Catherine Aube-Elie

L'ENFANT DU QUART MONDE ET LA LECTURE
CHRISTUS N°188
-
Catherine Aube-Elie
Peu d'enfants ont une expérience de la vie aussi précoce aussi diverse aussi fondamentale que celui du Quart monde. Tout jeune il connaît la lutte pour la survie, le prix de l'amour, l'angoisse de la solitude et de la souffrance les mécanismes de la violence Tout jeune il se découvre responsable de lui-même et des siens, et connaît déjà le poids de l'échec, de la culpabilité. Pourtant, il ne "sait" rien. A l'école il est quasi systématiquement parmi les mauvais élèves, inintéressants. Et plus il grandira, plus il sera catalogué parmi les ignorants et les incapables, au point qu'il dira lui-même : "le suis de ceux avec qui on ne peut rien faire... " Depuis trois générations, l'effort de la société a été de donner l'instruction non seulement à une classe privilégiée mais à l'ensemble de la nation. La couche sous-prolétarienne n'a cependant pas été touchée par cet effort : c'est l'injustice la plus grande qui puisse lui être faite de la laisser dans l'incapacité de maîtriser ses idées et celles des auttes. Face à cette situation, le Mouvement ATD-Quart Monde ne pouvait être autte chose qu'un mouvement de lutte pour le Savoir » 1. Le handicap culturel Le Père Wresinski pose bien l...
Mots clés : Charité Enfant Humanisme Justice Pauvreté Pédagogie Service
Lire la suite
DANS LA FORÊT PRÈS DE KIEV
CHRISTUS N°242
-
Catherine Aube-Elie
Un gros bourg enfoui dans la luxuriance végétale de l’Ukraine en été. Des khatas entourées de leur parcelle de terrain sur laquelle poussent arbres fruitiers, légumes et fleurs de toutes sortes, dans un désordre apparent qui ajoute à l’impression de profusion ; au détour de petites rues grignotées par l’herbe, volaille, chiens et chats vagabondent, et de majestueuses cigognes surveillent les environs du haut de leur vaste nid, claquetant bruyamment à l’approche d’un passant. Tout autour la forêt, trouée de lacs paisibles.  Une parole formatrice pour des étudiants C’est là, à Lyshnia, sur le terrain d’un ancien kolkhoze de l’époque soviétique, que Constantin Sigov, grand « remueur d’idées », installe chaque année une université d’été théologique, qui a tenu sa XIe session au tournant des mois de juillet et d’août 2013. L’idée est de faire se rencontrer des jeunes, étudiants ou jeunes professionnels, venus d’Ukraine mais aussi de Russie et du Bielarus – et d’ailleurs – et de leur donner la possibilité d’écouter une parole formatrice donnée par des universitaires, des religieux, des artistes choisis pour leur niveau acad&eacu...