De ce vingtième siècle si inventif, mais si ensanglanté de guerres et de révolutions sociales, de ce « temps de haine, temps de la douleur, de la douleur infligée par la haine », comme le criait Raïssa Maritain en 1945 1, l'historien doit aussi relever la richesse de sa recherche de Dieu. Il tentera de la saisir sous sa forme à la fois concrète et profonde, celle de la prière.
Le grand orientaliste Louis Massignon (1883-1962) a noté le poids, dès les premières années du siècle, de Léo...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.