Bernard Mendiboure

ACCOMPAGNER LES JEUNES
CHRISTUS N°224
-
Bernard Mendiboure
Devant l’avenir, en général, les jeunes ont « bon espoir ». C’est ainsi que les caractérisait Aristote, et c’est pour cela, ajoutait-il, qu’il est difficile de leur enseigner la philosophie morale. D’entrée, le « bon espoir », l’« insouciance », une certaine « naïveté » devant l’avenir, allant de pair avec une authentique générosité, semblent former le « portrait-robot » de la jeunesse (et pas seulement celui du temps d’Aristote). C’est particulièrement vrai des jeunes des milieux favorisés que l’on rencontre au sein des différents réseaux ignatiens, mais aussi, me semble-t-il, des jeunes en général ; même si, dans un monde interconnecté, beaucoup sont conscients des difficultés objectives qu’ils rencontreront pour bien vivre.   Le désir d’être aimé Bien sûr, il faut compléter cette première esquisse par d’autres traits plus critiques et moins flatteurs communément rapportés au sujet des jeunes de notre temps : • Ils manquent d’intérêt pour les autres et pour ce qui se passe dans la société ; ce à quoi ils sont encouragés, il est vrai, par l’individualisme ambiant. • Ils reconnaissent qu&rs...
Mots clés : Affectivité Amour Ecoute Eglise Saint Ignace de Loyola Service Volonté de Dieu (volonté) Conversion Désir
Lire la suite
UNE MANIÈRE DE VIVRE
CHRISTUS N°224
-
Bernard Mendiboure
Lessius, coll. « La part Dieu », 2009, 224 p., 18,50 euros.   « Aujourd’hui, lorsqu’on veut devenir religieux, la question est moins d’adopter un “état” que de répondre à un appel spécifique et d’opter pour une manière de vivre l’Évangile à la façon d’un fondateur. » Dans la simplicité même de son énoncé, cette proposition me paraît une des plus heureuses qu’ait trouvée Philippe Lécrivain, jésuite, pour définir ce qu’il entend par « vie religieuse ». Il a été donné à un fondateur – une fondatrice – de faire une « expérience de Dieu bouleversante » et unique. Sa manière de vivre en est le récit, récit vivant qui, chez des compagnons ou des compagnes, suscitera le désir de se joindre à lui (à elle) pour (re) faire à leur manière l’expérience de Dieu. Mais de « fondement », nul n’en peut poser d’autres que Jésus Christ (1 Co 3,11). C’est lui que le religieux est appelé à suivre de plus près et à imiter, et non le fondateur lui-même. Dans la première partie, « Revisiter la tradition », l’auteur, en fin histo­rien, décrit la lent...
Mots clés : Livres
Lire la suite
LECTURE ET PRATIQUE DES EXERCICES SPIRITUELS
CHRISTUS N°210
-
Bernard Mendiboure
Voici désormais accessibles en un seul volume les trois cahiers sur « la proposition des Exercices », cours donné ces dernières années au Centre Sèvres par le père jésuite Adrien Demoustier : Les Exercices spirituels de saint Ignace. Lecture et pratique d'un texte (Editions Facultés jésuites de Paris, 500 p., 39 euros). Comme l'indique le sous-titre de l'ouvrage, il s'agit d'une lecture des Exercices spirituels tenant compte d'une pratique pour les donner. Le P. Fessard a été le théoricien génial, en son ordre indépassable, de la « dialectique des Exercices » 1. Mais il aimait à dire que, de toute sa vie, il n'avait donné qu'une retraite selon les Exercices, à la suite de laquelle son retraitant s'était fait dominicain. Adrien Demoustier bénéficie quant à lui de sa longue expérience de l'accompagnement personnel et du « métier » qu'il implique : en témoignent les nombreux articles qu'il a écrits pour Christus 2, et sa fidèle collaboration aux Notes et Pratiques ignatiennes dont il fut l'un des fondateurs avec Jean-Claude Dhôtel dans les années 70-80 3. Autour de l'internoviciat ignatien de Lyon et en compagnie de Jean Dravet, il a aussi inventé plusieurs « applications » des Exercices, comme ces retraites d'« approfondi...
Mots clés : Corps Contemplation Exercices spirituels Expérience spirituelle Jésus-Christ Mémoire
Lire la suite
LA TENTATION SOUS COULEUR DE BIEN
CHRISTUS N°194
-
Bernard Mendiboure
L'expression « sous apparence de bien » est la traduction française la plus courante des mots latins « sub specie boni » ' qu'on rencontre à deux reprises dans l'annotation 10 des Exercices spirituels de saint Ignace. Ces mots désignent une réalité bien connue de la tradition spirituelle, qu'on appelle plus librement « tentation sous couleur de bien ». Dans cette annotation, Ignace renvoie aux Règles de discernement de deuxième semaine pour qu'on les donne au moment opportun à celui qui « serait tenté sous couleur de bien ». Il y trouvera une aide pour mieux connaître les pièges de l'ennemi. Pour être plus au clair avec le sens de ces mots, nous interrogerons ces règles qui visent « un plus grand discernement des esprits », avant de les illustrer à l'aide de deux exemples afin d'en tirer quelque profit. Le texte Lisons l'annotation 10 : « Quand celui qui donne les Exercices se rend compte que celui qui les reçoit est attaqué et tenté sous apparence de bien, il convient alors de lui parler des règles déjà mentionnées de la deuxième semaine. » De ce dernier ensemble, retenons en particulier la règle 332, la plus apte peut-être à indiquer ce que représente la tentation sous couleur de bien : il y est question d'« ang...
Mots clés : Contemplation Démon Discernement Election Epreuve Esprit Exercices spirituels Expérience spirituelle Foi Grâce Humilité Indifférence Mal Paix Prière Spiritualité ignatienne Tentation Conversion
Lire la suite
CHEMINS DE MATURITÉ
CHRISTUS N°189
-
Bernard Mendiboure
Ces lignes n'ont d'autre prétention que de pointer — à la manière de deux ou trois balises placées à la sortie d'un port pour indiquer le chenal en direction de la haute mer — quelques propositions à l'intention de ceux qui entrent ou vont entrer dans cette dernière, ou plutôt avant-dernière étape de la vie humaine et spirituelle qu'on appelle « maturité ». Mais déjà la métaphore marine est incongrue, le concept de maturité appartenant plutôt à la flore. Ce n'est que par analogie qu'il s'applique à un certain stade de la croissance humaine : il en désigne Yacmé, équilibre fragile qui ne correspond d'ailleurs pas à un âge déterminé et dont nul ne saurait se prévaloir, car, mieux qu'un « état », il est un état de grâce — moment aussi transitoire que l'enfance, la jeunesse ou l'adolescence ; « espace mobile et temps incertain » 1 qui ne s'accomplit qu'en se renversant en leurs contraires : déclin, vieillissement, dépérissement. « Quand le blé est mûr [littéralement : « Quand le fruit se donne »], on y met la faucille, car c'est le temps de la moisson » (Me 4,29). Ainsi est offerte à notre mémoire l'image du grain de blé tombant en terre, mou...
Mots clés : Ecoute Parole d’homme Désir
Lire la suite
A L'ÉCOUTE DU « PRINCIPE ET FONDEMENT »
CHRISTUS N°247
-
Bernard Mendiboure
  Entre « louer et servir », le deuxième verbe du « Principe et fondement » qualifiant la relation de l’homme à Dieu notre Seigneur est « respecter » : « L’homme est créé pour louer, respecter et servir Dieu notre Seigneur et ainsi sauver son âme » (Exercices spirituels, 23) Fondement théologal du respect dû à Dieu L’homme est créé pour mais il n’est pas dit par qui. L’auteur de la Création est passé sous silence. Il ne sera nommé que plus tard dans le corps du texte des Exercices spirituels, mais alors fréquemment et sous la forme : « notre Créateur et Seigneur » [1]. L’expression qui prévaut dans le « Principe et fondement » est « Dieu notre Seigneur » : c’est lui que l’homme créé est appelé à louer, respecter et servir. On passe ainsi d’une affirmation générale à la troisième personne, « l’homme est créé », à une expression qui introduit entre Dieu et l’homme une note de relation personnelle grâce à un pronom à la deuxième personne du pluriel : « notre Seigneur ». Un « nous » qui, en même temps, inaugure une communauté de relation entre Ignace, le r...