Joëlle FERRY

GOUVERNER DANS L'ESPRIT
CHRISTUS N°246
-
Joëlle FERRY
On parle parfois de gouvernement spirituel quand la responsabilité de gouvernance s’applique à un groupe religieux (diocèse, congrégation, mouvement) et il existe bien des livres sur les principes et fondements spirituels du gouvernement selon Ignace de Loyola notamment. Le rôle du supérieur consiste à permettre l’action de l’Esprit dans la communauté, à se faire avec les autres en quelque sorte l’instrument de l’Esprit [1]. Ignace de Loyola, par sa pratique, ses faits et gestes, dans son abondante correspondance, a laissé des principes qui ont traversé les siècles. Et nombre de ses successeurs n’ont pas été en reste. La réflexion partira plutôt ici de l’expérience : quelle expérience de l’Esprit occasionne une responsabilité de gouvernement ? Comment concilier l’action de l’Esprit avec un agir rationnel et très concret ? Quels sont les enjeux spirituels d’un gouvernement ? Le point de départ sera que la personne qui gouverne est conduite à vivre diverses expériences spirituelles qui ont pour objet même sa mission de responsabilité, les religieux qu’elle envoie, les communautés et les missions qui sont celles de sa congrégation. En donner l’un ou l’autre exemple conduira à revisiter quelques consid&e...
Mots clés : Election Mission Gouvernement
Lire la suite
«IL Y A UN TEMPS POUR RIRE...»
01 JUILLET 2016
-
Joëlle FERRY
Associer le rire ou l'humour à l'Ancien Testament peut étonner. En effet, un peu spontanément, nous associons la religion aux choses sérieuses?! D’ailleurs, dans notre culture, les images de Dieu sont plutôt celles d’un Dieu sévère, d’un Dieu qui exige, punit, voire se venge. Les dictionnaires bibliques et les études anthropologiques présentent un Dieu qui parle, écoute, interroge, voit, crée, libère?; un Dieu qui éprouve des sentiments?: jalousie, amour, colère. Dieu se tait ou se manifeste, il est proche et lointain, tout puissant et vulnérable. Dieu cherche l’être humain, Dieu est sage. La liste pourrait se poursuivre1, mais peu de mentions existent d’un Dieu qui rit… Quant au Nouveau Testament, il semble sur la même ligne en n’hésitant pas à évoquer les larmes de Jésus, mais nulle part il n’est mentionné que Jésus rit. La tradition chrétienne a repris ce constat. Dans ses travaux, Jean Delumeau2 met en lumière que l’accent mis par le christianisme sur le péché au cours de son histoire a contribué à valoriser l’austérité morale, le refus du divertissement, un modèle ascétique de vie comme conséquence du péché. Bien des auteurs et prédicateurs ont prés...
Mots clés : Rire
Lire la suite
IL Y A UN TEMPS POUR RIRE
CHRISTUS N°251
-
Joëlle FERRY
Associer le rire ou l'humour à l'Ancien Testament peut étonner. En effet, un peu spontanément, nous associons la religion aux choses sérieuses ! D’ailleurs, dans notre culture, les images de Dieu sont plutôt celles d’un Dieu sévère, d’un Dieu qui exige, punit, voire se venge. Les dictionnaires bibliques et les études anthropologiques présentent un Dieu qui parle, écoute, interroge, voit, crée, libère ; un Dieu qui éprouve des sentiments : jalousie, amour, colère. Dieu se tait ou se manifeste, il est proche et lointain, tout puissant et vulnérable. Dieu cherche l’être humain, Dieu est sage. La liste pourrait se poursuivre 1 , mais peu de mentions existent d’un Dieu qui rit… Quant au Nouveau Testament, il semble sur la même ligne en n’hésitant pas à évoquer les larmes de Jésus, mais nulle part il n’est mentionné que Jésus rit. La tradition chrétienne a repris ce constat. Dans ses travaux, Jean Delumeau 2 met en lumière que l’accent mis par le christianisme sur le péché au cours de son histoire a contribué à valoriser l’austérité morale, le refus du divertissement, un modèle ascétique de vie comme conséquence du péché. Bien des auteurs et pré...
Mots clés : Rire
Lire la suite
JÉSUS ACCOMPAGNATEUR
CHRISTUS N°265
-
Joëlle FERRY
Observer Jésus en relation permet d'éclairer ce qu'est un accompagnement, c'est-à-dire une relation qui aide chacun à se mettre à l'écoute de Dieu dans sa vie.   L'accompagnement, tel qu'il est entendu aujourd'hui, répond à la demande de la personne qui a le désir de vivre davantage sa foi, de discerner l'action de l'Esprit au cœur de son existence et d'y correspondre dans une plus grande liberté intérieure. Celui ou celle qui accompagne aide fraternellement l'autre à voir plus clair dans sa quête de Dieu et, pour cela, écoute, suggère, donne une parole. L'accompagnateur est donc au service de la croissance humaine et spirituelle. Il fait route avec l'autre pour l'éveiller à une expérience spirituelle. La relation singulière que le chrétien vit avec Jésus est-elle une forme d'accompagnement ? Au premier abord, le mot « accompagnateur » pour qualifier le Christ peut apparaître insolite. En effet, vivre la foi chrétienne, c'est croire en Jésus, l'aimer, le suivre, en témoigner… toutes actions qui ne renvoient pas d'emblée à l'accompagnement d'un tiers. On peut apprécier son accompagnateur, mais on ne le suit pas, sous peine de créer une relation de dépendance ou d'emprise… D'ailleurs, « l'accompagnement spirituel...