« Apprends-nous la vraie mesure de nos jours. » Le psaume 89 exprime d’une façon très existentielle l’inquiétude de l’homme parvenu à l’automne de sa vie. Voici qu’il prend vive conscience de la fuite du temps, comparée à l’éternité de Dieu : « De toujours à toujours, toi, tu es Dieu… Mais à tes yeux mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit. » Et nous, devant ta face, nous sommes comme l’herbe des champs : « Elle fleurit le matin, elle change, le soir elle...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.