, l'émission, La Foi prise au mot, présenté par Régis Burnet sur Kto, proposait de parler d'accompagnement spirituel. Activité de toutes les religions, il est extrêmement important et prend dans le christianisme les figures traditionnelles du « père spirituel » ou du « directeur de conscience ». Ce rôle est-il encore adapté à notre modernité ? Dans une société très individualiste, est-ce que l´on accepte encore qu´autrui vienne jeter un oeil sur notre conscience ? Le « directeur » doit-il toujours être un prêtre ? Doit-il toujours être un homme ? Est-il envisageable de se faire accompagner en groupe ? Et que dire du « confesseur » ? Faut-il séparer l´accompagnement spirituel de ce sacrement qui lui était traditionnellement associé ? Pour répondre à ces questions, et peut-être vous éclairer dans votre choix, Régis Burnet vous propose de retrouver trois invités très divers, qui représentent les différents visages de l´accompagnement spirituel aujourd´hui : Florence MANDEVILLE des Foyers de Charité, le père Rémi de MAINDREVILLE, jésuite et directeur de la revue Christus, et le père Stéphane DUTEURTRE, du séminaire de Paris....
LA SPIRITUALITE DANS LES PAROISSES
07 AOÛT 2018
-
La rédaction
  La spiritualité dans les paroisses sera le thème du numéro de Christus du printemps 2019. Nous aimerions compter sur votre expérience, vos attentes, pour enrichir le contenu de ce numéro. Participez à sa réalisation en répondant à l'enquête sur la vie spirituelle dans les paroisses. Cette enquête a été posée sur le numéro qui a été servi aux abonnés cet été. Si vous n'êtes pas (encore!) abonné(e), vous en ici trouverez un exemplaire à télécharger. Vous pouvez bien entendu le faire circuler auprès de votre entourage, à l'intérieur de votre groupe ou de votre paroisse. Enquête spiritualité en paroisse Il est ensuite à retourner à : Enquête sur la vie spirituelle dans les paroisses - Christus - 14 rue d'Assas - 75006 Paris - France Sentez-vous libre de compléter vos réponses sur papier libre si l'espace pour les réponses vous semble insuffisant. Merci par avance, Remi de Maindreville, Marie-Caroline Bustarret
SONDAGE EN LIGNE : LA SPIRITUALITÉ DANS LES PAROISSES
18 SEPTEMBRE 2018
-
La rédaction
La spiritualité dans les paroisses sera le thème du numéro de Christus du printemps 2019. Nous aimerions compter sur votre expérience, vos attentes, pour enrichir le contenu de ce numéro. Participez à sa réalisation en répondant à l'enquête sur la vie spirituelle dans les paroisses.   Voici le sondage en ligne pour répondre à nos nombreuses questions sur la vie en paroisse ! Prenez quelques minutes et aidez-nous ici !   https://www.sondageonline.fr/s/31dfa08 Abonné(s) ou non, vos réponses nous éclaireront beaucoup sur l'attachement à la paroisse. Elles nous aideront dans notre effort pour contribuer à nourrir la vie de l'esprit qui anime la communauté. Merci !
HABITER LE TEMPS
CHRISTUS N°260
-
La rédaction
  Comment gérer son temps ? Comment le vivre autrement que comme une source continuelle de stress et de préoccupation ? Son accélération dévorante est sans doute l'expérience la plus habituelle que nous faisons de lui. Rien de ce que nous sommes n'échappe à son emprise et, pourtant, nous ne cessons d'y imprimer notre humanité. La soif de vivre, d'aimer, de créer, de mettre au monde nourrit notre désir d'habiter ce temps qui nous fait courir. La saveur d'un instant ou d'une rencontre nous pose et nous re-crée de l'intérieur. Nous pouvons habiter librement le présent, donné ici et maintenant, au profit d'un avenir alors moins incertain. En tension entre une pression qui nous disperse et des moments qui nous rassemblent intérieurement, notre identité s'enrichit et ouvre notre histoire. Jésus en est le témoin parfait. Il se laisse porter par les rythmes de son époque, où il trouve à s'accorder au rythme de Dieu son Père, dont il révèle l'amour jusque sur la Croix, ultime passage vers la vie. Il accomplit la sagesse de Qohélet, dans la Bible : « Un temps pour enfanter et un temps pour mourir… » Le shabbat est une manière fondamentale d'habiter le temps, en se retirant, à la manière de Dieu, de l'activité créatrice, pour y dis...
L'ESPRIT DES PÈLERINAGES
17 OCTOBRE 2018
-
La rédaction
Christus vous recommande vivement le très beau livre de Gaële de la Brosse et Loïc Mazalrey, préfacé par Jean-Christophe Rufin, et publié chez Gründ : L’Esprit des pèlerinages. Ce livre n’est pas seulement somptueux par la qualité et la beauté des photos qui nourrissent un désir de prendre le bâton et la route, il déploie aussi une vraie dimension spirituelle. Chaque moment, chaque geste clé du pèlerin fait l’objet d’une page qui en développe l’histoire et  les sens spirituels qu’il a pu revêtir au long des âges. Ce livre est un cadeau,  pour ceux qui cherchent, marchent ou  pourraient avoir le désir de se mettre en route. Bonne et belle lecture !   Dans notre monde en perte de repères, les pèlerinages ont retrouvé leur vigueur, et les sanctuaires attirent de nouveaux publics. Les saints qui y sont vénérés redeviennent des modèles de vie aux valeurs inspirantes. C’est là une grande grâce pour notre époque. L’engouement pour les pèlerinages n’est pas seulement une mode, un fait de société, mais c’est un phénomène qui répond à la quête essentielle de l’homme. Un voyage « ressourçant » qui est, au sens propre du terme,...
TROUVER SA « MAISON » ET Y DEMEURER
16 NOVEMBRE 2018
-
La rédaction
Dans quelques jours, l’Église va déclarer bienheureux les dix-neuf religieux et religieuses assassinés avec des milliers de leur frères et sœurs algériens pendant la décennie terrible qui a ensanglanté le pays. Martyrs de l’amour, martyrs de la foi, martyrs de la fraternité… voici les mots qui courent dans les pages des articles et des livres qui leur sont consacrés ces temps-ci. Ils sont morts au nom de leur foi chrétienne, donc en martyrs, c’est indiscutable. Or cette idée seule peut faire barrage à notre bonne volonté. En effet, ce grand mot de « martyr » tend à rajouter à l’auréole des saints une dimension héroïque qui nous exonère finalement de considérer en quoi ces vies données sont des exemples pour nous qui ne sommes pas appelés à mourir ainsi. Commençons par nous poser la question : ceux qui seront bientôt reconnus officiellement comme bienheureux, ont-ils vraiment été appelés par le Seigneur à mourir en martyrs ? Non, je ne crois pas ! Je crois au contraire que l’appel auquel ils ont répondu n’était pas à mourir mais bien à vivre, et à vivre pleinement, et jusqu’au bout. Si la foi que nous confessons disait le contraire, elle serait morbide...
QUEL EST LE DIEU DE JÉSUS ?
22 NOVEMBRE 2018
-
La rédaction
Qui est donc ce Dieu que Jésus nomme « Abba » ? À partir de sept méditations évangéliques, Jean-François Baudoz propose une lectio divina et cerne différentes dimensions qui sont autant de pistes de réponses : la relation de Jésus comme Fils à son Père, le sens de la miséricorde, le problème du pouvoir, la place de la charité, la présence et l’Eucharistie notamment. Il montre combien les interrogations sur l’identité de Jésus renvoient à un au-delà de la question : quel est le Dieu de Jésus ?  Le père Jean-François Baudoz est prêtre du diocèse de Besançon. Bibliste, il a été doyen de la Faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris et a publié plusieurs ouvrages, dont « Prendre sa croix ». Jésus et ses disciples dans l’Évangile de Marc (Cerf, coll. « Lire la Bible », 2009). 
FOI ET VIOLENCE : UN ENCHAÎNEMENT FATAL ?
22 NOVEMBRE 2018
-
La rédaction
Religion et violence sont souvent liées dans les médias, car nombre d’affrontements meurtriers s’avèrent alimentés par l’intolérance religieuse.D’aucuns en concluent que vivre sans religion serait préférable, parce que toutes les religions se valent et divisent, chacune cherchant à imposer « sa » vérité. Le « retour du religieux » est perçu alors comme une menace dans les sociétés occidentales démocratiques et sécularisées.Mais est-il possible de refouler la foi hors de l’espace public ? Les hommes n’ont-ils pas besoin de convictions fortes qui les aident à concevoir « la vie bonne » ? Les sensibilités religieuses ne sont-elles pas instrumentalisées par des intérêts économiques et politiques ? Les grandes religions offrent-elles des ressources pour repousser la tentation de la violence ?Comment les chrétiens peuvent-ils pour leur part relever ces défis ? Peuvent-ils clarifier leurs propres positionnements en entrant en dialogue avec les autres ? L’Observatoire Foi et Culture de la Conférence des évêques de France a réuni ici les réflexions de philosophes, d’historiens et de théologiens.Un ouvrage d’actualité. À méditer.
MONASTÈRES D’EUROPE : LES TÉMOINS DE L’INVISIBLE
22 NOVEMBRE 2018
-
La rédaction
L’Europe, qui s’étend de l’Atlantique à l’Oural, a été tissée au fil des siècles par l’histoire, la politique et le christianisme. Les hommes y ont bâti des cathédrales, des églises, des chapelles, des abbayes et des monastères à la croisée des arts, des sciences et des cultures.Ces lieux historiques sont-ils des musées ou toujours habités par des religieux ? Quels sont ces hommes et ces femmes qui, au XXIe siècle, choisissent de se retirer dans les monastères ?De l’Irlande à la Russie, de la Grèce à la Pologne, des communautés de frères et de sœurs catholiques et orthodoxes nous ont ouvert leur intimité, parfois le secret de leur cellule, et permis également de découvrir les trésors artistiques qu’ils ont su conserver à travers les siècles. Des photos qui racontent une aventure humaine unique aux sources de la spiritualité de notre continent.
VOYAGEZ AVEC CHRISTUS !
04 DÉCEMBRE 2018
-
La rédaction
Chers amis, Nous tenons à vous présenter le voyage-pèlerinage que nous vous proposons en Espagne à l’automne prochain. Du 7 au 13 octobre, nous avons projet d’emmener nos lecteurs et amis sur les traces des grands mystiques Espagnols du XVI siècle (saint Ignace de Loyala, sainte Thésère d'Avila et saint Jean de la Croix). Nous alternerons les temps culturels et les temps spirituels et espérons bénéficier de la douceur du début de l’automne en Espagne. Découvrez le programme que nous avons établi en collaboration avec l’agence Terralto avec laquelle nous travaillons pour l’organisation concrète de votre séjour. Cadeau de Noël, d’anniversaire de mariage ou cadeau que l’on s’offre, ce périple de 8 jours restera inoubliable ! Bonne lecture ! L’équipe Christus PS : Attention, le nombre d’inscriptions est limité à 40 personnes.