C’est un lieu commun que de rappeler le rôle que saint Joseph remplit dans la conscience et la pratique religieuses du Grand Siècle. Patron des mourants, des pestiférés et de nombreux métiers artisanaux, il l’est aussi des mystiques. Les origines de son culte en France remontent à Gerson. Pourtant, une véritable dévotion au saint ne s’y répand qu’avec les spirituels du XVIIe siècle, eux-mêmes poussés par la Vie de sainte Thérèse d’Avila, grande dévote au père nourricier d...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.