André WÉNIN

Bibliste, professeur émérite à la Faculté de théologie de l’Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve).
A récemment publié Naissance d’un peuple, gloire de Dieu (Lessius, 2018) et Dix paroles pour la vie (Cabédita, 2018).
« LE SEIGNEUR EST UN HOMME DE GUERRE »
CHRISTUS N°192
-
André WÉNIN
Que la Bible soit pleine de violence est fondamentalement sain. Que les récits mettent en scène la violence humaine, que les lois cherchent à la réguler, que les prophètes la que les psalmistes la prient ou que les sages la prennent en compte dans leur réflexion, voilà qui ne devrait pas étonner. Que serait ce livre qui parle de l'alliance entre Dieu et les humains s'il faisait l'impasse sur cette pénible constante de l'histoire qu'est la violence ? Celle-ci n'est jamais aussi dangereuse que quand elle se cache. A la mettre en pleine lumière sans ambages et de tant de manières, la Bible n'oblige-t-elle pas à la regarder en face, jusque dans ses formes les plus subtiles ou les plus sournoises ? Ne permet-elle pas de pister ses racines cachées, de constater ses effets de mort si divers et parfois insoupçonnés ? Va donc pour la violence des humains. Mais la violence de Dieu ? Qu'au coeur même de la joyeuse profession de foi entonnée par le peuple libéré de la servitude retentisse la proclamation : « YHWH est un homme de guerre ! » (Ex 15,3) a de quoi en scandaliser plus d'un. Et toutes les remises en contexte historique auront beau faire. Même si l'on s'explique bien comment un peuple du Proche-Orient ancien a pu faire sienne et entretenir une telle conception de son Dieu 1, il restera à expliquer pourquoi l'Eglise nai...
Mots clés : Bible Dieu Images Violence
Lire la suite
QUAND LA BIBLE RACONTE L'ABUS DE POUVOIR
CHRISTUS N°265
-
André WÉNIN
La Bible offre aussi un regard sans complaisance sur les humains. À travers ses récits, elle permet de mettre en évidence des mécanismes d'abus de pouvoir, conscients ou non…   Lorsqu'il s'agit d'exercer une emprise sur autrui, les humains disposent de ressources aussi multiples que subtiles, dont la perversité s'avancera masquée si leur activation reste inaperçue, plus encore si elle est mue par la conviction de bien faire. Et puisque la Bible est faite (aussi) d'un regard sans complaisance sur les humains, elle offre – notamment dans ses récits – bien des exemples de ces comportements, qu'il est permis de lire comme autant d'invitations à la lucidité vis-à-vis de soi-même et des dynamiques dans lesquelles on se trouve engagé. C'est que les récits ont cette faculté de mettre à nu logiques et mécanismes qui, dans le concret de la vie, passent si souvent inaperçus.   Des gens de pouvoir Le roi Achab possède un palais de plaisance près de la ville de Yizréel. Il lorgne sur une vigne qui jouxte son domaine : il se verrait bien en faire un potager. Il approche le propriétaire, Naboth, et lui propose un marché intéressant : en échange de sa vigne, il lui en donnera une meilleure ou, s'il préfère, le prix de celle-ci. Mais, voilà : Naboth n'a pas les mains l...