IVEREIGH Austen

FRANÇOIS, UN PAPE IRASCIBLE?
CHRISTUS N°269
-
IVEREIGH Austen
Le chemin de vie de Jorge Mario Bergoglio est marqué par la colère, il a su en faire une énergie ordonnée à la réforme de l'Église. Peu de gens sont aussi familiers avec la colère, ni aussi bien outillés pour y faire face, que le 266e successeur de saint Pierre. Selon l'ennéagramme, un indicateur qui identifie neuf types de personnalité, Jorge Mario Bergoglio est un « huit », le type connu sous le nom de leader (« meneur ») ou challenger (« concurrent »). Réputés sans peur, impliqués dans la lutte contre les abus de pouvoir au bénéfice des démunis, les « huit » accèdent facilement à l'énergie brute de la colère ; et la façon dont ils la gèrent permet de mesurer leur maturité spirituelle. Comme d'autres grands « huit » tels que sainte Teresa de Calcutta et Martin Luther King, le pape François ne contrôle pas seulement sa colère mais la maîtrise et la sublime, de telle sorte qu'elle alimente son zèle réformateur. Familier de la colère Lors d'une rencontre avec les jeunes, en décembre 2015, on a demandé au pape François s'il ne s'était jamais mis en colère. Sa réponse, détaillée, mérite d'être citée en entier : Je me mets en colère, mais je ne mords pas ! Parfois, je me mets en colère quand quelqu'un fait une chose qui ne va pas, je la sens monter… Mais cela m'aide de m'arrêter et de penser à toutes les fois où j'ai provoqué la colère des autres. J'y pense et je me demande : Est-ce que j'ai mis quelqu'un en colère ? Et oui, tant de fois. Alors tu n'as pas le droit de te mett...