Katia MIKHAEL

CHEMINS SPIRITUELS FACE À LA VIOLENCE
CHRISTUS N°232
-
Katia MIKHAEL Frédéric-Marie LE MEHAUTE Alain RICHARD
FRÉDÉRIC-MARIE LE MÉHAUTÉ O.F.M. Ingénieur, Toulouse. KATIA MIKHAËL Xavière, médecin du monde, Toulouse. A publié : Une pensée sociale qui nous guide, Ra dy printing press (Liban), 2011. ALAIN J. RICHARD O.F.M. Prêtre, Toulouse. A publié : Piliers pour une culture de la non-violence (L’Harmattan, 2001) et La vie dans le refus de la violence (avec C. Henning, Albin Michel, 2009).   La violence aux mille visages se prétend inévitable et bénéficie de la complicité de ceux qui l’acceptent comme légitime ou comme une fatalité. Encouragées par l’Évangile ou par la méthode du Mahatma Gandhi, des personnes se dressent face aux violences, faisant confiance aux richesses intérieures des êtres humains. Croyantes ou non, elles affirment que leur vie en est devenue plus vraie et unifiée. Les trois catholiques qui livrent ce texte témoignent de leur chemin spirituel à travers des engagements non violents. Leur relation au Dieu de Jésus Christ y tient une place centrale. Frédéric-Marie Le Méhauté Au fondement de mon chemin spirituel, il y a la rencontre avec l’amour inconditionnel de Dieu. Très tôt, le regard du Christ sur notre réalité humaine m’a touché. En même temps, la violence...
Mots clés : Dieu Expérience spirituelle Jésus-Christ Paix Passion Violence
Lire la suite
KATIA MIKHAEL SUR RCF
01 AVRIL 2013
-
Katia MIKHAEL
Dans le cadre de l'émission "Nos écrivains en Charente-Maritime" Diffusion le 3 avril, 5 avril, 10 avril et 12 avril.
AU BORD DE L'ÉPUISEMENT
CHRISTUS N°239
-
Katia MIKHAEL
 Quand nous parlons de repos, du difficile repos, nous considérons le faire et l’agir : les activités, les réalisations, les projets, etc. tout ce qui nous pousse à courir et à nous presser sans cesse, parfois jusqu’à l’épuisement. Se reposer semble mettre tout cela entre parenthèses. Mais est-ce possible ? Pour les professionnels très occupés que nous sommes, les devoirs de la vie quotidienne, le travail et les obligations sociales nous rattrapent toujours. Il arrive parfois que nous nous y épuisions et que nous perdions le sentiment d’exister en dehors de l’action. Les pages qui suivent donnent la parole à des personnes très diverses qui se sont mises en recherche de postures et de moyens pour rendre leur vie plus équilibrée, plus humaine, au cœur de mille occupations.   Patrick, entrepreneur Nous avons souvent tendance à opposer l’action à l’être. Or, peut-on vraiment faire sans être ? L’action n’est-elle pas le creuset où l’être peut grandir ? Nous en faisons l’expérience tous les jours : c’est en construisant notre part du monde que nous prenons conscience de ce que nous sommes. Cela dit, le repos ne nous permettrait-il pas de relâcher notre attention et nos énergies, appliqu&eacute...