André Derville

L'ILLUMINATION SELON LE BOUDDHISME ZEN
CHRISTUS N°205
-
André Derville
Intéressé par la culture et l'art japonais puis captivé, je viens de faire deux séjours de près de deux mois dans ce vieux pays ; et, bien sûr, j'ai beaucoup lu ici et regardé là-bas. Modeste expérience et savoir limité ! Je ne livre ici, avec hésitation, que les perceptions de quelqu'un qui a travaillé pendant quarante ans la spiritualité chrétienne et qui a quelque peine à s'immerger dans le bouddhisme, en particulier dans le zen japonais dont il est ici question. Après quelques données élémentaires sur le bouddhisme, je parlerai d'abord de l'Éveil, de l'illumination, qui est le sommet de l'expérience spirituelle selon le zen (Satori en japonais) ; puis des chemins qui y mènent. Prendre ces chemins est chose qui dépend de l'homme. Atteindre, obtenir le but désiré est hors de nos prises ; nous dirions, nous chrétiens, que cela est de l'ordre de la grâce. La voie du Bouddha De quoi s'agit-il ? Disons un mot d'abord de celui qu'on appelle le Bouddha. Le Bouddha historique, Sâkyamuna (VIe siècle avant le Christ), est la manifestation en un corps humain de l'essence de la bouddhéité. Bouddha peut se traduire par l'Éveille, l'Illuminé. Il n'a pas fait œuvre de philosophe ni de théologien. Il a voulu faire œuvre de médecin...
Mots clés : Dialogue interreligieux Expérience spirituelle Extase Images Indifférence Jeûne Liberté Mystique Paix Prière Sagesse Spiritualité monastique
Lire la suite
LA COLONNE AU CARREFOUR DU MONDE
CHRISTUS N°197
-
André Derville
Trad. G. Bret. Bellefontaine, coll. Spiritualité orientale », 2 001,185 p., 16,80 €. Voici une reconstitution de la vie du grand saint Syméon, dit « le stylite » parce qu'il monta sur le haut d'une colonne et y resta, entre ciel et terre, jusqu'à la mort Né vers 379 près d'Antioche, il commença sa vie ascétique dans une grotte, puis s'installa sur sa colonne. L'auteur puise aux nombreuses sources historiques et hagiographiques pour retracer les étapes de cette existence hors du commun (qui attira de nombreux admirateurs) et sait aussi en montrer les significations spirituelles, voire mystiques. Un saint non imitable dans la matérialité de son mode de vie, mais qui fait réfléchir sur les exigences d'un appel de Dieu entendu sans réserve.
Mots clés : Livres
Lire la suite
LES LARMES, LA NOURRITURE, LE SILENCE
CHRISTUS N°196
-
André Derville
Beauchesne, coll. « Spiritualité cartuslenne », 2001, 154 p., 18,29 €. Les larmes, la nourriture, le silence, ce sont la componction, l'Écriture sainte l'union à Dieu — prière pure. Cela concerne chaque chrétien, et pourtant c'est en cela que s'exprime la vie spirituelle du chartreux. L'auteur en parcourt les sources passées et actuelles, et y cueille une multitude de citations signifiantes des spirituels cartusiens : autant de perles que son beau texte sertit. L'ouvrage est constitué d'un prologue introduisant à l'histoire des chartreux, de ses trois parties susdites et d'un appendice qui groupe de courtes notices des spirituels cités. Nous avons là un excellent exemple de ce qui peut aider notre lecture spirituelle — faite id à petites doses — à s'ouvrir tout simplement à l'oraison.
Mots clés : Livres
Lire la suite
L'ESPACE MYSTIQUE DU CARMEL & LA FLÈCHE DE FEU
CHRISTUS N°194
-
André Derville
L'espace mystique du Carmel, Abbaye de Bellefontaine, coll. « Flèche de feu », 2001,294 p., 19,82 €. La Flèche de feu, Introd. C. Cicconetti. Mêmes édition et collection, 2000, 171 p., 37,35 €. Dans le premier livre, L'espace mystique du Carmel, à travers le commentaire de la règle primitive donnée à un groupe d'ermite du Mont Carmel, vers 1206-1210, par le patriarche Albert de Jérusalem, et des modifications qu'y apporta Innocent IV en 1247, K. Waaijman présente et commente ce qu'il appelle l'espace de la vie contemplative carmélitaine. La première règle était d'orientation nettement érémitique. Innocent IV l'adapte aux conséquences de l'expulsion des carmes hors de Palestine par les musulmans et de leur installation dans les cités d'Europe. Les conditions d'existence ont changé, mais la visée de l'idéal contemplatif doit demeurer partout où le carme s'installe. L'ouvrage est d'un historien de la spiritualité : sérieux, excellemment informé. Il donne à réfléchir sur les nécessaires adaptations du but et des moyens. Le n° 3 de la collection nous donne le texte latin et la traduction française de Ylgnea Sagitta du carme Nicolas le Français ( t v. 1280). Cet opuscule, écrit vers 1270, alors que Nicolas est encore prieur g&...
Mots clés : Livres
Lire la suite
UNE HISTOIRE DU DIABLE
CHRISTUS N°190
-
André Derville
Seuil, 2000, 410 p., 140 F. « Une » histoire dit le titre. C'est dire qu'on en a écrit et qu'on en écrira d'autres. L'ouvrage offre un parcours rapide (de l'An mil à nos jours) de l'histoire du Diable, des diableries, diablotins, sabbats, sorcelleries, etc., telle que l'historien des mentalités peut la percevoir. Ce parcours montre l'expansion et les avatars de cet imaginaire diabolique à partir des xii-xiii' siècles. Il traverse les quatre siècles de la « religion obligatoire », la fracture du XVIII' siècle (les « Lumières »), le positivisme, le laïcisme, et aboutit au xx' siècle. A ce dernier stade, Robert Muchembled étend son enquête à l'Amérique du Nord et à des champs neufs, comme le cinéma et les bandes dessinées. La grande culture de l'auteur éclate à toutes les pages de son livre, au risque de noyer le lecteur dans une multitude de données alléguées, insuffisamment commentées toutefois pour qu'il les saisisse bien. Il reste que le lecteur trouvera dans cet ouvrage la toile de fond nécessaire s'il veut réfléchir sur le rôle et les formes de l'imaginaire humain affronté au mal et à la peur, y compris dans le « retour » du Diable, aujourd'hui, dans notre société occidentale.
Mots clés : Livres
Lire la suite
UNE VOCATION PARADOXALE
CHRISTUS N°189
-
André Derville
Av. pr. P.-M. Guillaume. Préf. C. Langlois. Cerf, coll. « Histoire », 2000, 414 p., 190 F. Voilà une somme sur les instituts séculiers féminins en France. La première partie trace l'histoire des multiples initiatives avant et après la constitution apostolique « Provida Mater Ecclesia » (1947). La deuxième raconte la reconnaissance par la hiérarchie catholique de ces formes de vie par une série de textes officiels (y compris le Droit canonique). La troisième partie est plus directement pratique : elle veut mettre en lumière des constantes dans les différents instituts séculiers quant aux formes de la vie spirituelle, les aspects communautaires, la vie interne de l'institut. L'ouvrage est riche de renseignements pour qui s'intéresse à ces formes de vie consacrées, dont beaucoup ont pris naissance en France
Mots clés : Livres
Lire la suite
FAUSSAIRES DE DIEU
CHRISTUS N°188
-
André Derville
2000, 728 p., 185 F. Ce gros ouvrage propose une vaste enquête sur les prétendues apparitions mariales, surtout au xrx* siècle avec leurs « révélations », prodiges divers, dérives dans le pseudomysticisme la folie l'escroquerie... Dans cette patiente et parfois répétitive critique des expressions populaires du sentiment religieux qui attirent beaucoup de nos contemporains avides de miraculeux et de merveilleux, le lecteur retiendra surtout la mise en oeuvre par l'auteur des critères de discernement en usage dans l'Eglise en ces matières.
Mots clés : Livres
Lire la suite
PETITE HISTOIRE DE LA LECTURE SPIRITUELLE
CHRISTUS N°187
-
André Derville
Quand nous disons « petite », nous voulons dire que, dans ce qui va suivre, nous tenterons de nous centrer sur le « petit peuple chrétien » : comment nourrissait-il sa foi ? Très longtemps, pratiquement jusqu'à l'expansion de l'imprimerie, ce petit peuple ne lisait pas : il entendait les prêches de son curé en sa paroisse, parfois dans la cathédrale lors de grandes fêtes, parfois au terme d'un pèlerinage. Les manuscrits contenant l'Ecriture sainte, les textes des Pères de l'Eglise, comme tout ce qui concernait la culture et la science de l'époque, ne se rencontraient que dans les abbayes, les écoles cathédrales et les universités. Même en ce qui concerne les moines et les très nombreuses religieuses, il ne faut pas se faire trop d'illusions. Seules les grandes abbayes possédaient un certain nombre de manuscrits. La plupart des prieurés et des « granges » (fermes où vivaient deux ou trois moines) en étaient fort démunies : il fallait un bon troupeau de moutons pour confectionner une Bible entière ! Il fallait donc être riche. Disons que la plupart des prieurés ne disposaient que d'un évangéliaire, d'un psautier et de quelques livres liturgiques indispensables. Chez les moniales, la situation était parfois meilleure, mais la foule des religieuses hospitali&egrave...
Mots clés : Catholicisme Eglise Foi Humanisme Imagination Mémoire Tradition Littérature
Lire la suite
ARMAND-JEAN DE RANCÉ, ABBÉ DE LA TRAPPE
CHRISTUS N°187
-
André Derville
Trad. H. de Seréville. Cerf, coll. « Histoire », 2000, 448 p., 229 F. Voici un fort bon ouvrage pour qui s'intéresse à l'histoire du XVII' siède français, à celle de l'ordre de Cîteaux, à celle de la vie spirituelle, à celle surtout de Rancé, mort il y a trois sièdes et dont la réforme de son abbaye de la Trappe irrigue encore l'ordre cisterden, en particulier en France. L'auteur est certainement le meilleur connaisseur de Rancé aujourd'hui, et ses études, déjà nombreuses, ont largement contribué à renouveler l'image que nous en avions. Il avait donné une édition de sa Correspondance (4 vol., Cerf, 1993). Id, il s'en fait le biographe. Trois parties s'articulent heureusement : le parcours chronologique de la vie de Rancé, son influence dans le « doître » (c'est-à-dire non seulement à la Trappe et dans l'ordre cistercien, mais aussi parmi les religieux et religieuses d'autres ordres), et enfin ses contacts, surtout épistolaires, avec le monde de son temps (prélats, dergé, famille hommes et femmes « de qualité »). L'ouvrage s'achève sur deux études : Rancé et les jansénistes, et ses « leçons spirituelles ». Cette dernière étude est une bonne conclusion. Elle ébauche à...
Mots clés : Livres
Lire la suite