Tout récit qui fait mémoire ouvre son auditeur à une temporalité plus profonde que celle de son vécu immédiat, il l'introduit dans une communauté plus vaste que celle de son « clan » et ainsi élargit son humanité.

Il nous faut naître continûment, sinon le risque est de végéter. L'expulsion hors du corps maternel marque notre entrée dans le monde, et cette arrivée est un départ, riche de tous les possibles. Commence alors le long processus de notre approche du monde, de notre enfoncement dans ses méandres, ses profondeurs, de notre exploration de sa chair. Commence notre patiente traversée du temps, jour après jour scandés de nuits. Commence notre lente accession à ce monde, aux autres, à soi et à l'idée de Dieu. Commence et sans fin recommence notre ascension de la vie, notre aventure de vivant. L'assomption et le déploiement de notre humanité. Tous ces mouvements sont liés, indissolublement.

Cette aventure, nul ne peut l'accomplir seul, ni en « hors-sol » temporel, historique, culturel et spirituel. Sans la poussée (non la pesanteur) d'une mémoire, sans l'aiguillon (non urticant) d'un récit du passé, sans le partage (non imposé ni figé) d'un héritage de sens, de valeurs, notre présent ne pourrait s'épanouir, s'ouvrir à l'avenir, il flotterait et stagnerait à la fois, car privé de racines autant que d'élan.

Poussée, aiguillon et partage : le grand pourvoyeur de ce dynamisme est le langage, qu'il soit oral ou écrit, ou même visuel, ou gestuel.

Ce qui assure les nouvelles du monde

La parole, le verbe : ce qui porte au jour les nouvelles du monde, passé et présent ; ce qui articule et structure l'épopée de la vie en entre-tissant les récits de multiples vies et en entremêlant les mythes et l'Histoire pour en informer chacun qui l'écoute et l'entraîner dans sa lancée. L'écrit, le verbe : ce qui maintient à jour les nouvelles du monde, passé et présent, leur assure une permanence ; ce qui dit le monde, rend sensibles les sourds battements de son cœur, en relance les plus lointains échos pour en instruire chacun qui le lit et l'inviter à les répercuter à son tour.

Tout récit qui fait mémoire ouvre son auditeur, son lecteur, à une temporalité plus dense et profonde que celle de son vécu immédiat, il l'introduit dans une communauté plus vaste et mouvante que celle de son clan familial et social, et ainsi élargit so...


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.