Ce texte rappelle combien la frontière de la conscience de l'autre est fragile et combien il est aisé de la saccager. Cette prise de parole redit l'immense vigilance que doivent avoir toutes les personnes à qui est confiée la mission d'être accompagnateur, éducateur, enseignant…
 
Extrait d'une intervention à l'assemblée générale de la Conférence des religieux et religieuses de France (Corref), le 13 novembre 2018.
 

Je repensais à cette lettre, l'été dernier, quand le pape nous a demandé de prendre une journée de jeûne et de prière à la suite des révélations qui venaient de secouer, une fois de plus, l'Église américaine. Je m'y étais prêté de façon un peu distanciée, parce qu'au fond, comme vous tous certainement, je ne peux éprouver aucune forme de solidarité avec des abuseurs d'enfants : leur crime m'est proprement incompréhensible. Mais une expression du pape est venue titiller ma certitude d'être dans le camp du bien : « abus de conscience ». Je n'ai jamais, Dieu merci, été tenté de m'en prendre à l'innocence d'un enfant, mais je perçois mieux en revanche combien la frontière de la conscience de l'autre est fragile, et combien il est aisé de la saccager. Et, là-dessus, ma bonne conscience à moi se trouve sur un terrain nettement plus fragile. Dans l'accompagnement d'adultes ou de jeunes, dans le sacrement de la réconciliation, dans mes petites responsabilités dans la formation des frères aussi, ai-je toujours approché avec crainte et tremblement le sanctuaire inviolable et sacré de la conscience humaine ? Si je n'ai pas mis en place de système d'abus généralisé, je ne suis pas certain d'avoir toujours fait grandir la liberté de ceux qui s'ouvraient à moi. Je ne le dis pas pour me frapper la poitrine, mais cela m'oblige à un examen de conscience régulier, peut-être quotidien.

 

La concience, un sanctuaire inviolable

C'est délicat parce que, dans ces domaines si sensibles, nous manipulons des matières nucléaires. Quand je dis « nous », je n'entends pas seulement les prêtres, ma...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.