Bernard SESBOÜE

LES « INCOMPRÉHENSIONS » DE MARIE
CHRISTUS N°229
-
Bernard SESBOÜE
L’accomplissement d’une maternité est l’oeuvre d’une longue patience : patience des neuf mois de l’attente de la naissance, patience devant la lente croissance du nourrisson et du petit enfant qui va demeurer si longtemps dépendant, patience devant les surprises de l’adolescence, patience devant de longues études ou formations durant lesquelles le jeune homme ou la jeune fille seront toujours un peu ou beaucoup à charge des parents. Lorsque la responsabilité parentale au sens propre sera achevée, la relation avec l’enfant devenu adulte n’est pas finie pour autant. Il faut accepter la séparation et bien des mutations venues de la liberté d’un ex-enfant qui engage sa vie à son propre compte et se détache inévitablement de ses parents. Bref, une mère n’a jamais fini d’être mère. Une mère « ordinaire » Il en est allé exactement ainsi pour la Vierge Marie : elle a vécu toutes les patiences de la maternité, avec ce que celles-ci comportent d’incertitudes, d’obscurités, d’angoisses et d’incompréhensions. Elle en a vécu tous les âges, les dangers de la naissance en voyage et de la fuite en Égypte, l’incompréhension devant la fugue d’un adolescent échappant à son autorité, le d&e...
Mots clés : Ascèse Croix Foi Grâce Incarnation Jésus-Christ Loi Marie Mère Sainteté Silence Tradition Conversion
Lire la suite
PARLER DE L'ESPÉRANCE AUJOURD'HUI
CHRISTUS N°206
-
Bernard SESBOÜE
Espoir et espérance : nous avons deux mots pour dire apparemment la même chose. Quelle nuance faut-il mettre entre les deux ? Les dictionnaires en font presque des synonymes. Mais je me permets d'établir une distinction de vocabulaire qui facilitera notre démarche. Disons que l'espoir est une attitude qui appartient à la condition humaine en tant que telle ; l'espérance est la vertu théologale qui en constitue l'épanouissement chrétien et qui opère le passage à l'absolu de l'espoir humain. C'est en revenant à l'expérience fondamentale de l'espoir, qui se trouve chevillé au corps de tout homme, que nous pourrons retrouver et comprendre les accents originaux de l'espérance chrétienne. L'ESPOIR AU CŒUR DE LA CONDITION HUMAINE Nul être humain ne peut vivre sans espérer. Pour la raison très simple que notre existence est distendue entre un passé, un présent et un avenir. Nous ne pouvons plus rien sur notre passé, même s'il est lourd à porter. Le présent est cet instant évanescent et trop souvent décevant qui nous échappe sans cesse. Seul l'avenir est ce sur quoi nous avons quelque prise. Cet avenir, nous le voulons « meilleur », nous le voulons en « progrès ». C'est lui que nous construisons par notre travail quotidien et nos engagements divers...
Mots clés : Amour Athéisme Dieu Espérance Foi Justice Larmes Passion Promesse Psaumes Sagesse Théologie Tradition Désir Volonté de l'homme
Lire la suite
QUAND DIEU SE TAIT
CHRISTUS N°194
-
Bernard SESBOÜE
Dans notre monde où « ça parle » partout et dans tous les sens, Dieu apparaît comme le grand silencieux. De nombreuses voix lui en font aujourd'hui le reproche. Ce silence n'est-il pas le signe d'une absence et d'un désintérêt pour l'aventure humaine ? Où était Dieu lors des grands drames du XXe siècle : deux guerres mondiales aux millions de morts, les camps de concentration nazis et soviétiques, la Shoah, plus près de nous les atrocités commises dans les Balkans et le terrorisme qui se donne libre cours 7 Où était Dieu à Auschwitz ? Où était Dieu à Stalingrad ? La question est devenue si pressante que le « comment parler de Dieu après Auschwitz ? » est devenu un lieu commun. Jamais Dieu n'est apparu aussi silencieux et aussi absent que depuis cette dernière centaine d'années. Comment répondre à de telles questions sans une inconscience, peut-être naïve, mais pas innocente ? Ne vaudrait-il pas mieux se taire à son tour ? Que le lecteur se rassure, les réflexions qui suivent se veulent modestes et ne prétendent pas résoudre l'énigme opaque du mal. Dieu en procès Quand l'homme souffre au-delà de ce qu'il estime tolérable, en effet, sa réaction première est de s'en prendre à Dieu, de le mettre en proc&...
Mots clés : Athéisme Croix Dieu Epreuve Jésus-Christ Mal Parole de Dieu Passion Politique Saints Silence
Lire la suite
PEUT-ON ENCORE PARLER DE MARIE ?
CHRISTUS N°183
-
Bernard SESBOÜE
  Prenons comme point de départ le concile de Vatican II. On savait depuis longtemps que la Vierge Marie était l'objet d'un contentieux oecuménique. Mais ce que l'on a découvert alors, c'est qu'elle est aussi l'objet d'un débat entre catholiques, fait de soupçons mutuels et d'incompréhensions. C'est ainsi que ce concile a connu un moment de crise, quand il fallut décider du lieu où il parlerait de la Vierge Marie : dans une Constitution indépendante ou dans le cadre de la Constitution sur l'Eglise, Lumen Gentium (désormais LG) ? Le concile, d'abord partagé entre deux orientations contradictoires presque égales, opta pour la seconde solution, non sans émois ni souffrances. Les uns se lamentaient de ce qu'il refusait d'apporter « une pierre précieuse nouvelle à la couronne de la madone », tandis que d'autres se réjouissaient de ce que l'« excommunication ecclésiale » de la Vierge Marie était enfin levée. Marie n'est pas au-dessus de l'Eglise, elle en est un membre, même s'il s'agit d'un membre exceptionnel 1. Depuis Vatican II, ces deux tendances, théologiquement divergentes, se sont radicalisées, au point de faire place à trois positions : d'une part, une contestation culturelle de la figure et du rôle de Marie dans le mystère chrétien, qui traverse même...
LA SERVANTE DU SEIGNEUR
CHRISTUS N°247
-
Bernard SESBOÜE
  Adrienne von Speyr (1902-1967) était une protestante de Suisse romande, mariée et mère de deux enfants, médecin exerçant sa profession à Bâle, et vivant une vie spirituelle intense et mystique. Elle rencontre le théologien Hans Urs von Balthasar qui la reçoit dans l’Église catholique en 1940. Elle reste très liée avec lui dans un échange théologique et spirituel constant et exerce une influence décisive sur son oeuvre. Elle partage avec lui la même mission pastorale et écrit aussi de son côté une oeuvre théologique étonnante, dont les éditions suisses Johannes-Verlag assument aujourd’hui la publication. Ce petit livre consacré à la Vierge est une longue contemplation spirituelle des scènes évangéliques de la vie de Marie et donc aussi de celle de Jésus. C’est un texte profond et fort, placé sous le signe du double « oui » de Marie à l’Annonciation et à la Croix, baignant dans la lumière du dessein de Dieu. Il est de belle tenue littéraire et très bien traduit ici. Il nous fait participer à la propre contemplation de la Vierge au moment où elle vivait le mystère de l’Incarnation. Il nous rappelle que Marie n’a pas eu besoin de conversion, qu’elle n’a pas...
LA MISÉRICORDE
CHRISTUS N°248
-
Bernard SESBOÜE
  Le cardinal Walter Kasper s’est fortement engagé au cours du Synode extraordinaire de 2014 en faveur d’une proposition de révision de la discipline de l’Église vis-à-vis des divorcés remariés, dans l’intention de clarifier les conditions auxquelles certains d’entre eux pourraient être admis à l’eucharistie. Cette question doit conduire normalement à des décisions lors du prochain Synode d’octobre 2015. Dans le même esprit, c’est une petite somme sur la miséricorde que nous livre son dernier ouvrage, qui passe en revue toutes les harmoniques du terme, depuis notre actualité jusqu’à son fondement philosophique et sa présence dans l’histoire générale des religions ; qui relit, à travers l’Ancien et le Nouveau Testaments, toute l’histoire chrétienne du salut de ce point de vue central et trop oublié. La miséricorde est un autre nom de l’amour de Dieu, mais un nom qui ajoute la note de compassion concrète et vivante, illustrée dans combien de scènes de l’Évangile. « Heureux les miséricordieux », cette formule appartient à la série des béatitudes placées au seuil du Sermon sur la montagne, c’est-à-dire de l’annonce de l’Évangile. Le th&eacut...
LES MIGRATIONS D'AUJOURD HUI
CHRISTUS N°253
-
Bernard SESBOÜE
    N'oublions pas que les migrations sont un phénomène aussi ancien que l'histoire des hommes. De l'Ancien au Nouveau Testament, la Bible en témoigne. Tout en dévoilant de nombreuses et belles figures de migrants, elle nous enseigne aussi le grand devoir de l'hospitalité. En Europe, nous sommes tous confrontés aujourd'hui à l'explosion du phénomène migratoire. On parle de 232 millions de personnes en situation de migration dans le monde. Notre avenir en sera inévitablement modifié : il sera multiethnique et multiculturel. Devant cette situation, notre réaction spontanée est sans doute de vouloir écarter la chose comme un fait marginal qui, finalement, ne nous concerne pas. Égoïsme inconscient de lui-même et surtout immense oubli des autres. Plus encore, il s'agit d'un immense oubli de notre propre condition humaine. La migration des populations est un phénomène aussi ancien que l'histoire des hommes. La population actuelle de l'Europe a été faite par le jeu complexe des migrations de groupes ethniques, toujours à la recherche d'un pays où il est plus facile de se nourrir et de vivre. Les temps récents, avec les deux guerres mondiales du XXe siècle, ont multiplié les « personnes déplacées », euphémisme pudique qui recouvre bien des so...
Mots clés : Evangélisation Foi Conversion Histoire
Lire la suite
DE RÉCITS EN RÉCITS : L'HISTOIRE DE L'EGLISE
CHRISTUS N°257
-
Bernard SESBOÜE
Nous n'avons plus conscience que l'histoire des chrétiens est tout simplement la nôtre et qu'elle est le lieu où se façonne notre identité chrétienne. Il nous faut sans cesse nous la réapproprier pour retrouver le fondement de ce qui nous constitue en communauté. Depuis que nous sommes enfants, nous aimons qu'on nous raconte des histoires. Combien d'entre nous n'acceptaient de s'endormir le soir que lorsqu'ils avaient écouté la belle histoire que leur racontait leur papa ou leur maman ? Le récit ou l'histoire est pour nous un besoin vital, tout simplement parce que nous-mêmes sommes une petite histoire qui se met progressivement en place, une histoire en construction. Bien entendu, notre histoire ne fait qu'un avec l'histoire de nos proches, et de notre famille d'abord. Dès qu'on nous interroge sur notre identité, ce sont nos relations familiales et l'histoire de notre famille que nous racontons. Plus tard, cette histoire s'étend à celle de notre école, à nos petits copains avec lesquels nous jouons et nous inventons des farces. Ce petit monde qui grandit et s'étend avec nos années est notre histoire, elle est nous-mêmes. Quand nous grandissons et devenons un citoyen ou une citoyenne responsable dans notre pays, nous appartenons à une grande diversité de groupes qui expriment tous un élément de notre id...
L'ABBÉ HUVELIN ET LA VOCATION DU PÈRE DE FOUCAULD
CHRISTUS N°258HS
-
Bernard SESBOÜE
La Correspondance entre l'abbé Huvelin et Charles de Foucauld nous révèle, en particulier dans ses détails, l'histoire de la vocation du père de Foucauld1. Le document nous parvient en assez bon état, malgré la perte inévitable d'un certain nombre de lettres. Les circonstances, comme la valeur des deux partenaires, donnent à ce dialogue à distance un grand prix : pendant vingt ans, à part de rares rencontres, les deux hommes se trouvent séparés par plusieurs milliers de kilomètres. L'un compte sans doute parmi les meilleurs directeurs spirituels du XIXe siècle2. L'autre est le converti que l'on sait, douloureusement en quête de la vocation extraordinaire que Dieu lui réserve. Et leur correspondance nous a gardé, comme enregistrée, toute la démarche spirituelle qui conduisit le trappiste de Notre-Dame-des-neiges aux ermitages du Sahara : itinéraire tâtonnant, où directeur et dirigé se livrent parfois une lutte fervente dans l'interprétation des mouvements spirituels, jusqu'à ce que la volonté de Dieu se manifeste, indubitable.Mais cette suite d'événements et de « recommencements », à première vue décousus, recouvre en fait les étapes d'une progression régulière vers le parfait épanouissement de la voca...