Il est possible et même indispensable de parler ensemble de notre passé. Il en va en effet de notre capacité à transmettre aux générations qui nous succèdent ce qui nous constitue comme communauté de vie, mais aussi à intégrer les populations qui nous rejoignent. La vie en société et notre faculté à nous projeter dans un avenir commun reposent sur cette aptitude à produire ensemble un récit collectif, malgré nos différences, nos origines ou même nos projets divers. Ce récit repose sur deux piliers. La présence de l'autre : nul ne fait seul son histoire. Et la volonté d'ouvrir un avenir, sur fond d'un passé partagé ou assumé ensemble. Pouvons-nous imaginer un récit collectif qui permette aux éléments si divers de notre société de se savoir membres d'un même corps, un récit qui soit facteur d'intégration de ceux-là mêmes qui ne laissent pas de traces dans l'Histoire : tous les exclus et les perdants ?

C'est une question sociale et politique mais aussi spirituelle : comment l'Esprit est-il présent à notre façon de dire l'Histoire ?

Pour Ignace de Loyola, récit et histoire convergent dans l'amour du temps présent, temps de la décision pour Dieu. Produire le récit de son histoire personnelle et de l'histoire collective mobilise l'affectivité et permet de se décider à la suite du Christ. Ce travail intérieur de la mémoire s'opère dans la prière. La manière de raconter l'Histoire ou même de se raconter est le fruit d'un discernement ou l'autre et l'avenir sont présents. On existe spirituellement aussi par les choix et l'histoire qu'on fait et qu'on promeut avec d'autres.

Porteuses de la promesse de vie faite par Dieu (l'Alliance), la Bible et l'Histoire chrétienne nous rappellent qu'il n'y a pas d'avenir sans espérance. Celle-ci se fait l'expression de l'Alliance quand nous sortons de la poursuite immédiate de nos intérêts individuels et si, acceptant de nous ouvrir à Celui qui vient, nous recevons de lui notre foi dans la capacité humaine à construire ensemble aujourd'hui les conditions de demain. L'accueil partagé de la Parole fonde les relations d'une fraternité nouvelle en quelque culture que ce soit.

Favorisons l'action de l'Esprit qui rassemble et permet d'aller de l'avant, afin que ce soit ses forces qui prennent le dessus et non les puissances de désintégration et de mort qui, quant à elles, n'offrent aucune promesse d'avenir.